AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang   Mar 7 Oct - 16:48

En musique le mouvement "Sturm und Drang" se traduit par de nouveaux contrastes dramatiques alimentés par l'usage de tonalités éloignées, de grands intervalles de timbre et de niveau sonore, par l'emploi du contrepoint dans une recherche d'intensité expressive accrue. Les symphonies et les quatuors composés par Joseph Haydn entre 1769 et 1773 fournissent d'admirables exemples de cet état d'esprit.

La sonate n° 31 en la bémol majeur (HobXVI.46) (1768-70), la sonate n° 32 en sol mineur (HobXVI.44) (1771-3), et la sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) (1771) sont trois exemples de sonates imprégnées d'esprit "Sturm und Drang". Alors que les sonates composées à cette époque restèrent pour la plupart dans les cartons de Haydn, la sonate en ut mineur fut incorporée dans une série de six (n° 48 à 52) publiées par Artaria en 1780, ce qui suggère que Haydn en était particulièrement fier. Effectivement la sonate en ut mineur est une oeuvre phare qui éclaire la production contemporaine. Il faudra attendre l'année 1789 pour que Haydn avec sa grande sonate n° 58 en ut majeur (HobXVI.48) écrive une sonate de taille et d'ambition comparables.

Le premier mouvement, Moderato, débute avec un thème qui, une fois répété à l'octave inférieur, ne reparait plus dans l'exposition. La suite est constituée de motifs assez courts, sans liens apparents les uns avec les autres, qui donne une impression d'improvisation ou de récitatif. Ce n'est qu'à la fin de l'exposition qu'apparait le second thème en mi bémol, bien typé lui, avec un accompagnement caractéristique en sextolets de doubles croches. Le développement débute avec le premier thème qui passant à la main gauche devient encore plus dramatique mais c'est surtout le second thème qui va faire les frais du développement avec de magnifiques modulations très pathétiques. La réexposition est semblable à l'exposition mis à part la transposition du discours musical en ut mineur. Le premier thème, à la main gauche, donne cependant lieu à une extension magnifique par ses chromatismes à la main droite, climax du mouvement entier. Dans tout le mouvement on remarque la profusion de nuances allant du pianissimo au fortissimo avec parfois dans une même mesure trois alternances successives de piano, forte (p f p f p f). On retrouvera ce trait dans le 15ème quatuor en sol majeur KV 387 (1783) de Mozart avec dans le premier mouvement et surtout le menuetto, la même alternance de nuances (une succession de 19 piano et forte alternés sur chaque temps!).

Le deuxième mouvement Andante conmoto, "oeil du cyclone des mouvements extrêmes selon Charles Rosen"(cité par John McCabe (1)) se déroule dans un calme apparent. Le magnifique contrepoint à deux voix de ce morceau rappelle le non moins magnifique Adagio de la sonate n° 31 en la bémol. Ce calme ne dure pas longtemps car très rapidement, la main droite adopte un rythme syncopé qui, se maintenant pendant la plus grande partie du morceau, apporte une note d'instabilité.

Le troisième mouvement Allegro, par ses dimensions, équilibre harmonieusement le vaste premier mouvement. Il constitue, à mon avis, le sommet émotionnel de l'oeuvre. Le thème est énoncé deux fois, la deuxième fois à l'octave inférieur. Après un développement tumultueux, la rentrée nous réserve une surprise: le thème initial, énoncé une fois seulement, donne lieu à un deuxième développement plus vaste encore que le premier avec d'extraordinaires croisements de main extrêmement pathétiques après quoi le deuxième énoncé du thème principal signe la réexposition très écourtée (2).

Cette sonate fut une révélation pour moi quand je l'entendis pour la première fois. Il est possible que Mozart l'ait connue car on en trouve dans son oeuvre viennoise de nombreux échos. Dans la fantaisie en ut mineur KV 475, j'entends un passage du développement du premier mouvement de la présente sonate. Le premier mouvement de la symphonie en sol mineur KV 550 s'inspire du troisième mouvement de la sonate avec un deuxième développement aux accents très proches de la partie correspondante de la sonate.

(1) John McCabe, Haydn, The Piano Sonatas, Decca, 1975.
(2) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang   Mer 8 Oct - 0:27

Cette sonate m'a paru assez étrange à la première audition. Le contrepoint à deux voix de l'andante donne l'impression d'un véritable labyrinthe dont on ne sort qu'avec peine. Le finale est magnifique, c'est le mouvement le plus frappant au premier abord, surtout cette magnifique progression des croisements de mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pianiste.2008



Messages : 98
Points : 52
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang   Ven 17 Oct - 0:19

Il est possible de télécharger gratuitement la sonate (fichier MP 3) à l'adresse suivante:

http://pianosociety.com/cms/index.php?section=254

Le site « Piano Society » regorge d'enregistrements, disponibles en libre téléchargement. Tous ces fichiers sonores ne sont pas forcément excellents, mais pour une première approche, c'est toujours intéressant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang   Ven 18 Nov - 22:59

Cette sonate en ut mineur n° 33 HobXVI.20 de Joseph Haydn a fait l'objet de l'emission Le Jardin des Critiques de Radio-France le lundi 31 octobre.

Parmi six versions proposées, dont celle de Jean-Efflam Bavouzet utilisée comme étalon interne, un jury composé de Marcel Marnat, spécialiste de Haydn, Vincent Warnier, pianiste, Piotr Kaminski, journaliste et Silvie De May, soprano et professeur de chant, ont élu deux versions:
-une d'Alfred Brendel. D'une grande profondeur, cette version met l'accent sur le côté prébeethovénien de la sonate avec, à mon humble avis, une réserve en raison des tempos très lents notamment dans l'andante con moto, joué comme un adagio. Pour ma part Brendel rend totalement justice au premier mouvement.
-une d'Andreas Schiff. Plus classique et plus baroque, elle met en lumière l'humour du compositeur, latent même dans une oeuvre dramatique de l'époque Sturm und Drang, les tempos plus allants donnent un grand dynamisme à l'oeuvre.

Ont été éliminés Alain Planès et Malcolm Bilson après le premier round. Jean Efflam Bavouzet et Rudolf Buchbinder ont été ensuite mis de côté bien que le jury ait reconnu leurs très grandes qualités.

On peut entendre cette émission en différé jusqu'au 30 novembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang   Aujourd'hui à 8:45

Revenir en haut Aller en bas
 
Sonate n° 33 en ut mineur (HobXVI.20) Sturm und Drang
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passeport pour mineur
» [Tolstoï, Léon] Le bonheur conjugal, La sonate à Kreutzer, Le diable
» Jules Mousseron, Poête Mineur
» Séjour avec un Mineur
» Joyeux anniversaire Sonate!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Sonates pour piano-
Sauter vers: