AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sonates n° 15 en mi et n° 16 en ré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Sonates n° 15 en mi et n° 16 en ré   Mar 4 Nov - 12:35

Les sonates n° 15 en mi et n° 16 en ré ont une coupe identique (un mouvement vif, un menuet, trio et un presto) et auraient été composées ensemble avant 1760 (1).

La sonate en mi (HobXVI.13) s'ouvre par un Moderato. Le thème principal est très harmonieux mais curieusement le compositeur donne l'impression de ne pas savoir où aller dans le développement, chose inconcevable chez Joseph Haydn.

Le Menuet surprend par sa métrique régulière à l'opposé de tous les menuets que nous avons vus jusqu'ici. La fixité tonale du trio est frappante et le résultat, à mon humble avis, plutôt monotone.

Le finale Presto est brillant et incisif. Le thème énoncé d'abord en mi majeur est répété en mi mineur. Les rythmes sont carrés, les harmonies déroutantes. Le développement, très court, contraste avec ceux des finales des autres sonates.

On l'aura compris, je ne "sens" pas Haydn dans cette sonate.

Disons le d'emblée, la sonate n° 16 en ré (Hob.XVI.14) est une des plus belles sonates de "jeunesse" de Haydn.

L'Allegro moderato ressemble au mouvement initial de la sonate n° 13 en sol, même dynamisme dans le thème initial, même charme dans les idées secondaires, les chromatismes de la fin de l'exposition sont particulièrement délectables. Dans le développement, suivant son habitude dans plusieurs sonates de cette époque, Haydn reprend les idées de l'exposition en les variant avec grâce et science à la fois.

Le menuet est élégant et serein. C'est au contraire l'inquiétude qui règne dans l'émouvant trio en ré mineur qui avec ses sixtes parallèles ressemble au trio en sol mineur de la sonate n° 13.

Le finale, Presto, est une merveille d'humour et d'ingéniosité. Marc Vignal a fait une analyse approfondie de ce mouvement (1). Je me contenterai de quelques données personnelles. Le thème est formé de deux motifs, l'un de deux mesures (croche pointée double croche puis deux croches et une noire), l'autre de trois mesures de doubles croches. Ces deux motifs vont donner lieu à un développement continu d'une géniale inventivité. Le puissant mouvement chromatique en octaves des basses un peu avant les barres de reprises est particulièrement remarquable. Comme nous l'avons déjà vu dans les sonates n° 6, 11 et 13, le développement proprement dit s'articule sur une réexposition amputée du thème principal. Ce procédé très séduisant sera abandonné, à ma connaissance, dans les structures sonates suivantes.

Haydn est tout entier dans cette sonate qui atteint la perfection dans ce cadre restreint qui est celui des sonates de "jeunesse".

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Sonates n° 15 en mi et n° 16 en ré
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les sonates de guerres de prokofiev

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Sonates pour piano-
Sauter vers: