AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde   Mer 3 Sep - 17:56

La Cecchina (La Buona Figliuola) de Niccolo Piccinni (1728-1800) fut crée en 1760 au Teatro delle Dame de Rome. Son succès fut immédiat et l'oeuvre fit rapidement le tour de l'Europe. Joseph Haydn monta l'opera à Eszterhazà en 1776 (Vignal 1988). La Cecchina triomphera à Paris; invité dans cette ville, Piccinni devint le héros involontaire d'une querelle historique entre les tenants de l'opera italien (piccinnistes) et ceux de la tragédie lyrique à la française (gluckistes). Ce furent finalement ces derniers qui l'emporterent alors que Gluck s'imposait comme le rénovateur de l'opera français en produisant chef d'oeuvres sur chef d'oeuvres et en particulier sa géniale Armide (1778).

Le livret de La Cecchina est de Carlo Goldoni. Cecchina, la jardinière du marquis de la Conchiglia, ignore ses origines*. Elle aime secrètement le marquis. Ce dernier lui révèle qu'il est amoureux d'elle mais les conventions sociales empêchent Cecchina de le prendre au serieux. Dans un contexte d'hostilité générale ambiante vis a vis de Cecchina, les choses en restent là jusqu'a la venue inopinée de Tagliaferro, un soldat allemand. Ce dernier raconte au marquis que, 20 ans auparavant, son colonel et baron avait perdu une petite fille appelée Mariandel au cours de la retraite de ses troupes. La petite fille serait reconnaissable à une petite tache de vin sur son sein. Le marquis se persuade que la fille perdue est en fait Cecchina et que cette dernière est donc noble.Les deux hommes trouvent Cecchina endormie et pendant que le marquis s'eloigne, Tagliaferro s'approche de la jeune fille afin d'identifier sa marque. Le marquis annonce à la cantonade sa décision d'épouser une dame allemande de noble lignage au grand dam de Cecchina. Il finit par révéler à celle-ci qu'elle s'appelle en fait Mariandel, qu'elle est baronne et que rien ne s'oppose plus à leur mariage.

Sur cette trame tirée de la Pamela de Richardson, Piccinni tissa un chef d'oeuvre. Cecchina porte sur ses épaules fragiles la pièce, elle a les airs les plus émouvants et bénéficie d'une caractérisation tres poussée. Le marquis est aussi subtilement decrit, il propose en effet le mariage lorsqu'il est en mesure d'affirmer que Cecchina est baronne bien que rien n'indique qu'il en ait la preuve.

Les temps forts de l'opera sont très nombreux. Au premier acte on relève l'air splendide de Cecchina "Una povera ragazza...", qui dut arracher des larmes au public de l'époque.
Le finale de l'acte est particulièrement dramatique: alors que tous les protagonistes accusent Cecchina, elle se défend désespéremment, implore la pitié puis décide de quitter le château. Toute la puissance dramatique réside dans les alternances de tonalités majeures (les accusations des personnages du château) et mineures (les supplications de Cecchina).

Le deuxième acte est le point culminant de l'opéra du point de vue de l'action et de la force dramatique. Il commence de façon tonitruante par l'arrivée de Tagliaferro dont le premier air est une "aria di guerra" avec trompettes et tambours. Le comique reside dans le texte, écrit dans un mélange d'italien et d'allemand, procédé qui devait amuser beaucoup le public de cette epoque, on trouve en effet le même type de situation dans l'"Infedelta delusa" de J.Haydn (1773), dans Falstaff de Salieri (1796)...chaque fois avec un effet comique irresistible.
Dans l'air "Alla larga...", Cecchina manifeste sa fierté ainsi que sa lucidité face aux entreprises du marquis et se montre à l'opposé des héroïnes rouées de l'epoque (Serpina). Le point culminant de l'opera est atteint avec la scene XII d'importance capitale: Cecchina s'endort en espérant savoir qui est son père* avant de mourir alors que Tagliaferro s'approche d'elle dans l'espoir (peut-être deçu) d'apercevoir la marque. Le recitatif et l'air admirables évoquent par leur sensualité le chant populaire napolitain. Pour souligner cet aspect l'accompagnement comporte plusieurs instruments traditionnels napolitains (le colascione, la mandoline, le mandolone ...). Vingt ans plus tard, une scène presque identique prendra vie sous la plume de Cimarosa dans "Il Fanatico Burlato" (1787), le sommeil de Doristella, un moment magique de ce remarquable opéra.
Dans le finale du deuxieme acte la confusion est à son comble, Cecchina est encore pointée du doigt par tous les habitants du château tandis que Tagliaferro essaye sans succès d'expliquer le pourquoi de sa venue. Devant l'assemblee medusée, le marquis et Tagliafero prennent chacun une main de Cecchina et déclarent: "via, tacete, disgraziate, rispettate questa qui" (attention, malheureux, taisez-vous et respectez cette personne là").

L'acte 3 n'est plus qu'un appendice car tous les fils de l'intrigue sont déja dénoués. On remarque toutefois un deuxieme aria di guerra de Tagliaferro qui probablement plut beaucoup à J.Haydn car il composa pour son "Incontro improviso" (1775) un air tout aussi irrésistible avec les mêmes effets comiques (imitation du bruit du canon).

Bibliographie

Pierfranco Moliterni, Michèle Sajous D'oria, Vito Paternoster, La Cecchina ossia La buona figliuola, Incisione Bongiovanni 2000.
Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
http://www.operanapolitain.com/index.htm

*La recherche du père est un thème recurrent dans le cinéma recent:
Elisa de Jean Becker avec Vanessa Paradies et Gerard Depardieu, 1995


Dernière édition par Giuseppe1732 le Lun 15 Sep - 22:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde   Mer 3 Sep - 19:54

Super, j'avais commandé l'enregistrement Bongiovanni depuis longtemps mais j'hésitais à l'écouter ne connaissant pas du tout l'intrigue. Voilà qui me met le "pied à l'étrier". Je commence dès ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde   Jeu 4 Sep - 0:18

Et, outre le livret en français sur odb-opéra, on peut trouver la partition ici :

http://imslp.info/files/imglnks/usimg/8/84/IMSLP18983-PMLP44830-Piccinni_-_La_buona_figliuola.pdf

Incroyable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde   Jeu 4 Sep - 11:52

Super cette partition de La Cecchina!
Merci JPS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde   Aujourd'hui à 3:08

Revenir en haut Aller en bas
 
LA CECCHINA ou La Buona Figliuola, pomme de discorde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La pomme de discorde
» tarte aux pomme de terre et saucisses de strasbourg photo
» gateau au noix pomme orange
» (typo) Pomme
» pomme d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: