AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sonate n° 45 en la majeur (HobXVI.30), quasi una fantasia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Sonate n° 45 en la majeur (HobXVI.30), quasi una fantasia   Mer 16 Juil - 22:31

La sonate n°45 en la majeur (HobXVI.30) est la quatrième d'un groupe de six sonates diffusées en 1776 et éditées en 1778 par Hummel. Ces sonates ne constituent pas une série à proprement parler car leurs dates de composition sont différentes. La première, sonate n°42 en sol (HobXVI.27) daterait vraisemblablement de la fin des années 1760 (1). La troisième, la fantasque 44ème en fa (HobXVI.29) est datée de 1774. Tout ce qu'on peut dire des quatre autres sonates, la 43ème en mi bémol (HobXVI.28), la 46ème en mi (HobXVI.36) que nous avons déja étudiée, la volcanique sonate en si mineur (HobXVI.32), dernière de la série et celle qui nous occupe maintenant., est qu'elles sont de 1776 au plus tard (1).

La dénomination "quasi una fantasia", empruntée à la fameuse 13ème sonate en mi bémol majeur opus 27 n°1 de Beethoven, est de mon cru; elle reflète la coupe inhabituelle de la sonate de J. Haydn en trois mouvements enchainés sans interruption, procédé que Carl Philip Emmanuel Bach avait déja expérimenté dans une sonate datant de 1765.

Le premier mouvement Allegro mériterait à lui seul la dénomination de fantaisie. L'exposition de ce morceau de forme sonate ne compte pas moins de cinq thèmes ce qui est inhabituel chez Haydn. L'un de ces thèmes imite une sonnerie de cors; dans un autre thème, on note d'amusantes dissonances; un autre thème consiste en un étrange unisson aux deux mains qui préfigure le rythme implacable du 3ème mouvement de la 8ème symphonie de Chostakovitch. Bref il y a dans cette exposition de sonate une incroyable variété de rythmes et de couleurs sonores. Une impressionnante transition permet d'enchaîner ce mouvement d'exception à un magnifique Adagio en fa# mineur qui m'évoque à la fois Jean Sébastien Bach et le Chopin des Préludes opus 28 (quatrième prélude en mi mineur plus précisément). Le Finale (tempo di minuetto) suit sans interruption. C'est en fait un thème suivi de six variations. Le thème, un peu mélancolique, étonne par sa nudité: l'accompagnement de la première partie du thème est réduit à sa plus simple expression. Après l'exubérance du premier mouvement, il y a là un parti-pris d'austérité très frappant. La quatrième variation est ma préférée, elle approfondit le thème et en offre une lecture plus grave et réfléchie.

Une étonnante sonate en résumé qui nous montre un Haydn foisonnant d'idées dans son "laboratoire d'Eszterhazà" (2).

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
(2) Terme inventé par M.Vignal.[i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Sonate n° 45 en la majeur (HobXVI.30), quasi una fantasia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» [Tolstoï, Léon] Le bonheur conjugal, La sonate à Kreutzer, Le diable
» Joyeux anniversaire Sonate!
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Sonates pour piano-
Sauter vers: