AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Benoît

avatar

Messages : 194
Points : 137
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Mar 21 Aoû - 1:35

Le livret de cet opéra manque de cohérence,déséquilibré par un court acte III et l' évolution psychologique des personnages existe peu.A l' écoute,c'est superbe mais sur scène,cela doit certainement mal passer la rampe.

Cet opéra vaut donc pour des arias délicieux et des finales d' une prodigieuse richesse musicale.

Le seul personnage franchement bouffe est Perruchetto,avec des effets comiques garantis.

Célia chante des arias magnifiques dont l' un avec un très beau solo de cor (ou de basson) à l' acte I .A l' acte II,son solo associant un récitatif et un air,et celui de Fileno qui le précède ,forment le centre émotionnel et dramatique de la partition.

Deux très courts choeurs "des chasseurs" rappellent la coloration cynégétique de l' ouverture.

Les 2 finales ,fort longs,recèlent des trésors d' invention,d' une grande diversité de tonalités,avec dans le 2ème un passage parodiant le " choeur des Furies de l' Orfeo de Gluck.

La Fedeltà premiata fut représentée à Vienne le 18 décembre 1784.Mozart était-il présent,nous l' ignorons mais il est frappant d' entendre quelques passages faisant penser à Don Giovanni,aux Noces de Figaro et le récitatif accompagné de Fileno "Bastano i pianti" commence en mi bémol (adagio) exactement comme le mouvement lent dans la même tonalité du concerto n° 27 K. 595 pour piano de Mozart. Troublant,non ?

L' empereur Joseph II,en disant à propos de Haydn :" Il procède exactement comme Mozart ",faisait certainement allusion à sa plainte d' entendre "trop de notes " dans les opéras de Mozart.

Partition donc d' une richesse et d' une diversité admirables,sans être bien sûr au même niveau que les Noces de Figaro ou Don Giovanni.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Ven 24 Aoû - 23:20

benoît a écrit:
A l' écoute,c'est superbe mais sur scène,cela doit certainement mal passer la rampe.

Tout dépend de la mise en scène! Pour ma part, je trouve le thème très riche: un grand prêtre qui détourne un rite religieux barbare (sacrifice humain) à son profit: en éliminant son concurrent, il peut s'approprier la femme qu'il convoite.
HC Robbins Landon insiste sur le côté brillant du nouveau spectacle "Tout le monde aima le nouvel ouvrage, avec sa distribution importante, son orchestre de fête avec timbales, ses magnifiques finales panoramiques...

J'adore cet opéra!

Merci pour ce commentaire passionnant
Giuseppe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Lun 1 Sep - 23:08

Pierre dans un message appelé "Delirium", situé dans la rubrique concertos, à propos des oeuvres pour lira organizzata, a évoque le réemploi par Haydn de mouvements entiers dans des oeuvres ultérieures et en particulier celui de l'ouverture de la Fedelta premiata dans le finale de la 73ème symphonie.

Superbe, cette ouverture de la Fedelta Premiata qui, avec ses magnifiques sonneries de cor de chasse, nous plonge en plein dans l'ambiance de l'opéra dont le aspects cynégétiques sont omniprésents (sonneries de cors, choeurs de chasseurs, mémorable chasse au sanglier, intervention finale de Diane la Chasseresse...).

Le finale de la symphonie n°73 en ré majeur, comme l'a dit Pierre fort à propos, est issu de l'ouverture de la Fedelta Premiata, il donne à cette symphonie une magnifique et puissante conclusion qui équilibre parfaitement le premier mouvement (incidemment un de mes favoris dans les symphonies).

Dans le groupe de symphonies composées entre 1774 et 1784, l'influence de l'opéra est manifeste, on peut noter par exemple que l'ouverture d'Il Mondo della Luna n'est autre que le premier mouvement de la symphonie n°63 en ut "La Roxolane" (1777). Le premier mouvement de la symphonie 61 en ré majeur évoque lui aussi irrésistiblement l'opéra bouffe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Mar 2 Juin - 16:38

Ayant réécouté pendant le week-end La fedelta premiata de Joseph Haydn, je voudrais apporter quelques compléments d'informations au remarquable commentaire réalisé voici près de deux ans par Benoît.

La Fedelta premiata fut crée en février 1781 à Eszterhazà et cette première coïncide à un mois près avec celle d'Idoménée de Mozart à Munich. Le livret de Gianbattista Lorenzi avait déjà servi à Domenico Cimarosa sous son titre original l'Infedeltà fedele (Naples, juillet 1779). L'opéra de Cimarosa, d'abord prévu pour être monté à Eszterhazà, est arrivé dans ce lieu en partition, mais Haydn, au lieu de le faire représenter, décide de mettre lui-même en musique le livret de Lorenzi (1). D'après une étude comparée récente, il apparait que Haydn se serait inspiré de la musique de Cimarosa (2). Faute d'enregistrement disponible de l'opéra de Cimarosa, il m'est impossible d'évaluer l'importance de l'influence du compositeur napolitain. Toutefois, l'Italiana in Londra de quelques mois antérieure à l'Infedeltà fedele peut donner une idée du style de Cimarosa à cette époque de sa vie (3). On a vu que dans l'Italiana in Londra, Cimarosa écrivit deux très longs finales d'actes, celui du premier acte durant plus de dix sept minutes. Haydn avait déjà dans La vera costanza (1778) écrit des finales d'actes très importants (4).

Synopsis. Melibeo, grand prêtre du culte de Diane rappelle qu'une malédiction règne sur la population de Cumes. Chaque année un couple d'amoureux doit être donné en pâture à un monstre jusqu'au jour où un coeur pur se sacrifiera volontairement. Tel est le pivot de l'action dramatique. Amaranta, femme vaniteuse et égoïste est courtisée par Perruchetto, un noble volage et couard. Fillide (Celia) aime et est aimée par Filleno, berger courageux et fidèle. Ces amours gènent les trois protagonistes suivants: Melibeo, qui convoite Amaranta, Lindoro, amoureux de Celia et Nerina, amoureuse de Lindoro. Melibeo, avec la complicité plus ou moins active de Lindoro et Nerina, va désigner Perruchetto et Celia comme victimes données en sacrifice au monstre. Au moment où les victimes vêtues de blanc sont données en pâture au monstre, Filleno s'offre en sacrifice. La prophétie s'est donc réalisée: Diane émue par le geste de Filleno lève la malediction, chasse Melibeo et désormais le peuple de Cumes pourra vivre en paix. Les unions de Celia et Fileno et d'Amaranta et Perruchetto sont célébrées dans la liesse. En fait la trame est beaucoup plus touffue mais le point qui m'a le plus intéréssé est le personnage de Melibeo qui détourne le culte de Diane pour réaliser ses objectifs personnels.

Style. L'opéra est intitulé Dramma pastorale giocoso et ce titre décrit précisément l'oeuvre, qui comporte quelques scènes typiquement bouffes et surtout de grandes scènes dramatiques. C'est aussi une oeuvre de plein air, mettant en scène des bergers et des bergères, des nymphes, des dryades, des satyres dans un cadre naturel, on y voit même un combat de taureaux! La chasse, sous la protection de Diane est omniprésente, on assiste en particulier à une homérique chasse au sanglier. On voit que Haydn, à l'occasion de la restauration du théatre d'Eszterhazà a voulu frapper fort et offrir un grand spectacle. Dans ce contexte, Haydn écrivit un opéra muni de récitatifs secco courts, d'arias nombreux, concentrés et très variés permettant une caractérisation subtile et nuancée des personnages et surtout de finales d'actes étourdissants.

Hits. Il est difficile de dégager des hits dans un opéra qui en comporte tant. En plus de ceux relevés si judicieusement par Benoît, j'ai beaucoup aimé:

-Celia au premier acte chante: "Placidi ruscelletti", une description de la nature, métaphore pour désigner les sentiments qui l'agitent.
-"Sappi que la bellezza...", La beauté est éphémère et le charme d'une femme s'évanouit avec l'âge, nous dit Melibeo d'un ton étonnament charmeur compte tenu de la perfidie du personnage.
-C'est un véritable morceau de bravoure que l'air "Di questo audace ferro..." de l'inénarrable Perruchetto qui, devant le sanglier mort étendu à ses pieds, se vante avec les mots "Non v'é animale bestiale piu di me" (il n'y a pas d'animal plus féroce que moi) et la minute suivante est pris de panique lorsque l'animal frémit.

Les deux finales des deux premiers actes sont grandioses, le premier dure près de 20 minutes et comporte 800 mesures. Robbins Landon et Marc Vignal insistent sur le fait que ces finales sont découpés en sections (pas moins de dix dans le cas du premier) et que des changements de tonalité marquent ces sections. La première section du finale du premier acte est en si bémol majeur, la seconde en sol majeur, la troisième en mi bémol majeur, la quatrième en ut majeur, la cinquième en la bémol majeur etc... soit un intervalle de tierce mineure ou de tierce majeure d'une section à l'autre. Mozart utilisera ce procédé plus tard en 1790 dans les finales de Cosi fan tutte. Selon Marc Vignal les procédés mis en oeuvre par Haydn dans les opéras anticipent sur ses oeuvres futures. De telles modulations, rares encore en 1780 dans la musique instrumentale du maître, deviennent fréquentes à partir de 1784 dans les symphonies et les quatuors à cordes.

J'ai beaucoup de mal à désigner mon opéra de Haydn préféré: si Armida est le plus homogène, le plus dramatique, le plus parfait, Orfeo ed Euridice celui qui m'émeut le plus et m'arrache parfois des larmes, La vera costanza le plus solidement architecturé dans ses deux premiers actes, Orlando paladino le plus riche en musique et le plus foisonnant, La fedelta premiata est indiscutablement le plus spectaculaire.

(1) Introduction tirée de: Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988
(2) Friedrich Lippmann, Haydns "La fedelta premiata" und Cimarosa "l'infedelta fedele", Haydn-studien, 1982.
(3) http://haydn.aforumfree.com/haydn-directeur-musical-de-l-opera-d-eszterhaza-f12/l-italiana-in-londra-t266.htm
(4) http://haydn.aforumfree.com/haydn-directeur-musical-de-l-opera-d-eszterhaza-f12/la-vera-costanza-l-autre-mariage-secret-t203.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Ven 14 Juin - 8:56

A noter qu'une version intégrale de La Fedelta premiata de Giuseppe Haydn est disponible à l'écoute dans un médium bien connu d'hébergement de vidéos. L'Esterházy Chorus & Orchestra est placé sous la direction de Frank van Koten. Le rôle très important de Celia est chanté par Xenia Meijer, alto. 
Je ne donne pas le lien car je ne sais pas si cette captation a été faite avec l'accord des intéressés.

C'est une bonne version moderne, un peu écourtée, qui ne saurait concurrencer question voix la version Dorati qui peut aligner une Lucia Terrani-Valentini dans le rôle de Celia.
On ne fera pas le difficile car les enregistrements de ce chef-d'oeuvre sont peu nombreux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Sam 30 Jan - 23:22

La Fedelta premiata est probablement un des plus importants opéras de Joseph Haydn, non seulement en raison de ses dimensions mais aussi par son livret,  appelant des mises en scènes spectaculaires (monstres, scènes de chasse, sacrifices humains, interventions de Diane Chasseresse).
Le scandale est complet, je ne connais aucune mise en scène récente de cet opéra et aucun DVD. L'amateur devra se rabattre sur les deux CDs existants actuellement:
- le magnifique CD d'Antal Dorati datant de 1976!! avec une palette de chanteurs et cantatrices exceptionnels.
- le CD contenu dans le coffret Brilliant Classics, avec des chanteurs moins connus mais tous bons. sous la direction musicale de Frank van Koten.

Je serais intéressé de savoir si une représentation de cet opéra a eu lieu récemment..

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît

avatar

Messages : 194
Points : 137
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Jeu 11 Fév - 3:19

Je voudrais juste apporter quelques précisions.

Sur un site célèbre de vidéos en ligne, il existe des extraits de représentations de cet opéra :

- celle sous la direction de Frank van Koten avec l'Esterhazy Orchestra au Théâtre de Castres, 1993 , qui doit correspondre aux CDs repris par Brilliant

-une  production par l' Opera Studio de l' Opéra d' état de Bavière, de mars 2011 au théâtre Cuvillies de  Munich sous la direction musicale de Christopher Ward et mise en scène par Stewart Laing

Par ailleurs , le festival de Glyndebourne en 1979 et 80 a programmé cet opéra sous la direction musicale de Simon Rattle : une trace visuelle ??


Pour les CDs, outre Dorati ( et la version Brilliant ) je voudrais signaler absolument la version Hungaroton : excellente et bien chantée, elle est aussi plus complète que la version Dorati : il n'y a aucune coupure dans les récitatifs, et l'on entend même un air supplémentaire : celui de Lindoro,"Non vi sdegnate ", au début de l'acte ll, ici partiellement réorchestré, car n'ayant survécu intégralement que sous forme de réduction pour piano.On note en outre quelques différences :dans l`air de Celia-Fillide « Deh soccori un infelice ›› à l'acte I, le solo instrumental est confié à un basson, non à un cor.

Marc Vignal préfère certains tempos - plus enlevés - de cette version hongroise:air de Perrucchetto  "Coll'amoroso fuoco"  juste avant le premier finale, coro terminal " Quanto più diletta e piace "

Cela peut paraître anecdotique mais cette version - que je possède  aussi- vaut la peine de s' y intéresser.

Je vous mets justement cet air cité avec le solo de basson; d' autres extraits sonores de cette version de J. Gregor sont également disponibles.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Jeu 11 Fév - 9:31

Benoît a écrit:

Cela peut paraître anecdotique mais cette version - que je possède  aussi- vaut la peine de s' y intéresser.

Ce n'est pas anecdotique du tout! Toutes ces informations sont précieuses et permettent à l'amateur d'avoir un choix plus étendu. Merci beaucoup Benoît pour cette version Hungaroton qui curieusement m'avait échappé. Je vais l'écouter intégralement d'ci peu et te donnerai mon point de vue.

Il n'empêche Joseph Haydn est le mal aimé de nos producteurs, directeurs musicaux et metteurs en scène d'opéra. J'adore Mozart et continue de me délecter de ces magnifiques 7 grands opéras de la maturité (si ce mot a un sens pour un homme décédé à 35 ans) mais quel est l'intérêt d'un millième Don Giovanni? Mis à part les éclairs de génie d'un Jacobs, d'un Sellars ou d'un Haneke, beaucoup de versions nouvelles ne font que rabâcher une recette juteuse et ultra connue.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Jeu 11 Fév - 9:47

La Fedelta premiata contient au moins un thème très fort, c'est celui du pouvoir exorbitant des chefs religieux. Melibeo utilise à son profit le culte de Diane chasseresse en pratiquant des sacrifices humains ce qui lui permet de se débarrasser de son rival.

C'est du pain béni pour une mise en scène moderne avec transposition dans le temps et l'espace. Notre époque ne manque pas malheureusement de modèles.

J'ai parlé quelque part mais je ne sais plus où d'un auteur de SF, Jack Vance, qui a traité ce sujet dans un de ses romans. L'action se passe dans un futur lointain et dans un palais où tous les fantasmes des heureux invités peuvent être satisfaits. Un groupe de druides, invités eux aussi à la fête, voulant rétablir l'ordre moral de la nature, vont procéder au sacrifice de leurs prosélytes...

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Sam 13 Fév - 11:51

Merci Benoît pour cet extrait de La Fedelta premiata.

La chanteuse qui chante cet air de Celia est formidable. Quelle voix magnifique.
Je suis plus réservé pour le solo de basson. Le solo de cor était un moment sensationnel et ici le basson est bien plus banal. Il faut aussi penser qu'à l'époque de Haydn, les cors à pistons n'existaient pas et qu'un tel solo avec des cors naturels (peu différents du cor de chasse actuel) était un tour de force. J'imagine donc que ne trouvant pas un corniste d'un tel calibre, le chef J. Gregor a préféré utiliser un basson. Ce n'est qu'une hypothèse et peut-être, Benoît, en sais-tu d'avantage?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Lun 15 Fév - 13:02

J'ai vu qu'il existait au disque une autre version de La Fedelta premiata avec Patricia Ciofi ce qui n'est pas rien!
Je vais l'écouter et vous donnerai mon avis.


_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   Sam 20 Fév - 17:32

J'ai écouté la version dirigée par David Golub, datant de 1999. La prise de son est d'excellente qualité ce qui agrémente l'écoute.

Je suis tombé immédiatement sous le charme.
Cette version est remarquable au plan vocal et égale celle d'Antal Dorati. Je ne ferai pas de comparaisons oiseuses entre les artistes illustrant chaque rôle.
Patrizia Ciofi, soprano, donne au personnage de Nerina une épaisseur qu'elle est loin d'avoir dans le livret. Sa voix merveilleuse enchante et éclaire tout l'opéra.
Christopher Schaldenbrandt est un surprenant Perruchetto qu'on attend pas dans ce rôle avec sa voix de baryton. La voix est magnifique et il donne au personnage un aspect martial qui contraste avec sa couardise.
Monica Groop mezzo soprano est une Celia tout à fait remarquable de force et de constance.
John Aler (Fileno) et Simon Edwards (Lindoro) sont tous deux de splendides ténors.
Daniela Barcellona (mezzo soprano) qui joue le rôle d'Amaranta a une voix également magnifique et nous régale des plus beaux airs de la partition.
Charles Austin (baryton) est un bon Melibeo.

Orchestre magnifique avec des cors très en dehors comme il se doit.
Cet enregistrement rend justice à cet opéra magnifique et à Giuseppe Haydn.

J'attends toujours une version sur instruments d'époque avec des cors naturels, seuls capables de restituer l'ambiance cynégétique de ce chef-d'oeuvre.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA FEDELTA PREMIATA HobXXVIII.10
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Opéras-
Sauter vers: