AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: ESZTERHAZA   Ven 29 Fév - 23:15

Joseph Haydn vécut et travailla longtemps à Eisenstadt, jusqu'en 1768, date après laquelle il s'installe à Eszterhaza, le petit Versailles de Nicolas le Magnifique.
Comme le relate Marc Vignal:
"Le château d'Eszterhaza fut construit en 1766. Si Haydn et ses virtuoses se produisirent à Eszterhaza dès 1766, ils ne s'y installèrent vraiment qu'au tournant de 1768 et de 1769...".
"Le 27 octobre 1778, Haydn vend sa maison d'Eisenstadt disposant ainsi pour la première fois de sa vie d'un pécule appréciable".
"Mais ce n'est qu'en 1784 avec la construction de la grande cascade que le château d'Eszterhaza fut véritablement considéré comme terminé. Il comprenait alors cent vingt six pièces et avait couté treize millions de florins".

Cette date 1768 est importante, jusque là, J.Haydn avait composé des oeuvres magnifiques et sereines. A partir de 1768 et jusqu'en 1773, commence la période dite "Sturm und Drang", terme assez réducteur, mais qui a le mérite de mettre l'accent sur une série de symphonies et de quatuors écrits dans des tonalités souvent mineures et parfois "exotiques" (fa dièze mineur, si majeur), remarquables par leur caractère passionnés et véhéments. Une des toutes premières oeuvres dans ce style est la 39ème symphonie en sol mineur de 1767 qui précède de peu la célèbre 49ème symphonie en fa mineur (La Passione) de 1768, le chef-d'oeuvre de cette période est peut-être la sublime 44ème symphonie en mi mineur (Funèbre) de 1771, une de mes préférées parmi les 107. Enfin la trilogie des symphonies 45,46,47, respectivement en fa dièze mineur, si majeur, sol majeur, est sans doute avec les quatuors opus 20, le sommet de cette année 1772 si féconde en immortels chef-d'oeuvres.
Amicalement
Piero

Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.


Dernière édition par Piero1809 le Mar 7 Juil - 21:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Lun 15 Déc - 11:56

La saison 1776 de l'opéra d'Eszterhazà fut attristée par un évènement tragique qui survint le 19 septembre au beau milieu d'une représentation de l'Isola d'Amore de Sacchini sous la direction de Joseph Haydn: la soprano Barbara Dichtler, née Fux, qui tient le rôle de Belinda, murmure "Non posso piu sostenermi in pie" (Je ne peux plus me tenir debout) et s'affaisse raide morte.

Le Prince Nicolas I Esterhàzy, soucieux de l'éducation des enfants, continuera à verser à l'époux, le ténor Leopold Dichtler, les avantages en nature qu'auparavant percevait la défunte.

Anecdote tirée de l'ouvrage de Marc Vignal (1).

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, p.209.


Dernière édition par Giuseppe1732 le Dim 21 Déc - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Incident Tragi-comique   Mer 17 Déc - 21:49

Un incident tragi-comique eut lieu au théâtre d'Eszterhazà le 24 octobre 1776. On représente ce jour-là Il Finto Pazzo de Dittersdorf, et la soprano Katherina Poschwa (rôle de la bergère Eurilla), pour répondre aux exigences du livret, doit à un moment donné se comporter "come una pazza" (comme une folle). Son partenaire, le ténor Benedetto Bianchi (rôle du capitaine Ercole, amoureux éconduit d'Eurilla), sans doute enhardi par l'hilarité générale, en profite pour s'accroupir et lui soulever deux fois la robe avec sa canne. La chanteuse, probablement alertée par les cris de l'auditoire et des membres de l'orchestre, parmi lesquels son mari, hautboïste, ne s'aperçoit du geste qu'à la troisième tentative.

Le lendemain, le couple Poschwa ne manque pas de porter plainte auprès du prince, qui condamme Bianchi à deux semaines de prison, cinquante coups de bâton et des excuses publiques (1).

(1) Extrait de Joseph Haydn de Marc Vignal, p 209.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: 14 juillet 1789   Mar 6 Jan - 15:02

Par une extraordinaire coïncidence, un document signé de Haydn...porte comme date celle de la prise de la Bastille:

Ce qui suit a été acheté par moi sur ordre écrit du Kapellmeister Haydn pour le théatre princier:
Partition de Gelosie Fortunate (Anfossi) 30 Fl.
Partition Pittor Parigino (Cimarosa) 30 Fl.
Partition Le Nozze di Figaro (Mozart) 30 Fl.
Parties vocales du même opéra 30 Fl.

Id est 120 Fl.
Josephus Haydn mpria
Eisenstadt, 14 juillet 1789.

Extrait de Joseph Haydn par Marc Vignal, Fayard, 1788 p312.


Dernière édition par Giuseppe1732 le Mar 6 Jan - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie Nationale   Mar 6 Jan - 15:05

Une lettre du 28 août 1789 envoyée à l'editeur Sieber montre que, de sa lointaine Hongrie, Haydn avait eu vent des récents événements de Paris:

Monsieur,
Etant maintenant certain que les quatre symphonies qu'il me faut composer vous sont destinées, je vais faire de mon mieux pour qu'elles soient prêtes le plus tôt possible, et vous les enverrai les unes après les autres après achèvement. Soyez rassuré, j'accorderai à ce travail tout le soin qu'il faut, car je n'oublie jamais ni mon honneur, ni ma réputation.
N.B. J'aimerais qu'une des quatre symphonies porte comme titre Symphonie nationale. En attendant...

Josephus HAYDN mppria

A la fin de 1789, Haydn dispose de trois nouvelles symphonies les 90, 91 et 92èmes (Oxford). Mais toutes sont destinées au comte d'Oigny. Cela n'empêche pas de les envoyer au prince d'Oettingen-Wallerstein en lui faisant croire qu'il en est l'unique possésseur.

Extrait de Joseph Haydn par Marc Vignal, 1988, P 312-3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
cd-man



Messages : 55
Points : 11
Date d'inscription : 24/05/2008
Localisation : Vosges

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Ven 9 Jan - 1:03

Tout d'abord... bonne année à tous ! Bon ! J'espère que 2009 sera positive pour ce site. Pour en revenir au sujet, serait-il possible de voir quelques images du lieu ? Je pense à des gravures de l'épqoue... mais ça me plairait bien aussi de voir des photos de l'endroit... avec les commentaires de nos spécialistes ! Piero, tu es allé voir cette salle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benoît



Messages : 189
Points : 132
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 52
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Ven 9 Jan - 16:02

J' ai trouvé cela ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Ven 9 Jan - 16:06

cd-man a écrit:
Giuseppe, tu es allé voir cette salle ?
J'ai visité le château, il y a quelques années, en 1996, je crois. Un château très élégant, à l'architecture superbe. L'opéra ne se visitait pas. Il me semble qu'un programme de restauration de l'opéra vient d'être entrepris.
Amicalement
Piero

Merci, Benoit, pour le plan de l'opéra. Il semble que c'était un édifice imposant!


Dernière édition par Piero1809 le Mer 3 Mar - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Jeu 9 Juil - 14:50

Dans la nuit du 17 au 18 novembre 1779, les deux "poêles chinois" servant à chauffer la fameuse salle de bal "chinoise" du château d'Eszterhazà explosent, provoquant un terrible incendie.

"Dans cet incendie, Haydn perd définitivement un certain nombre d'oeuvres dont la plupart de ses opéras pour marionnettes. Périssent également toutes les copies non envoyées à l'extérieur des quelques 50 symphonies qu'il a composées depuis son entrée chez les Eszterhazy....De même disparaissent les matériels d'exécution de tous les opéras italiens de Haydn jusqu'à la version 1779 de la Vera Costanza, ce qui permet de dire que sans l'incendie de 1779, Acide, Lo Speziale et Le Pescatrici nous seraient peut-être parvenus intégralement"(1).

Le 18 décembre, un mois après la catastrophe, on pose solennellement la première pierre d'un nouvel opéra.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 229-30.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Sam 11 Juil - 19:09

Fin octobre 1785, Eszterhazà reçoit un nouvel hôte de marque en la personne du général Francisco de Miranda (1750-1816), futur héros de l'indépendance vénézuelienne et flûtiste amateur de talent. A cette occasion Haydn lui fit visiter de fond en comble le château et lui donna des informations sur son organisation.

Miranda consigne l'événement dans son journal:".....le prince a une rente annuelle de 700.OOO florins, 340 serviteurs de toute catégorie, une compagnie de grenadiers de 150 hommes, vêtus à la prussienne, 400 chevaux et la cavalerie. Le théâtre qui fonctionne toute l'année, lui coûte 30.000 florins par an..."

Source: Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp.271
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Sam 13 Fév - 23:07

Comme on l'a dit déjà plusieurs fois, l'opéra d'Eszterhazà est très réputé dans l'Europe entière (1,2). Il doit sa réputation en grande partie à la personnalité et la compétence exceptionnelle de son "Directeur Musical", le maître de chapelle Joseph Haydn. Il ne faut pas négliger toutefois la qualité de l'orchestre et des chanteuses et chanteurs. Ces derniers étaient embauchés dans le cadre d'un contrat d'un an et demi à deux ans.

La soprano Maria Jermoli et le ténor Guglielmo Jermoli sont engagés pour un an et demi en 1777. Ils reviendront plus tard à Eszterhazà pour créer les rôles de Celia et Fileno dans la fedelta premiata en 1781.
La soprano Barbara Ripamonti chantera dans onze opéras dont la Vera Costanza en 1779 où elle créera le rôle de Rosina et dans L'Isola disabitata en 1780 où elle chantera celui de Costanza.
Le couple formé par Antonio Polzelli et Luigia Polzelli est engagé en 1779. Luigia interprète le plus souvent des rôles de soubrette ou des seconds rôles. Haydn lui écrira de très nombreux airs dont certains sont magnifiques.
La grande soprano Costanza Valdesturla fera une belle carrière à Eszterhazà et chantera dans 25 opéras dont La Fedelta premiata et Orlando paladino de Haydn. Elle participera à la reprise de la Vera Costanza dans le magnifique rôle de Rosina en 1785. Elle épousera plus tard le directeur du Gewandhaus de Leipzig et chantera 19 années dans cet établissement. En 1799 elle chantera Ah! Perfido de Beethoven....
Autres artistes engagés: Matilde Bologna qui sera Angelica dans Orlando paladino, Antonio Specioli et Prospero Braghetti, respectivement Orlando et Medoro dans le même opéra...

Vu la difficulté de certaines parties (on pense en particuliers à celles d'Angelica et leurs redoutables vocalises), il faut croire qu'en les composant, Haydn était sûr d'avoir à sa disposition des interprêtes de très haut niveau.

(1) Source des informations: Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
(2) Le prince Nicolas ne voulait sans doute pas que Esterhazà devienne une succursale du Burgtheater de Vienne, c'est pourquoi il s'efforça de plus en plus à mettre au répertoire des oeuvres cherchées directement en Italie et donc inédites en Autriche, plus évidemment la primeur des créations de son Maître de Chapelle qui, on le rappelle ici, refusera de composer des opéras à partir de 1784.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Jeu 29 Juil - 21:24

Dialogue imaginaire entre le Prince Nicolas le Magnifique et Joseph Haydn au cours du mois de novembre 1788 à propos d'Il Marito Disperato de Domenico Cimarosa.

-Monsieur le Maître de Chapelle, vous avez insisté pour diriger une quatrième représentation d'Il Marito disperato. J'aime habituellement beaucoup les opéras de Domenico Cimarosa, toujours racés et élégants, mais Il Marito Disperato ne me plaît pas décidément et je vous demande d'arrêter les représentations et de passer à l'opéra suivant qui, grâce à vos soins, est déjà exécutable.

-Altesse Sérénissime, permettez-moi de manifester mon étonnement. Après des douzaines d'opéras italiens de Pietro Guglielmi, de Gennaro Astaritta, de Pasquale Anfossi, de Vincenzo Righini, de Luigi Bologna... qui m'ont ennuyé du fait de leur structure lâche, dépourvue de densité musicale, leurs mélodies certes agréables, mais banalement harmonisées, leurs répétitions incessantes....Il Marito disperato est musicalement intéressant, un des opéras les plus élaborés et concentrés parmi ceux que nous avons montés depuis la Buona Figliuola de Nicolà Piccinni, pour ne pas parler des miens qui n'ont pas toujours reçu l'accueil qu'ils méritaient. Les ensembles y sont très travaillés avec une belle polyphonie et des modulations très expressives...

-Vous avez sans doute raison pour la musique mais le livret de Giambattista Lorenzi est bien trop stupide. On se moque de façon choquante de personnes de haute naissance ce qui est dangereux à l'heure actuelle car vous n'ignorez sans doute pas qu'il règne depuis quelque temps une agitation inquiétante au Royaume de France. De plus la Princesse Marie Elizabeth a trouvé inconvenante la scène où l'on voit le Comte Fanfalucci dans une posture manquant totalement de dignité. Pour l'ensemble de ces raisons, je vous prie d'arrêter les représentations d'Il Marito Disperato et de prévoir pour la première semaine de décembre la Première d'Il Tamburo Notturno de Giovanni Paisiello.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Sam 26 Mar - 0:40

Une chanteuse s'est particulièrement distinguée pendant les années 1770 à l'opéra d'Eszterhazà. Il s'agit de Magdalena Spangler qui a tenu brillamment les rôles de Grilletta dans Lo Speziale (1768), de Lesbina dans Le Pescatrici (1770), de Despina dans l'Infedelta delusa (1773), et de Rezia dans l'Incontro improviso (1775), opéras qui ont été commentés dans le forum opéras.

De plus Magdalena Spangler a tenu la partie de Sarah dans Il Ritorno di Tobia, magnifique oratorio italien datant également de 1775 et dont nous avons parlé dans le forum Oeuvres Vocales.

Pour plus de détails concernant cette chanteuse, on peut consulter l'excellent site consacré à l'opéra baroque: Quell'usignolo

http://www.quellusignolo.fr/sopranos/spangler-m.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Emmanuelle



Messages : 44
Points : 58
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Mer 30 Mar - 17:56

Toujours dans la série "articles en ligne en anglais" tout à fait passionnants,

Joseph Haydn's "Experimental Studio" in EsterházaAuthor(s): Gerhard J. Winkler and Irene Zedlacher
Source: The Musical Quarterly, Vol. 80, No. 2, Orchestra Issue (Summer, 1996), pp. 341-347
Published by: Oxford University Press

http://staff.washington.edu/sgbailey/haydn/haydn%20experimental%20studio.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Mer 6 Avr - 22:15

Merci Emmanuelle pour cette référence d'un article intitulé Joseph Haydn's Experimental Studio in Eszterhazà. C'est un article d'un intérêt exceptionnel. Comme je pense très modestement que les quelques trente années passées au service des Eszterhazy (1761-1790) jouent un rôle déterminant dans l'évolution du style de Joseph Haydn, il me faut absolument lire ce document. Je vais écrire à l'auteur pour obtenir un tiré à part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Mer 31 Aoû - 9:48

Voilà un document très intéressant concernant le château d'Eszterhàza, le Versailles Hongrois.

http://209.68.16.34/pdf/pubs_Eszterhaza.pdf

Ce rapport date de 1993. Entre temps la crise mondiale a freiné quelque peu les ambitions des uns et des autres!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Lun 15 Juil - 10:12

Wikipedia a publié un article intéressant sur le Palais d'Eszterhàza.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_Esterházy_(Hongrie)

On peut constater que les palais a été rénové en 2010.
Dommage que la couleur ocre ait été abandonnée en faveur d'une couleur blanche a priori banale.
Il faudrait revisiter le château pour juger.

Un diaporama intéressant à feuilleter à l'envers à partir de la dernière page n° 262:
http://album.aufeminin.com/album/see_495168_257/Magyarorszag-Hongrie.html#p262
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Dim 13 Avr - 15:44

Le 19 septembre 1790, le Prince Nicolas le Magnifique assistait à un triple mariage célébré à la cour de Vienne. Les mariés étaient deux fils et une fille de l'Empereur Leopold II et de l'Impératrice Maria Luisa. La veille Joseph Haydn avait rencontré le roi de Naples Ferdinand IV dont les deux filles et le fils étaient les fiancés des rejetons impériaux. Il fut extraordinairement bien accueilli par Ferdinand IV qui lui commanda des morceaux nouveaux pour la lyre, en fait les magnifiques Nocturnes pour le roi de Naples HobII.25-32.

Le Prince Nicolas II tomba malade, la maladie évolua de façon foudroyante et le 28 septembre, Nicolas le Magnifique mourut dans la capitale à 77 ans (1).

Les conséquences furent brutales à Eszterhàza. Le Prince Anton, successeur de Nicolas, n'aimait ni le théâtre ni la musique et l'opéra fut fermé et tout le personnel congédié sauf Haydn, Tomasini et la musique militaire. Nicolas avait fait venir à grand frais des chanteurs réputés dont un grand nombre d'italiens. Dans le tableau ci-dessous figurent les chanteurs principaux de l'opéra d'Eszterhàza ayant participé à la distribution de l'opéra Pasticcio Montezuma monté en 1785 par Joseph Haydn à partir de l'oeuvre éponyme de Zingarelli (1781) (2):

Prospero Braghetti   ténor
Matilde Bologna       soprano
Antonio Speccioli     ténor (3)
Benedetto Bianchi    basse
Caterina Delicati      soprano
Leopold Dichtler       baryton

On peut imaginer la situation de ces artistes privés du jour au lendemain de leur gagne-pain. Toutefois la réputation de l'opéra d'Eszterhàza et surtout la notoriété de son directeur musical (Maître de Chapelle) étaient telles qu'on peut raisonnablement espérer qu'ils furent assez rapidement engagés sur d'autres scènes.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 330-5.
(2) https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=sites&srcid=ZGVmYXVsdGRvbWFpbnxqb2huYXJpY2VjdnxneDozZDFmNTRhNDk5MjNhODYx
(3) Pour en savoir plus sur ce ténor et les autres protagonistes:
http://www.quellusignolo.fr/tenors/specioli.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà   Aujourd'hui à 10:40

Revenir en haut Aller en bas
 
La vie quotidienne à l'opéra d'Eszterhazà
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Scénette de la vie quotidienne du bien, ou du mal
» Vos anecdotes de la vie quotidienne
» La vie quotidienne dans la Rome Antique
» [Android] Trucs de Grand Mère : plein de petites astuces pour la vie quotidienne
» 1/72e - La vie quotidienne au moyen âge - Divertissements populaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: