AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonie n° 21 en la majeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n° 21 en la majeur   Ven 27 Mar - 11:33

La symphonie n° 21 en la majeur fut composée par Joseph Haydn en 1764, probablement en même temps que la symphonie beaucoup plus connue en mi bémol dite Le Philosophe avec laquelle elle partage exactement la même coupe. Les deux oeuvres comportent les mouvements suivants: un adagio solennel, un mouvement rapide, un menuet et un presto final. Cette organisation est typique de la symphonie d'église (1).

L'Adagio qui ouvre l'oeuvre est particulièrement remarquable. Il consiste en passages alternés confiés aux cordes et aux vents. Aux figurations de caractère baroque des cordes répondent les mélodies plus "modernes" confiées aux vents. Au milieu du mouvement une marche harmonique initiée par les basses se communique à toutes les cordes dans un grand crescendo au sentiment religieux. A la fin les deux groupes s'unissent et la sonorité acquiert une grande plénitude.

Le magnifique Presto qui suit nous emmène dans un tourbillon très "Sturm und Drang". Aucune pause, dans ce morceau d'un seul tenant au rythme impitoyable dans lequel les motifs sont difficiles à distinguer tant le mouvement est emporté. C'est pourtant une structure sonate munie d'un magnifique développement. Ce dernier débute avec un motif accompagné par les cors issu du thème principal du morceau. Ce motif fait l'objet d'imitations entre violons et basses et est accompagné par des tenues très dramatiques des cors. Comme on l'a vu dans d'autres oeuvres contemporaines de Haydn, la réexposition est amputée du thème initial et le développement s'enchaine sur le motif cité plus haut.

Le Menuetto et trio suivant est remarquable à plus d'un titre, le menuetto proprement dit ressemble au finale du concerto pour orgue n° 6 en fa majeur (HobXVIII.6) et à une autre oeuvre plus connue d'un autre compositeur que je vous laisse deviner. Le menuetto consiste en "repons" (2) entre l'orchestre au complet et un concertino de solistes.

L'Allegro molto final retrouve l'énergie du second mouvement. La violence du rythme et les nombreux contretemps annoncent des pages tardives de Haydn telles que le finale du quatuor en mi bémol opus 76 n°6 de 1797.

La symphonie n°21 est une de mes préférées parmi les symphonies de "jeunesse" de Haydn.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 841-2.
(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Répons


Dernière édition par Piero1809 le Dim 7 Juin - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: Symphonie n° 21 en la majeur   Jeu 2 Avr - 1:30

Rien à ajouter sinon que cette symphonie écoutée aujourd'hui me plaît beaucoup. Il y a une parenté certaine entre les motifs des 2ème et 4ème mouvement, assurant une solide unité à l'œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 21 en la majeur   Sam 2 Jan - 11:30

Reécoutant les symphonies d'église de Joseph Haydn: n° 5 en la majeur, n° 11 en mi bémol majeur, n° 15 en ré majeur*, n° 18 en sol majeur, la n° 21 en la majeur, la n° 22 en mi bémol majeur dite Le Philosophe et la n° 49 en fa mineur (La Passione), je me suis attardé sur l'extraordinaire n° 21 composée en 1764 et ai écouté la version Adam Fischer en plus de celle d'Antal Dorati que j'avais privilégiée auparavant.

Adam Fischer nous offre une vision absolument déchainée des 2èmes et 4èmes mouvements: les cors jouent fortissimo, les cordes jouent martellato, le talon de l'archet à la corde. Dans le développement du second mouvement il y a une dramatique tenue des cors et les cornistes d'Adam Fischer font entendre un étonnant crescendo. Parfois, on croirait presqu'entendre le 4 ème quatuor à cordes de Bartok.

Une vision de l'oeuvre que l'on peut ne pas aimer mais qui, personnellement, me convient parfaitement.

*La symphonie n° 15 n'est généralement pas classée parmi les symphonies d'église (1) mais, à mon humble avis, répond aux principaux critères.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonie n° 21 en la majeur   Aujourd'hui à 17:14

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonie n° 21 en la majeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» castlevania symphonie of the night
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée
» La Symphonie des Siècles - Elizabeth Haydon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: