AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sonate n°51 en mi bémol majeur (HobXVI.38)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Sonate n°51 en mi bémol majeur (HobXVI.38)   Lun 15 Sep - 9:42

Quatrième du recueil de 1780, la sonate n°51 en mi bémol majeur (HobXVI.38) débute par un Allegro moderato au thème initial très étendu d'une grande beauté mélodique. Un deuxième exposé du thème est suivi par un motif rythmique très saccadé tout à fait caractéristique. La dominante une fois atteinte, alors qu'on attend un second thème, on assiste à un troisième retour du thème initial suivi par un motif nouveau en arpèges ascendants. Le développement s'ouvre par le motif rythmique saccadé cité plus haut et consiste en un travail thématique sur le thème initial. Ce dernier est présenté sous différents éclairages grâce à des modulations très expressives généralement dans les tons mineurs.

L'Adagio en ut mineur est, à mon avis, le sommet de l'oeuvre. Sa forme est curieuse, on dirait au premier abord une structure sonate; l'exposition se déroule normalement puis, chose tout à fait inhabituelle, on assiste à une reprise profondément variée de cette première partie. Après un court développement, en fait une simple transition, la réexposition consiste en une nouvelle variation très libre de la première partie. En somme si l'on met à part les quelques mesures de transition, on peut considérer ce mouvement lent comme un thème suivi de deux variations.
Il semble difficile aux musicologues de dater les sonates de Haydn en l'absence d'indications de son auteur (1). Par contre il est quelquefois possible de constater des analogies avec des oeuvres qui, elles, sont datées. C'est peut-être le cas ici car le début de l'Adagio ressemble, à mon humble avis, au début du récitatif qui ouvre l'Azione dramatica "L'Isola disabitata" composée en 1779. Comme dans "l'opérette" (2), le sentiment général de ce mouvement de sonate est tragique avec une superbe et romantique conclusion en mi bémol majeur qui clot l'exposition de la première partie. Cette très belle conclusion est notablement modifiée et rendue encore plus expressive dans les deux "variations".

Le finale, Allegro, est un énergique tempo di minuetto qui termine l'oeuvre dans une ambiance de plénitude sonore typique de la tonalité de mi bémol.

Cette très belle sonate présente des analogies formelles avec la précédente en ré majeur (HobXVI.37), elle est également influencée par l'opéra. Elle en différe cependant par un caractère plus réservé et introverti.

(1) Lire les considérations développées par Marc Vignal dans "Le corpus des sonates", Joseph Haydn, Fayard, 1988.
(2) C'est Haydn lui-même qui utilise ce terme pour désigner l'Isola Disabitata (l'Ile déserte)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Sonate n°51 en mi bémol majeur (HobXVI.38)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» [Tolstoï, Léon] Le bonheur conjugal, La sonate à Kreutzer, Le diable
» Joyeux anniversaire Sonate!
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Sonates pour piano-
Sauter vers: