AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Ven 2 Jan - 18:49

Ce n'est qu'en 1790 que Joseph Haydn eut la possibilité de monter à l'opéra d'Eszterhazà Il Barbiere di Siviglia ovvero La Precauzione inutile, dramma giocoso de Giovanni Paisiello, composé à Saint Petersbourg et crée le 15 septembre 1782 dans cette même ville. Le livret, très habile de Giuseppe Petrosellini s'en tient assez éroitement à la comédie du même nom de Beaumarchais (1,2).

Synopsis. Le comte Almaviva, sous le déguisement de Lindoro, attend Rosina qui apparait toujours à sa fenêtre à heure fixe; situation archétypique du folklore napolitain, mis en musique des centaines de fois au cours des âges dans le chant traditionnel. Rosina par hasard laisse tomber un billet sur lequel figure un extrait de l'opéra "L'inutile Precauzione". Figaro vient déranger le comte dans sa démarche sentimentale et lui raconte sa vie aventureuse tandis que le comte lui apprend qu'il est épris de Rosina mais veut passer pour le pauvre Lindoro. Figaro lui confie que Rosina doit épouser contre son gré son tuteur Bartolo. Lindoro déguisé en militaire arive à s'introduire chez Bartolo et échange à grand peine quelques mots avec Rosina. Comme ce plan échoue, Lindoro se fait ensuite passer pour un professeur de musique; dans cet exercice, il obtient la confiance de Bartolo ce qui lui permet d'arranger un plan d'évasion de Rosina. Bartolo qui finalement se méfie arrive à déjouer une fois de plus ce projet. Sur de sa victoire, il va quérir un notaire pour le mariage. Pendant ce temps Figaro et Lindoro en profitent pour s'introduire chez Rosina et Almaviva dévoile sa véritable identité. Le notaire arrive en avance, et quand Bartolo et l'Alcade arrivent à leur tour, il est trop tard, le mariage de Rosina et Almaviva est déjà conclu. Toutes les précautions ont donc été prises pour rien (1).

Le style. Il Barbiere di Siviglia fait partie, avec Socrate immaginario (1775), Il Re Teodoro in Venezia (1784), La Molinara (1788), Nina (1789), des quatre ou cinq opéras les plus réussis du compositeur napolitain. Compte tenu de sa date de composition antérieure aux chefs-d'oeuvre à venir de Martin i Soler, Mozart et Salieri, Il Barbiere di Siviglia étonne par ses audaces. Il possède des caractéristiques qui en font un opéra d'avant garde et en particulier:

-une grande brièveté et concentration. L'action est menée tambour battant. Les récitatifs secs sont assez courts, les airs et les ensembles également, il n'y a que peu de redites, pratiquement aucune virtuosité vocale et ainsi le spectateur bénéficie de beaucoup de musique et d'action dans un laps de temps inférieur à l'heure et demie. Les recettes de l'opéra bouffe sont utilisées avec brio et les ensembles sont nombreux ce qui tend à densifier l'action dramatique et à amplifier les effets. Il est certain que Haydn apprécia cet opéra car il ne lui fit subir aucun changement contrairement à la plupart des autres opéras italiens où il raccourcit souvent des airs jugés trop longs quand il ne les fit pas disparaître complètement.

-une instrumentation audacieuse faisant un usage généreux des instruments à vents et en particularité des clarinettes qui brillent dans trois airs au moins.L'orchestre régulier d'Eszterhazà ne possédait pas de clarinettes ce qui devait poser problème pour l'exécution de l'opéra; il est possible que pour une fois, Haydn remplaça les clarinettes par des hautbois, on peut aussi imaginer qu'il fit appel, comme pour son Armida montée en 1784, à la musique militaire du château qui, elle, comportait des clarinettes.

Les temps forts. Il est difficile de faire un choix car tous les morceaux sont réussis.

Le duo entre Rosine et Bartolo (scène n°4) est incisif et dynamique. Les syncopes de l'orchestre sur les paroles de Bartolo "Via favorite d'entrar Signora..." sont particulièrement impressionnantes.

La cavatine du Comte "Saper bramate..." (scène n°5) est très célèbre. L'accompagnement de mandoline nous indique qu'il s'agit d'une sérénade. La sonorité rêveuse et pure de la clarinette donne beaucoup de caractère à cet air.

La scène n°7 débute par un terzetto qui connut un succès triomphal. Bartolo se dispute avec ses deux serviteurs Giovinetta (Jeunette) et Svegliato (Dégourdi) tous deux victimes d'éternuements irrépressibles. Si personellement je ne suis pas tellement sensible à ce type de bouffonnerie, cette scène fait toujours son effet auprès du public. Lorsque Gioacchino Rossini produisit son Barbier de Séville en 1816, il évita habilement cette scène dans son opéra, estimant probablement que le terzetto de Paisiello était insurpassable (1).

L'aria de Basilio "La Calunnia, mio Signore..."(scène n°Cool est à mon avis un sommet de l'opéra. Basilio, professeur de musique de Rosina, explique comment la calomnie pourra venir à bout du comte Almaviva. La calomnie débute doucement puis le diable la fait passer de bouche en bouche, elle enfle, gonfle, tourbillonne et devient un tumulte universel. Un orchestre très entreprenant participe activement à cette description d'un étonnant cynisme. Certains motifs de cette orchestration seront repris avec bonheur dans le prélude "Temporale" (l'orage) précédant l'acte IV.

La cavatine de Rosina "Giusto ciel, che conoscete quanto il cor..."(scène n° 11) termine l'acte II en douceur avec de très belles arabesques des vents auxquels les clarinettes donnent une coloration d'une grande suavité.

La "Seghidiglia spagnuola" (scène n° 14) est très comique. Plutôt que la couleur locale espagnole, Paisiello a cherché à railler Bartolo en le faisant chanter un air aux accents un peu archaïques, désuets et un tantinet grotesques.

Le quintette (scène n° 15) qui termine l'acte III est sans doute le sommet dynamique de l'opéra. Décrire la vie et l'agitation de cette scène désopilante est une tâche impossible: les personnages entrent et sortent, les onomatopées fusent. Le comique grotesque de Bartolo ou Basilio jouxte l'inquiétude de Rosina qui doute de la sincérité de son Lindoro et se perd dans les déguisements successifs de ce dernier. Les protagonistes voulant se débarrasser de Basilio, envoient ce dernier "al letto" (au lit) en lui faisant croire qu'il est malade. Un comique irresistible résulte de la prononciation du vocable "al letto" successivement par le Comte, Bartolo, Figaro et Rosina!

(1) Daniel Brandenburg, Il Barbiere di Siviglia, notice, Putbus Edition, Arte Nova, 1997.

(2) http://haydn.aforumfree.com/haydn-directeur-musical-de-l-opera-d-eszterhaza-f12/haydn-et-l-opera-italien-t97.htm message du 25:12:08
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Ven 2 Jan - 22:29

Merci Piero pour toutes ces précisions. J'aime beaucoup ce Barbier avec lequel j'ai littéralement découvert Paisiello. Effectivement, je trouve énormément de charme à ce caractère "tambour battant" de l'action, qui tire l'œuvre vers un plan quasi théâtral très plaisant.
J'ai eu l'occasion d'entendre un autre enregistrement que celui du festival de Putbus (chez Hungaroton je crois), nettement moins bon à mon avis. On ne peut à mon avis que recommander chaudement cet enregistrement que tu cites, dans lequel la souplesse et la truculence des voix s'accordent parfaitement au propos, ainsi que l'humour de l'orchestre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Sam 3 Jan - 10:58

Merci Jean Pierre pour ces commentaires.
La version du Festival Putbus direstion Wilhelm Keitel est la seule que je connaisse et donc je ne peux comparer avec d'autres. Je suis objectivement très satisfait de cette version.
A noter qu'un récitatif sec a été omis et que plusieurs récitatifs secs ont été abrégés. Bien que cette opération soit sans dommage pour la compréhension de l'action, je la désapprouve, d'autant plus qu'elle était franchement inutile vu la brièveté des récitatifs secs dans cet opéra.
Rosina (Marina Ivanova) a une belle voix et campe un personnage ayant une certaine profondeur.
Le Comte (Patrizio Saudelli) est très bon de même que Figaro (Gianpiero Ruggeri).
A mon avis le meilleur de la troupe est Bartolo (Giancarlo Tosi) dont la voix de basse donne à ce personnage rudesse, profondeur et même un côté un peu inquiétant. Don Basilio (Ezio Maria Tisi) est également excellent.
Les cordes de l'orchestre sont impeccables et les vents bien en évidence dans les airs principaux.


Dernière édition par Giuseppe1732 le Dim 4 Jan - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît



Messages : 189
Points : 132
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 52
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Sam 3 Jan - 13:02

Pour moi au contraire, je ne connais pas la version Putbus.

Je connais seulement la version de Adam Fischer chez Hungaroton(achetée le 3/10/1991 !), avec Krisztina Laki (Rosina) connue aussi pour sa participation dans l' intégrale des airs de concert de Mozart chez DECCA et Jozsef Gregor(Bartolo), artiste bien connu des productions Hungaroton.

Il y a bien longtemps que je n' ai pas réécouté cet opéra(3 fois pourtant);je ne l' ai donc pas dans l' oreille pour "juger" les chanteurs mais j' en garde un excellent souvenir, certainement par la qualité de la musique,mais vos posts me donnent envie d' y revenir et je ferai plus attention à la qualité de l' interprétation.

aucun doute là-dessus = c' est un réel chef-d' oeuvre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Dim 4 Jan - 11:22

Benoît a écrit:

Je connais seulement la version de Adam Fischer chez Hungaroton(achetée le 3/10/1991 !), avec Krisztina Laki (Rosina) connue aussi pour sa participation dans l' intégrale des airs de concert de Mozart chez DECCA et Jozsef Gregor(Bartolo), artiste bien connu des productions Hungaroton.
Adam Fischer, une référence vu son interprétation des symphonies de Haydn.

On a beaucoup parlé de l'influence du Barbier de Séville sur Mozart lorsque ce dernier écrira plus tard Les Noces de Figaro (premier air de Chérubin), Don Giovanni (sérénade) et je n'insisterai pas là-dessus, ce qui d'ailleurs serait hors sujet.

On parle rarement de l'influence des quelques cents opéras italiens différents que Haydn dut monter à Eszterhazà sur le style de notre compositeur favori.
Pour le moment je n'ai pas d'idées claires sur la question. Peut-être la lumière jaillira quand nous aurons parcouru quelques chefs-oeuvre supplémentaires de ce répertoire?
Peut-être après tout, ce répertoire ne laissa aucune trace dans l'oeuvre du maître!
A vous tous d'en décider.

Piero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Lun 8 Sep - 12:35

Une curiosité mais aussi un document historique de l'I.N.A.:
Le Barbier de Séville de Giovanni Paisiello chanté en français.
Les voix sont magnifiques, la mise en scène remarquable.
A voir d'urgence:

http://www.ina.fr/video/CPF87013424
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello   Aujourd'hui à 10:41

Revenir en haut Aller en bas
 
LE BARBIER DE SEVILLE un chef-d'oeuvre de Paisiello
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Enquist, Anna] Le chef d'Oeuvre
» Chef d'oeuvre pas chef d'oeuvre
» X2: X-Men United de Bryan Singer. Chef d'oeuvre du genre !
» "Spirou: Machine qui rêve" de Tome et Janry (chef d'oeuvre)
» [collection] Chefs-d'oeuvre du roman feuilleton (Gallimard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: