AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luc79

avatar

Messages : 10
Points : 0
Date d'inscription : 19/12/2008
Age : 37
Localisation : Issy-les-Moulineaux

MessageSujet: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 19 Déc - 13:28

Voici des extraits d'un opéra étonnant intitulé "Il mondo della luna ".

http://www.youtube.com/watch?v=1KSV8LXgWLY&feature=related (soliste Lídice Robinson)

ou encore ce trio: http://www.youtube.com/watch?v=_2jfz60t5g0&feature=channel_page

Les extraits ont été représentés au théâtre de la Hebrew Society à Buenos Aires.

Claudia Montagna, soprano
Mirko Thomas, tenor
Lídice Robinson, mezzo
Teatro Colon's Chamber Opera Ensamble
Direction: Susana Frangi
Production: Jorge de Lassaletta
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 19 Déc - 21:15

Merci pour ces extraits.
Il Mondo della Luna, un dramma giocoso génial de Joseph Haydn (livret de Goldoni), plein d'humour et de fantaisie qui ne fut représenté qu'une seule fois à Eszterhazà, le 3 août 1777. Quelle injustice!

Heureusement Haydn réutilisa des parties de l'opéra dans certaines oeuvres ultérieures: la symphonie n° 63 "La Roxolane", La grande messe de Mariazell en ut majeur (HobXXII.Cool et les trios pour flûte, piano et violoncelle (HobIV.6-10).

Bonne soirée
Piero


Dernière édition par Piero1809 le Sam 12 Fév - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Sam 20 Déc - 21:37

Ces extraits me plaisent davantage que ceux de L'isola disabitata, l'orchestre y est beaucoup plus vif et spirituel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luc79

avatar

Messages : 10
Points : 0
Date d'inscription : 19/12/2008
Age : 37
Localisation : Issy-les-Moulineaux

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Mar 23 Déc - 0:56

JPS1827 a écrit:
Ces extraits me plaisent davantage que ceux de L'isola disabitata, l'orchestre y est beaucoup plus vif et spirituel.

A mon avis, L'isola disabitata n'est pas le meilleur opéra de Haydn. Mais j'ai eu envie de surmonter mon désintérêt en vous le proposant. En fait et pour être sincère, je crois que l'interprétation ne peut pas sauver cet ouvrage, Mais bon. Posons-nous la question. Haydn voulait-il créer un chef d'oeuvre impérissable ou a-t-il écrit ce que les spécialistes appellent une " oeuvre de circonstance " ? A mon avis, la deuxième réponse s'impose !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Jeu 25 Déc - 11:19

luc79 a écrit:

A mon avis, L'isola disabitata n'est pas le meilleur opéra de Haydn.
Il me semble, cher Luc79, qu'il est déjà difficile de comparer les genres opératiques très différents auxquels appartiennent les opéras de Haydn: par exemple opera buffa (Lo Speziale), dramma giocoso (Il Mondo della Luna), dramma eroïcomico (Orlando Paladino) et opera seria (Armida). L'isola disabitata est encore un cas très particulier, une azione teatrale, qui présente tout de même beaucoup d'éléments typiques de l'opéra seria. Toutefois je respecte votre point de vue, même si je ne le partage pas.

Dans mon topo sur l'Isola disabitata, j'ai beaucoup insisté sur sa structure particulière d'opera entièrement "durchcomponiert", sans intervention du récitatif sec, qui souvent ralentit l'action ou fait perdre le fil.
En ce qui me concerne, je dirais plutôt que l'Isola disabitata est l'opéra le plus difficile de Haydn du fait de l'interpénétration des récitatifs accompagnés et des airs et de l'absence parmi ces derniers de morceaux de bravoure. Par contre comment rester insensible au quatuor final qui, à mon humble avis, est un chef-d'oeuvre à la fois vocal et instrumental.

Joyeux Noël
Piero


Dernière édition par Piero1809 le Sam 12 Fév - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Pierre

avatar

Messages : 77
Points : 54
Date d'inscription : 10/06/2008
Age : 57
Localisation : Suisse romande

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Mer 31 Déc - 18:22

Cet opéra me paraît parmi les plus drôles et les plus vivants. Ne boudons pas notre plaisir.

Allez regarder ce court extrait de la production de Robert Chevara et de l'Academy of Music London.

Adresse: http://www.youtube.com/watch?v=A3tzIX_aAoc

On est bien loin de l'image du « Papa Haydn » !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Sam 3 Jan - 11:38

Pierre a écrit:
Cet opéra me paraît parmi les plus drôles et les plus vivants. Ne boudons pas notre plaisir.

On est bien loin de l'image du « Papa Haydn » !
En effet cette scène du magnifique finale de l'acte II est une des plus vivantes et dynamiques de l'opéra entier. Marc Vignal évoque même Don Giovanni de Mozart de dix ans postérieur et conclut en disant: "Il est douteux que d'un quelconque opéra d'un autre compositeur de l'époque, on puisse dire la même chose."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: IL MONDO DELLA LUNA   Mar 10 Mar - 10:35

Il Mondo della Luna, dramma giocoso in tre atti, a été composé en 1776 par Joseph Haydn sur un livret de Carlo Goldoni. Il fut représenté à Eszterhazà en août 1777 à l'occasion des noces de Nicolas Esterhazy, fils du Prince Nicolas le Magnifique. Ce livret avait été déjà mis en musique par plusieurs compositeurs dont Piccinni en 1762 et plus tard par Paisiello en 1783. La genèse de l'opéra fut complexe et est détaillée dans l'ouvrage de Marc Vignal (1). Plus tard Haydn réutilisa quelques parties de l'opéra dans des oeuvres ultérieures: l'air d'Ernesto "Qualche volta non fa male..." deviendra le Benedictus de la messe Mariazell de 1782. Six autres morceaux figureront dans les trios pour flûte, violon et violoncelle publiés en 1784. Quant à l'air de Flaminia "Se la mia stella....", il réapparaît dans l'opéra pour marionnettes Philémon et Baucis révisé en 1799 (1).

Argument. Ecclittico, grâce à un dispositif situé dans sa lunette astronomique qui permet de voir des images du monde lunaire, persuade le crédule barbon Buonafede de venir le rejoindre sur la lune. Buonafede a deux filles, Clarissa et Flaminia et une servante Lisetta. Ecclittico est amoureux de Clarissa. Avec la complicité d'Ernesto, amant de Flaminia et de Cecco qui courtise Lisetta, il endort Buonafede. Quand ce dernier se réveille, on lui dit qu'il est sur la lune. Buonafede le croit et demande de rapatrier sur la lune ses fille et sa servante sur laquelle il a des visées. Ecclittico persuade Buonafede qu'il sera reçu par l'empereur lunaire (Cecco). Ce dernier proclame Lisetta impératrice et décide de marier Flaminia et Clarissa à des citoyens lunaires (Ernesto et Ecclittico) moyennant une dot confortable fournie par Buonafede. Buonafede, bien que ses prérogatives paternelles soient scandaleusement bafouées, est bien obligé d'obéir à l'empereur. La supercherie est découverte mais il est trop tard, les unions sont déjà conclues. Après avoir fait éclater sa fureur, Buonafede, de mauvaise grâce, admet sa défaite. Réjouissances (presque) générales.

"Rebellion contre l'autorité parentale" et "Comment l'amour vient aux vieillards", voici deux thèmes récurrents dans la comédie du dix huitième siècle traités ici avec légèreté et esprit dans l'excellent livret de Goldoni. L'intérêt pour l'astronomie qui émane du livret rappelle que Haydn rendit visite lors de son premier séjour londonien au Docteur Herschel, fondateur de l'astronomie stellaire (2).

Style. Dans ce dramma giocoso, les éléments comiques sont prépondérants, Buonafede, Ecclitico, Lisetta, Cecco, Clarice sont des personnages typiquement bouffes, par contre Ernesto et Flaminia appartiennent à l'opera seria. C'est probablement une coïncidence mais ils chantent les airs les plus remarquables de l'opéra. La caractérisation des personnages est poussée à un degré inhabituel jusqu'ici chez Haydn. Buonafede campe le type même du bourgeois enrichi et ignorant qui perd toute prudence et tout esprit critique devant l'intrigant (Ecclitico) qui l'impressionne avec une érudition de pacotille. Ses filles semblent contrites lorsqu'elles croient leur père mort mais se consolent bien vite à l'évocation d'un possible héritage. Le premier acte est léger et charmant et certaines scènes sont désopilantes (les huit premiers numéros en particulier). Dans le second acte qui débute sur le mode léger et insouciant, la tension augmente au fur et à mesure que l'on progresse vers le finale. C'est toutefois l'aspect comique que l'on retient globalement, un comique alliant élégance, humour et esprit. Pour l'ensemble de ces qualités l'opéra de Haydn m'apparait très supérieur au Mondo della Luna de Paisiello qui me semble bien moins riche au plan de la caractérisation des personnages, il est vrai que le musicien napolitain disposa d'un livret plus condensé mettant en scène un nombre réduit de personnages.

Sommets. Au premier acte les six premiers numéros "O luna lucente, di Febo sorella...", Ecclitico montre à Buonafede les attraits de la vie lunaire, scènes désopilantes entrecoupées de trois délicats intermezzi à l'orchestre puis Buonafede exprime son enthousiasme "La ragazza col vecchione..."..

L'air de Flaminia n° 8 "Ragion nel'alma siede...", typique de l'opera seria napolitain avec brillantes vocalises et intervalles vertigineux, devient plus expressif et intense dans sa partie centrale.

L'air de Lisetta n° 10 "Una donna come me" , air au caractère plus populaire commence avec un tempo modéré et se poursuit avec un nouveau rythme 6/8 bien plus animé et moqueur quand Lisetta énumère ses vertus.

Finale I. n° 11 "Vado, vado, volo, volo" Un finale tout en délicatesse et superbement orchestré. Les cordes avec sourdines dessinent des arabesques pendant que Buonafede s'endort. Clarice et Flaminia croient leur père mort et la musique devient très émouvante. A la lecture du testament, on chante une autre chanson: "La dot sera un doux réconfort"!

Acte II. La première partie est entrecoupée de trois charmants ballets très délicatement orchestrés. Buonafede découvre avec délices les beautés du monde lunaire et chante son emerveillement n° 20 "Che mondo amabile..." accompagné par le chant des oiseaux émis par des bois (flûtes, hautbois et bassons).

L'air d'Ernesto n° 19 "Qualque volta non fa male..."est typique de l'opéra seria. Le style est sévère et presque baroque avec des trilles caractéristiques des basses. Il débute en mineur et se continue en majeur avec un motif qui préfigure le fameux thème de l'adagio du quatuor en ut majeur opus 76 n°3 composé en 1798.

Duetto Bonafede, Lisetta n° 21. "Non aver di me sospetto" Buonafede essaye d'amadouer Lisetta et propose à la rouée servante les mêmes caresses qu'il fait à sa petite chienne. Au refus de Lisetta, Buonafede exprime avec véhémence son désappointement et la musique atteint un sommet d'intensité. A la fin de cette scène bouffone, les trilles de l'orchestre imitent les aboiments d'un chien!

Le finale de l'acte II "Al comando tuo lunatico..." est un chef d'oeuvre. D'abord axé sur la beauté mélodique avec de nombreuses allusions à de très jolies mélodies populaires, le discours s'anime de plus en plus, les onomatopées fusent et quand Buonafede réalise qu'il a été floué, la musique traduit avec violence sa rage avec des accents qui, selon Marc Vignal rappelleraient même Don Giovanni (1).

Un très bel opéra que Haydn prit certainement plaisir à écrire tant la musique coule de source et fait preuve de naturel.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 1026-31.
(2) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 418.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 17 Avr - 10:26

IL MONDO DELLA LUNA vient tout juste d'être monté à Nice les 24 et 26 mars derniers. Je n'ai pas encore d'échos de ces représentations.

http://www.nice-premium.com/article/-il-mondo-della-luna-debarque-a-nice.491.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Sam 8 Mai - 18:11

On peut écouter l'air de Flaminia "Ragion dell'alma siede..." , extrait d'Il Mondo della Luna, merveilleusement interprété par Patricia Petitbon. Vous serez bluffé par la qualité des vocalises.

http://haydn2009.wordpress.com/category/hungaria/

si ça ne marche pas, essayer:

http://www.youtube.com/watch?v=hkfKkWp5AO8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît

avatar

Messages : 194
Points : 137
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Sam 12 Fév - 2:36

A noter ce DVD récemment sorti (Harnoncourt y fête ses 80 ans au Theater an der Wien)que je viens de voir avant-hier :



Mise en scène résolument moderne ( high tech & Co) avec des idées parfois délirantes, très drôles ( l' arrivée des 2 soeurs en télésiège ! le costume de Buonafede sur la lune ! etc..) mais l' oeuvre bien sûr s' y prête !

Chant correct ( sans plus à mon avis ) mais dans sa globalité ce spectacle est plaisant.

Un autre DVD existe aussi !



Je crois que je vais me laisser aller ; les opéras de Haydn sont si rares en DVDs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Dim 13 Fév - 17:42

Merci pour ces informations. La version Harnoncourt est bien tentante avec Vivica Genaux mezzo chantant la partition d'Ernesto!

Patricia Petitbon nous avait ébloui dans le rôle de Flaminia.

Voici maintenant Irida Martinez dans le même rôle et dirigée par René Jacobs!

http://www.dailymotion.com/video/x3a2ca_haydn-il-mondo-della-luna-air-de-fl_music
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Emmanuelle



Messages : 44
Points : 58
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Sam 10 Mar - 18:09

Une version réduite se donne en ce moment à Paris :

Haydn – Il Mondo della Luna
Livret de Carlo Goldoni - 1777

Clarice - Charlotte Dellion
Eccletico - Cecil Gallois
Cecco - François Rougier
Buonadefe - Guilhem Souyri
Lisetta – Anna Reinhold

Pianoforte - Camille Delaforge

Mise en scène - Alexandra Lacroix
Chef de chant - Camille Delaforge
Scénographie - Alexandra Lacroix
Costumes - Aline Ehrsam
Lumières - Romain de Lagarde
Régie son Martin Fouilleul / Olivier Rosset

Théâtre Mouffetard, Paris – 9 mars 2012


Ecrit en 1776 sur un livret de Goldoni, Il Mondo della Luna est un dramma giocoso en trois actes. Il fut donné à Eszterhazà durant l’été 1777 pour les festivités de mariage de Nicolas Esterhazy, fils du prince Nicolas, le patron de Haydn. Livret maintes fois mis en musique (par Piccini, Galuppi et Paisiello), le texte est une bouffonnerie cocasse qui se moque des illusions d’un barbon entiché d’astrologie et ironise sur les fossés sociaux : cette folie sera exploitée par les prétendants des filles de Buonafede pour parvenir à des mariages contrariés par son obstination.
Ce canevas est un grand classique du genre, et l’on retrouve ici la trame d’un Bourgeois gentilhomme moliéresque. Haydn recycla par la suite quelques morceaux de sa partition dans la messe Mariazell et des trios pour trios pour flûte, violon et violoncelle (1784).

L’intrigue ? Elle est bien simple. Eclittico, amoureux malheureux de Clarice, fille de Buonafede, convainc ce dernier, passionné d’astronomie, qu’il peut l’emmener dans la Lune, grâce à une potion magique. Il la lui fait boire et l’endort. Sa cynique servante Lisetta, séduite par le valet Cecco (mais courtisée par Buonafede) et Clarice le croient tout d’abord mort, mais se consolent en pensant à leur prochaine indépendance et à leur future dot. Eclittico a mis Cecco dans sa poche en lui faisant miroiter la prochaine liberté de Lisetta. Buonafede se réveille dans un lieu qu’on lui présente comme le monde de la lune. Il demande aussitôt qu’on y fasse venir les femmes de sa maisonnée. L’empereur de la lune (Cecco déguisé) lui ordonne de lui céder Lisetta dont il veut faire son impératrice. Buonafede doit également octroyer la main de Clarice à un citoyen lunaire (Ecclittico). Il s’incliner et donne les dots demandées. Malgré la découverte de la supercherie, il finira par se faire à cette idée, et tout finit en réjouissances.

La version présentée au Théâtre Mouffetard est une version (très) réduite de l’original haydnien : elle passe ainsi de deux heures 45 à une heure 35. Elle en constitue d’ailleurs plus une ‘’rêverie’’ qu’une adaptation, tant par sa partition réduite (pour un seul pianoforte, tenu avec énergie et humour par Camille Delaforge) mais agrémentée parfois de quelques bruitages électroniques, que par la contraction qui en est faite : la seconde fille de Buonafede, Flaminia, et son amoureux Ernesto, disparaissent totalement de l’œuvre, tout comme les divers chœurs de l’opéra.
Les personnages seria de l’opéra disparaissent donc, le déséquilibrant en partie : il ne demeure que les éléments purement comiques. Par ailleurs, comme pour toutes les versions réduites, un seul pianoforte a parfois bien du mal a se substituer à un orchestre entier, et il ne reste quasiment rien de la texture si riche de l’orchestre qui commente l’action.

Si la lettre est bousculée, l’esprit bon enfant et même potache, demeure, dans un dispositif coloré et lorgnant vers le bricolage hétéroclite de génie.
On ne peut qu’apprécier l’ingéniosité de la mise en scène d’Alexandra Lacroix, qui dans un espace aussi réduit, tire partie de ses rares éléments de décor et parvient à évoquer avec moults clins d’oeils les divers lieux de l’action du premier acte. On passe ainsi d’un laboratoire de geek des années 70 (ah ! les éléments en cube Roche-Bobois colorés, et le tabouret Tam Tam !) à un espace intime (la salle de bain de Clarissa) en deux temps trois mouvements. Cette délocalisation dans les années 70 met en relief les revendications féministes des deux demoiselles (amour libre et liberté).
Le monde du renversement social, celui de la lune, où le valet devient empereur et où le bourgeois Buonafede retombe en enfance, sinon en dépendance (il joue avec ses Legos, avachi sur la poussière lunaire), n’est pas si bien rendu. Il manque un peu de fantaisie et parait paradoxalement plus terne que le monde réel.

Les femmes dominent la distribution, avec la Lisetta fruitée et impertinente d’Anna Reinhold et la Clarice volontaire et charmeuse de Charlotte Dellion. Personnage tout juste tombé d’un film italien des années 70 plus que d’un ouvrage du XVIIIe, le Buonafede de Guilhem Souyri brosse avec réalisme l’ahurissement benêt et la volonté butée du père de famille. François Rougier, finaud et rigolard, incarne avec aplomb et gouaille un personnage qui n’en rate pas une miette. L’Eccletico de Cecil Gallois, s’il incarne avec maestria un personnage plus intéressé par ses machines que par sa belle, marque le pas vocalement. Il est, semble-t-il, un peu gêné par la tessiture du rôle, mais contribue efficacement aux ensembles. Les récitatifs, bien enlevés, mettent en valeur ce théâtre de machinations.

Une soirée très sympathique, et une excellente introduction à l’univers de Haydn : les enfants tout comme les adultes avaient en effet l’air ravis de cette découverte.

Le livret intégral de l’opéra se trouve sur ODB : http://odb-opera.com/modules.php?name=Downloads&d_op=getit&lid=588

¤ Représentations du 7 mars au 21 avril 2012
du mercredi au samedi à 20h30, dimanche à 15h
http://www.theatremouffetard.com/index.php/read/events/le-monde-de-la-lune.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 16 Mar - 22:35

Merci beaucoup Emmanuelle pour ce passionnant compte rendu d'Il Mondo della Luna.

C'est sommes toutes une adaptation intéressante qui peut en effet initier le spectateur aux opéras de Haydn et le pousser à écouter la version d'origine. Bien sûr je suis très déçu que Flaminia (soprano) et Ernesto (mezzo-soprano) sont passés à la trappe. Ils sont comme l'avez dit très justement les deux personnages seria de l'oeuvre et chantent les plus beaux airs de la partition, airs dans le style de l'opéra seria napolitain pour Ragion dell'alma siede de Flaminia avec même des reminiscences baroques dans Qualque volta non fa male.... d'Ernesto. A noter que dans la version CD dirigée par Antal Dorati, Ernesto est chanté par Lucia Valentini Terrani, une chanteuse que j'adore.

Il Mondo della Luna coûta beaucoup de travail à Joseph Haydn mais ne fut représenté qu'une seule fois à Eszterhàza à l'occasion des noces de Nicolas Esterhazy, fils de Nicolas le Magnifique, patron de Haydn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 28 Déc - 17:02

A noter que Il Mondo della Luna sera donné du 16 au 18 mai 2013 au Teatro Arriaga Antzokia de Bilbao. Directeur Musical Jesus Lopez Cobos, Mise en scène de Emilio Sagi et avec Carlos Chausson dans le rôle de Buonafede et la remarquable soprano Eleonora Buratto (Flaminia, Lisetta ou Clarice).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 524
Points : 626
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Dim 30 Déc - 19:57

A noter que Haydn devait être particulièrement fier de cet opéra, puisqu'il en a transcrit lui-même des extraits pour en faire des mouvement de ses quatuors pour flûte et cordes opus 38 ou 100 (Hob.IV/6à11), ainsi que dans le Benedictus de sa messe de Mariazell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Lun 31 Déc - 10:33

Joachim a écrit:
A noter que Haydn devait être particulièrement fier de cet opéra, puisqu'il en a transcrit lui-même des extraits pour en faire des mouvement de ses quatuors pour flûte et cordes opus 38 ou 100 (Hob.IV/6à11), ainsi que dans le Benedictus de sa messe de Mariazell.
Certainement, on voit qu'il a mis du coeur à cet ouvrage qui contient tant de belles pages, dont certaines empreintes d'un humour dévastateur. Aucun personnage n'est épargné, tous sont égratignés mais en même temps Haydn a de la tendresse pour Buonafede et de l'admiration pour Flaminia!

Haydn a du également être bien frustré car une représentation seulement pour un chef-d'oeuvre qui a coûté un travail acharné c'est bien peu. Le prince Nicolas se moquait de Haydn cette fois et on comprend que Haydn ait pu avoir de la rancoeur, ressentiment qui explique peut-être pourquoi, à partir de 1784, il n'a plus composé un seul opéra pour Eszterhàza.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Lun 19 Aoû - 20:14

Il Mondo della Luna de Giuseppe Haydn dirigé par Nikolaus Harnoncourt à la tête du Concentus Musicus est visible intégralement ci dessous:

http://www.youtube.com/watch?v=PqO2tHr62k0

Mise en scène de Tobias Moretti
La distribution est luxueuse avec des artistes de premier plan:
Buonafede: Dietrich Henschel
Ecclitico:  Bernard Richter
Ernesto:  Vivica Genaux

Dépêchez-vous de le visionner avant que ce spectacle hors normes ne disparaisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 18 Juil - 17:45

Le Monde la lune de Joseph Haydn
d'après le livret de Carlo Goldoni. Emmanuelle nous avait fait plus haut un compte rendu remarquable des représentations données au Théâtre Mouffetard en mars avril 2012.

C'est une version réduite (Flaminia et Ernesto ont donc disparu), sans orchestre et avec un accompagnement de piano qui est proposée. La mise en scène d'Alexandra Lacroix transpose cette comédie Goldonienne dans les années 1970, peu après que l'homme ait foulé le sol de la lune.
On peut en lire une bonne critique dans La Tribune:

http://www.latribune.fr/loisirs/20120326trib000690283/le-monde-de-la-lune-un-opera-tres-surprenant-de-haydn.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Jeu 22 Déc - 0:29

Il Mondo della Luna
Giuseppe Haydn, musique
Carlo Goldoni, livret

Philippe Do, Ecclitico
Giuseppina Bridelli, Ernesto
Roberto De Candia, Buonafede
Hélène Le Corre, Clarice
Alessandra Marianelli, Flaminia
Annalisa Stroppa, Lisetta
Mathias Vidal; Cecco

Emilio Sagi, mise en scène
Jérémie Rohrer, direction musicale
Orchestra - Le Cercle de l'Harmonie
Chorus of l'Opéra de Monte-Carlo

l'Opéra de Monte Carlo, 2014

Une grande réussite à tous points de vue.
Commentaire à suivre

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 20 Jan - 15:08

Autre grande réussite relativement récente (2009) au festival de Znoijmo en République Tchèque
Il Mondo della Luna

Michaela Šrůmová, Livia Obručník Vénosová, Kamila Ševčíková, Václav Lemberk, Tomáš Král, Tomáš Kořínek, Roman Janál, solistes
L'Ensemble Baroque Orchestra & le Choeur Tchèque
Peter Zajíček, continuo
Monika Knoblochová, clavecin
Tereza Válková, Chorégraphie
Jiří Nekvasil, Régie
Daniel Dvořák, Mise en scène
Roman Válek, Directeur Musical

Ce festival présente chaque année des spectacles opératiques dans un site magnifique, une abbaye gothique plus ou moins désaffectée. Les mises en scène sont réalisées avec peu de moyens mais le résultat est généralement étonnant. Nous en avons eu un magnifique exemple avec le Motezuma de Myslivecek que nous avons commenté dans le sujet Myslivecek (forum Haydn, Directeur Musical de l'Opéra d'Eszterhàza). http://haydn.aforumfree.com/t575-motezuma-ou-la-conquete-du-mexique-josef-myslivecek
La mise en scène est ici un cran au dessous mais tout de même très efficace.

L'originalité de la mise en scène réside surtout dans les masques que revêtent différents protagonistes. Ces masques sont ceux de la comédie italienne. Les personnages avancent masqués, métaphore pour signaler qu'ils ont des desseins cachés qu'ils ne souhaitent pas mettre au grand jour. Buonafede cherche sur la lune tout ce qu'il n'ose pas accomplir au grand jour sur terre. Cecco, Ecclitico et Ernesto, voulant enlever les filles et la soubrette de Buonafede, mais ne voulant pas dévoiler leurs plans, cachent leurs identités sous un masque. Lisetta, Clarissa et Flaminia, elles, n'ayant rien à cacher, ne sont pas masquées. Le procédé est habile et donne une plus grande vraisemblance à la trame de l'opéra.

La qualité vocale est globalement excellente. Tous les rôles sont excellemment pourvus avec un satisfecit tout particulier à la chanteuse qui chante le rôle de Flaminia. Elle a été très bonne dans le fameux air, Ragion nel'alma siede..., avec da capo de l'acte I qui avec ses magnifiques vocalises napolitaines, évoque l'opéra seria à son meilleur. Le personnage de Buonafede, barbon pris par le démon de midi, a un rôle important et le chanteur a été à la hauteur dans un rôle typique de basso buffo. Dommage tout de même que le masque cache les expressions de son visage.
L'orchestre constitué d'instruments d'époque, sonne très bien malgré quelques sons assez durs des cors (mais c'est si difficile de jouer le cor naturel), et ménage de très bons moments comme le finale du deuxième acte très enlevé et dynamique.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr


Dernière édition par Piero1809 le Ven 20 Jan - 22:43, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   Ven 20 Jan - 15:08


_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7   

Revenir en haut Aller en bas
 
IL MONDO DELLA LUNA HobXXVIII.7
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'oracle della Luna
» [Lenoir, Frederic] L'oracle della Luna
» L'oracle della luna - Tome 1: le maître des Abruzzes [Lenoir, Frédéric & Griffo]
» Votre livre du moment [VERROUILLE]
» Si vous avez des trucs à dire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Opéras-
Sauter vers: