AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Ven 3 Juil - 11:08

La diversité des symphonies composées en 1773 (symphonies n° 50, 51, 64, 65...) contraste avec l'unité régnant dans la trilogie de 1772 (symphonies n° 45, 46 et 47). De toutes les symphonies de 1773, la plus profonde et la plus vibrante est la n° 64 en la majeur (1). S'il fallait décerner la palme de l'originalité, celle-ci reviendrait à mon avis à la symphonie n° 51 en si bémol. La tendance "Sturm und Drang" encore très présente dans la symphonie n° 64, s'estompe dans la n° 51 qui recherche des sensations nouvelles. Alors que dans les symphonies "Sturm und Drang" l'ochestration est souvent simplifiée tant la priorité réside dans l'expression des sentiments, par contre dans la n° 51 les recherches de couleurs et de timbres prennent le dessus. En particulier, les instruments à vents sont très en vue et nous offrent un festival de sonorités toujours séduisantes.

Le premier mouvement Vivace 3/4 s'ouvre avec un thème, nerveux, d'un élan extraordinaire qui d'emblée donne le ton. A cette interrogation puissante, les cordes font entendre une réponse timide avec des tenues des cors qui laissent pressentir le rôle prépondérant qu'auront ces instruments. Un motif en sol mineur surgit avec la plus grande brusquerie et est suivi par une vaste ritournelle orchestrale d'une grande rudesse consistant en imitations entre violons et basses. Un second thème très doux, partagé entre les deux groupes de violons, est introduit par les premières notes du thème initial. L'exposition se termine avec un motif descendant chanté par les deux hautbois. Le développement commence avec ce dernier motif qui est l'objet de modulations raffinées (2). Fausse rentrée du thème principal qui donne lieu à nouvelles imitations entre violons. La réexposition, amputée du début du thème initial, est entièrement refondue dans son expression. Le premier et le second sujet sont notablement rallongés. De manière inattendue le motif terminal des hautbois devient ascendant et termine de manière très poétique ce merveilleux mouvement.

Le sommet de la symphonie est sans aucun doute l'adagio qui commence par un extraordinaire solo du cor naturel qui grimpe à des hauteurs vertigineuses pour ensuite s'abimer dans d'insondables profondeurs. Les hautbois prennent la mélodie au vol et l'exposition se termine avec de dramatiques appels des cors. Les couleurs brillantes ne doivent pas faire oublier l'exceptionnelle beauté mélodique de cette exposition. L'alternance hautbois et cors se poursuit dans le développement qui se termine avec un dialogue entre les deux violons. Lors de la réexposition le cor se livre à de nouvelles acrobaties qui laissent pantois. A la fin on croit entendre un bass tuba! Qui ne connait pas cet adagio ne peut prétendre connaître Joseph Haydn!

Le délicieux menuetto est un des plus inspiré de cette période de la vie de Haydn, il comporte deux trios ce qui est exceptionnel. Dans le second trio le cor se livre à des exploits encore plus fous que dans l'adagio.

C'est un Rondo Allegro 2/4 qui termine la symphonie. Le refrain est particulièrement charmant et les cors colorent très agréablement la ligne mélodique. Le premier couplet est une variante du refrain. Le second couplet est une chant mélodieux du hautbois. Après un retour du refrain sans changement, le splendide troisième couplet débute par une explosion en sol mineur, seul vrai passage "Sturm und Drang" de la symphonie avec ses incroyables intervalles, deux octaves pratiquement, des violons. Le dernier retour du refrain un peu varié est agrémenté par les cors toujours entreprenants. Une coda pleine de feu termine ce mouvement très original.

(1) Marc Vignal a fait une analyse magistrale de la symphonie n° 64 dans: Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 1004-6.
(2) On notera la ressemblance entre ce motif et le thème principal de l'allegro initial de la symphonie n° 97 en ut majeur ainsi que celle du début des développements des deux symphonies.


Dernière édition par Piero1809 le Dim 18 Juil - 8:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Haydn
Administrateur


Messages : 137
Points : 41
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Jeu 3 Sep - 18:24

Je viens d'écouter ce magnifique mouvement qu'est l'adagio par Dorati. En effet, c'est assez époustouflant. Je fermai les yeux et à un moment du mouvement, le cor m'a littéralement transporté. Smile Je recommande vivement l'écoute de ce mouvement à tous nos collistiers. La version Dorati est de qualité. Ce solo est délicat, volupteux, doux et chaleureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haydn.aforumfree.com
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Ven 4 Sep - 9:03

Merci pour ce commentaire.

Cet adagio est à faire écouter en priorité aux détracteurs de Joseph Haydn (oui ça existe, aussi curieux que cela puisse paraître). En fait les opinions défavorables sur Haydn sont souvent le résultat de malentendus ou de l'ignorance. Voici deux critiques qu'on entend souvent:

-le fait d'avoir composé plus de 107 symphonies dessert Haydn aux yeux de certains qui parlent de production à la chaîne, terme à l'emporte pièce qui masque leur ignorance. Haydn a composé des symphonies pendant presque toute sa vie et chacune d'elle est le fruit d'un travail minutieux et d'une pensée musicale toujours génialement renouvelée.

-d'aucuns reprochent à Haydn la qualité de ses thèmes!
L'écoute de l'adagio de la n° 51 ou de l'allegro de la symphonie n° 73 pour citer des oeuvres récemment commentées constitue la meilleure réponse à ces critiques. De toutes façons quelqu'un (Beethoven?) a dit:" Ce n'est pas le thème qui est important mais l'usage qu'on en fait".Haydn est imbattable quand il s'agit d'élaborer un thème dans un développement par exemple!

Cela dit je respecte les opinions de chacun. Ceux qui me disent je n'aime pas Haydn sont souvent des détracteurs de Mozart et c'est plutôt la musique de la seconde moitié du 18ème siècle qu'ils rejettent ce que je peux parfaitement comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Haydn
Administrateur


Messages : 137
Points : 41
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Ven 4 Sep - 17:49

Piero1809 a écrit:
Merci pour ce commentaire.

Cet adagio est à faire écouter en priorité aux détracteurs de Joseph Haydn (oui ça existe, aussi curieux que cela puisse paraître). En fait les opinions défavorables sur Haydn sont souvent le résultat de malentendus ou de l'ignorance. Voici deux critiques qu'on entend souvent:

-le fait d'avoir composé plus de 107 symphonies dessert Haydn aux yeux de certains qui parlent de production à la chaîne, terme à l'emporte pièce qui masque leur ignorance. Haydn a composé des symphonies pendant presque toute sa vie et chacune d'elle est le fruit d'un travail minutieux et d'une pensée musicale toujours génialement renouvelée.

-d'aucuns reprochent à Haydn la qualité de ses thèmes!
L'écoute de l'adagio de la n° 51 ou de l'allegro de la symphonie n° 73 pour citer des oeuvres récemment commentées constitue la meilleure réponse à ces critiques. De toutes façons quelqu'un (Beethoven?) a dit:" Ce n'est pas le thème qui est important mais l'usage qu'on en fait".Haydn est imbattable quand il s'agit d'élaborer un thème dans un développement par exemple!

Cela dit je respecte les opinions de chacun. Ceux qui me disent je n'aime pas Haydn sont souvent des détracteurs de Mozart et c'est plutôt la musique de la seconde moitié du 18ème siècle qu'ils rejettent ce que je peux parfaitement comprendre.

La phrase citée sur l'usage que l'on fait de ses thèmes est parfaite. Car Haydn justement est un compositeurs qui a toujours su développer et orner ses thèmes de la meilleur manière qui soit, aussi simples soient-ils parfois, et c'est ce qui est charmant chez Haydn. J'en viens parfois à penser qu'il exprimait son génie justement dans le fait de choisir des thèmes simples pour pouvoir mieux s'exprimer dessus. Il ne faut pas que ces gens qui lui repprochent cela oublient que l'on est à cette époque, encore dans la période classique, et non romantique ni baroque.
J'ai d'ailleurs lu votre commentaire hier sur la symphonie N°73. Je connais bien le fougueux dernier mouvement mais là, je vais m'attarder sur ce premier mouvement. Je démarre mon écoute et je posterai un petit commentaire sur mes impressions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haydn.aforumfree.com
Benoît



Messages : 189
Points : 132
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 52
Localisation : Sées--Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Sam 5 Sep - 0:14

Je vais essayer de comparer diverses versions de cette extraordinaire symphonie :
-Dorati
-Fischer
-Weil
-Pinnock
-Hogwood
-Brüggen
-Solomons

Sinon, je trouve vos réflexions ci-dessus très justes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Ven 11 Sep - 10:04

Benoît a écrit:
Je vais essayer de comparer diverses versions de cette extraordinaire symphonie :
-Dorati
-Fischer
-Weil
-Pinnock
-Hogwood
-Brüggen
-Solomons

Sinon, je trouve vos réflexions ci-dessus très justes.
Une rude tâche en effet. Je suis curieux d'avoir votre opinion sur la version de Bruno Weil qui a signé un remarquable Don Giovanni de Giuseppe Gazzaniga. Merci d'avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Ven 16 Aoû - 19:28

Benoît a écrit:
Je vais essayer de comparer diverses versions de cette extraordinaire symphonie :
-Dorati
-Fischer
-Weil
-Pinnock
-Hogwood
-Brüggen
-Solomons
Je viens d'écouter cette sensationnelle symphonie n° 51 en si bémol majeur de Joseph Haydn dans la version de Bruno Weil à la tête de la Tafelmusik.
Datée de 1992, cette version est exécutée sur instruments anciens et à mon humble avis surclasse les versions Antal Dorati et Adam Fischer.
La difficulté extraordinaire des parties de cors de l'adagio (les plus hautes notes pour cet instrument jamais enregistrées selon Robbins Landon) prennent tout leur sens sur des cors naturels.
Le menuet est aussi très enlevé et inspiré.
Le rondo final est plein de fougue et d'esprit selon les couplets. L'intermède central en sol mineur est remarquable de puissance.
Vingt minutes de bonheur!

http://www.youtube.com/watch?v=TGrRjX_JJ6I

En prime un commentaire étoffé de HC Robbins Landon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor   Aujourd'hui à 22:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonie n° 51 en si bémol majeur Fabuleux solo de cor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» castlevania symphonie of the night
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée
» La Symphonie des Siècles - Elizabeth Haydon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: