AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 HAYDN ET MOZART

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: HAYDN ET MOZART   Jeu 13 Sep - 9:21

Lisant ou écoutant souvent des propos comparatifs au sujet de J. Haydn et W. Mozart, j'aimerais dire ici que de tels propos n'ont pas beaucoup de sens si certaines précautions ne sont pas prises:

En fait, on ne peut pas effectuer des jugements de valeur du genre:
-les symphonies, quatuors, trios pour piano, violon, violoncelle de Joseph sont meilleurs que ceux de Wofgang:
-les opéras et concertos pour pianos de Wolfgang sont supérieurs aux oeuvres correspondantes de Joseph...  et cela en raison:

-de différences de structure, de forme et de style considérables. On ne va pas comparer des symphonies "italiennes" du jeune Mozart dans le style de la sinfonia-ouverture d'opéra en 3 parties (vif, lent, vif) avec les symphonies typiquement autrichiennes de Haydn de la même époque en quatre mouvements;

-des différences temporelles: cela n'a aucun sens de comparer les quatuors milanais (1772) ni même les quatuors dédiés à Haydn (1783-5) de Mozart et les opus 76 de Haydn (1797);

-des différences géographiques: il n'y a aucun intérêt à comparer les opéras composés à Eszterhaza par Haydn entre 1775 et 1783 et la trilogie Da Ponte Mozart composée à Vienne de 1786 à 1789 du fait de différences considérables dans l'environnement où ces opéras virent le jour.

Par contre il n'est pas interdit de comparer des éléments objectifs d'appréciation du genre:

-les harmonies et les modulations des quatuors dédiés à Haydn de Mozart sont plus audacieuses que celles des quatuors opus 33 de Haydn datés de 1782 donc à peu près contemporains.

-dans sa symphonie l'Ours (1786), Haydn fait résonner ses trompettes et timbales de manière plus agressive que Mozart dans la symphonie Prague (1786).

-l'écriture des trios pour piano, violon et violoncelle de Haydn composés de 1784 à 1790 est plus dense et plus polyphonique que celle des trios contemporains de Mozart,  

Il n'est pas non plus interdit d'avancer des éléments subjectifs d'appréciation:

-je suis plus réceptif aux tournures mélodiques de Mozart que celles de Haydn (en fait ce n'est absolument pas mon cas);

J'arrête là car je ne veux pas ennuyer davantage les co-listiers de ce forum.
Bien amicalement

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr


Dernière édition par Piero1809 le Mar 6 Oct - 9:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît

avatar

Messages : 200
Points : 143
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Jeu 13 Sep - 13:00

Pour ma part, tes propos ne m' ennuient pas du tout !

Et je suis entièrement d' accord avec toi.

A tous ceux qui confondent Haydn et Mozart ( parce qu' en fait ,ils connaissent mal Haydn), j' avais proposé ( sur un autre forum) d' écouter à la suite la symphonie n° 38 " Prague" de Mozart et la symphonie n° 86 de Haydn,de même tonalité (ré majeur) et strictement contemporaines ( 1786) pour se rendre compte de leurs grandes différences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marcus



Messages : 25
Points : 4
Date d'inscription : 22/08/2007

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Jeu 13 Sep - 23:48

Je me rappelle très bien de ce "test", Benoît Wink . Très bonne idée, en plus ce sont parmi les plus belles réussites de l'un comme de l'autre Very Happy .

Sur la comparaison Haydn-Mozart, il y a aussi un bonus intéressant dans le DVD de JF Zygel "Les clés de l'orchestre" sorti l'année passée (DVD passionnant qui décortique la construction de la la symphonie n°103 de Haydn).
En gros, si je me rappelle bien, Zygel expliquait que Mozart et Haydn ont le même "vocabulaire" musical, mais qu'ils ne l'utilisent pas de la même façon. Mozart avait un grand sens de la mélodie, de la beauté du chant alors que Haydn était plus un "constructeur" à partir d'un thème simple qu'il retournait de diverses manières (c'est un peu schématique mais c'est expliqué beaucoup plus clairement par Zygel, je vous recommande ce DVD si vous ne l'avez pas déjà).

Je suis d'accord avec vous, les jugements de valeur du type "M est meilleur que H" (ou l'inverse) n'ont en soi pas grande signification. Mais il est par contre très intéressant de voir comment ces deux grands génies (qui avaient un profond respect l'un pour l'autre) ont pu s'influencer mutuellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Dim 3 Fév - 22:31

Benoît a écrit:

A tous ceux qui confondent Haydn et Mozart ( parce qu' en fait ,ils connaissent mal Haydn), j' avais proposé ( sur un autre forum) d' écouter à la suite la symphonie n° 38 " Prague" de Mozart et la symphonie n° 86 de Haydn,de même tonalité (ré majeur) et strictement contemporaines ( 1786) pour se rendre compte de leurs grandes différences.
C'était vraiment une excellente idée!
C'est vrai que ces deux symphonies sont très différentes, mais on ne peut pas s'empêcher de penser qu'il existe des convergences spirituelles entre les deux oeuvres.
On peut faire la même expérience avec la symphonie 82 en ut majeur, l'Ours et le 25ème concerto pour piano en ut majeur KV 503.

Bien amicalement
Piero


Dernière édition par Piero1809 le Mar 5 Oct - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
cd-man

avatar

Messages : 55
Points : 11
Date d'inscription : 24/05/2008
Localisation : Vosges

MessageSujet: Opéras de Haydn et Mozart   Sam 24 Mai - 23:10

Sur ce thème des opéras de Haydn et de Mozart, je vous invite à consulter la page suivante:

http://www.integralemozart.info/scripts/forum/viewtopic.php?t=398

Pour des infos plus générales sur Mozart, allez consulter le site:

http://integralemozart.info/scripts/main.php
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Jeu 29 Mai - 15:36

Merci, cd-man, pour ces documents passionnants que je vais lire à tête reposée.

A bientôt
Piero


Dernière édition par Piero1809 le Mar 5 Oct - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Ven 30 Mai - 23:10

J'ai lu les documents contenus dans les liens et je suis globalement très intéressé par les points de vue des auteurs concernant les opéras de J.Haydn. J'ai, en toute modestie, rédigé pour ce forum un court document intitulé "Généralités sur les opéras" (de Haydn évidemment) dans lequel j'ai tenté de mettre en évidence les principaux traits qui caractérisent ces oeuvres admirables.

Par contre je ne pense pas que d'un accord plus ou moins tacite, Haydn et Mozart se seraient partagé le Monde (de la musique), très schématiquement le premier régnant sur la symphonie et le quatuor et le second s'appropriant le concerto pour piano et l'opéra.

Si on se concentre sur l'opéra, on peut constater que Haydn cesse de composer des opéras pour Eszterhaza après Armida soit après l'année 1784, donc deux ans avant que Mozart compose les Noces de Figaro (1786), le premier de ses opéras ayant obtenu une réelle notoriété. Donc, au temps d'Armida, la réputation de Mozart comme compositeur d'opéras n'avait pas atteint la frontière austro-hongroise.

Si Haydn arrête de composer des opéras c'est sans doute pour d'autres raisons qui pourraient faire l'objet d'une intéressante discussion.

Piero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
pianiste.2008

avatar

Messages : 98
Points : 52
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Joseph Haydn et Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 21 Aoû - 14:47

La première réaction de Haydn à la certitude de la mort de Mozart :pleures: est sa fameuse lettre à l'éditeur Puchberg, datée de janvier 1792. On mesure le degré d'estime et d'amitié entre les deux compositeurs:

« ... J'ai été longtemps hors de moi à la nouvelle de la mort de Mozart, et ne pouvais croire que la Providence ait si vite rappelé dans l'autre monde un homme aussi irremplaçable, et regrette qu'auparavant il n'ait pas réussi à convaincre les Anglais, qui à cet égard marchent encore dans l'obscurité la plus complète ( allusion maçonnique ? connaissance musicale ? ), de ce que pour ma part je leur prêche quotidiennement. [...] Ayez la bonté, cher ami, de m'envoyer le catalogue de ses oeuvres encore inconnues ici, et je ferai tout pour les diffuser au bénéfice de la veuve; j'ai écrit moi-même à la pauvre femme, il y a trois semaines, en lui disant que quand son cher fils [Karl Thomas] aura l'âge, je lui apprendrai gratuitement et de toutes mes forces la composition, pour remplacer tant soit peu le père...»

Face à un héritage aussi écrasant, Karl Thomas choisira avec lucidité d'exercer une autre profession que celle de musicien... Il n'en sera pas de même pour son frère cadet Franz Xaver, né peu avant la mort de Mozart, qui fera une honnête carrière de pianiste et de compositeur (il a largement contribué à faire connaître les concertos de son père) mais qui ne se fera jamais connaître avec son prénom. Il finira d'ailleurs par signer ses partitions Wolfgang Amadeus ! :oohhh:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mar 6 Jan - 11:19

Dans le contexte du message de Pianiste.2008, voici un témoignage de Albert Christoph DIES rapporté dans la Biographie de Haydn par Marc Vignal.

Haydn partit en compagnie de Salomon le 15 décembre 1790. Mozart ce jour-là ne quitta pas son ami Haydn. Il prit son repas chez lui et lui dit au moment de s'en séparer: "Nous nous faisons sans doute nos derniers adieux dans cette vie."Des larmes coulèrent de leurs yeux, Haydn était très ému, car il appliquait les paroles de Mozart à lui-même, étant tout à fait incapable d'imaginer la possibilité, pour l'inéxorable Parque, de trancher dès l'année suivante le fil de la vie de Mozart.

Bonne journée
Piero


Dernière édition par Piero1809 le Jeu 8 Déc - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
JPS1827



Messages : 213
Points : 81
Date d'inscription : 01/06/2008
Localisation : Bourg la Reine

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mar 6 Jan - 17:05

pianiste.2008 a écrit:

Face à un héritage aussi écrasant, Karl Thomas choisira avec lucidité d'exercer une autre profession que celle de musicien... Il n'en sera pas de même pour son frère cadet Franz Xaver, né peu avant la mort de Mozart, qui fera une honnête carrière de pianiste et de compositeur (il a largement contribué à faire connaître les concertos de son père) mais qui ne se fera jamais connaître avec son prénom. Il finira d'ailleurs par signer ses partitions Wolfgang Amadeus ! :oohhh:

Comme le signale Agnès Selby, auteur de la biographie (actuellement disponible seulement en anglais) de Constance, c'est la mère de Franz Xavier qui a voulu qu'il signe ses œuvres du nom de Wolfgang. Ci-joint un extrait d'un article d'Agnès Selby sur les fils de Mozart (publié sur le mozartforum anglo-saxon) dont j'ai fait une traduction pour le forum www.ron3.fr

"On ne sait pas à quel moment Constance changea légalement le prénom de Franz Xaver en Wolfgang Amadeus, mais nous l'appellerons désormais Wolfgang. Le dernier portrait de Wolfgang révèle sa proche ressemblance avec son père, et encore plus avec Léopold Mozart. En voyant l'un à côté de l'autre les portraits de Wolfgang et de son grand-père, on pourrait facilement penser qu'il s'agit du même homme à différents âges de sa vie. Wolfgang possédait un bon talent musical et reçu la meilleure instruction musicale. Haydn en personne s'intéressa beaucoup à ce fils de Mozart, et Salieri, qui lui donna des leçons gratuitement, crut fermement aux capacités de Wolfgang.
A l'âge de onze ans Wolfgang ravit Constance en composant pour sa fête un Rondo pour piano. En 1805 Constance décida de présenter au public Wolfgang, alors âgé de 14 ans. Elle organisa un concert pour le soixante-treizième anniversaire de Haydn le 31 mars au Théâtre de Vienne. Constance fit la publicité du concert dans le Journal de Vienne le 16 mars, et son annonce laissait entendre que des connaisseurs indulgents pourraient découvrir quelques traces du talent du père dans les tentatives du fils ! Constance envoya des invitations imprimées aux personnes les plus influentes des cercles musicaux de Vienne, ainsi qu'à de nombreux anciens amis de Mozart.
Le concert dut être reporté et eut lieu le 8 avril. Le théâtre était plein et Constance elle-même fit entrer Wolfgang sur scène, où ils furent fêtés avec des applaudissements tonitruants. Wolfgang joua le concerto en ut majeur de Mozart (probablement le K 467 NDT) et une Cantate qu'il avait lui même composée spécialement pour l'anniversaire de Haydn. Haydn présent dans l'auditoire fut ému aux larmes.
Le concert de Wolfgang fut suivi de nombreuses critiques favorables, mais Le Journal Musical Général lui donna l'avertissement suivant : …qu'il n'oublie pas que désormais le nom de Mozart inspirerait de l'indulgence, mais aussi, à l'avenir, de grands espoirs. Les deux années suivantes, Wolfgang devint un exécutant renommé et très recherché à Vienne. Plusieurs de ses premières œuvres furent publiées à ce moment par Andre et Breitkopf et Hartel. En mai 1808, un panorama de l'état de la musique à Vienne, publié par Ignaz von Mosel, cita Wolfgang parmi les pianistes et les compositeurs marquants de l'époque. Il figurait dans la liste à côté de gens aussi célèbres que Beethoven, Streicher et la pianiste aveugle Theresia Paradis. En vieillissant cependant, Wolfgang comprit que, comme musicien, il serait toujours comparé à son père immortel. Ce fut une découverte écrasante qui contrecarra son développement musical et l'empêcha de découvrir sa propre personnalité. A l'ère de Beethoven, Schubert, Liszt et Schumann, Wolfgang pataugeait, prisonnier de l'héritage musical de son père."


D'autre part j'ai lu que lors de leur dernière entrevue en décembre 1790 Haydn et Mozart ont participé ensemble à l'éxécution du quintette K 593 en ré majeur, en jouant les deux parties d'alto.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Dim 29 Mar - 11:32

Quand Wolfgang et Leopold Mozart voyagent en Italie en août 1771, Leopold écrit à sa femme:

"Que Nannerl aille donc chercher les deux trios, l'un en fa pour piano, violon et violoncelle de Haydn et l'autre en ut avec dessus Wagenseil NB avec variations."

Selon Marc Vignal, il s'agirait presque certainement des deux trios n° 2 (HobXV.C1) et n° 3 (HobXV.37) de Joseph Haydn, le nom de Wagenseil ayant été inscrit par erreur sur le n°2 (1). Ces trios composés avant 1760, devaient donc jouir déjà d'une certaine notoriété dans les années 70. La musique de Haydn était bien connue par la famille Mozart. Peu avant ce deuxième voyage en Italie, Wolfgang avait écrit en juillet 1771 à Salzbourg une symphonie en sol majeur KV 110, dans laquelle l'influence de Haydn est palpable.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 785.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 542
Points : 652
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Lun 22 Juin - 11:29

Ce post pourrait également figurer dans "Haydn, une longue vie mouvementée", à vous d'en juger, Piero;


Dans ses "reminiscences" (mémoires) publiées en 1826, le ténor irlandais Michael Kelly nous relate l'évènement suivant, qui serait la première (ou l'une des premières) rencontres entre Haydn et Mozart :

en 1784, le compositeur Stephen Storace (frère de Nancy Storace), organisa une séance de quatuors à cordes où les interprètes étaient les suivants :

1er violon : Haydn
2ème violon : Dittersdorf
alto : Mozart
violoncelle : Vanhal

Il ne précise pas quel quatuor a été interprété, ni la date exacte (seulement que c'était "peu avant la représentation du Il Re Teodoro in Venezia" de Paisiello, soit avant le 23 août 1784), donc peut-être en juillet.
Parmi l'auditoire figuraient Paisiello et l'abbé Casti (librettiste de Il Re Teodoro).

Comme on aimerait retourner à ce jour mémorable pour assister à cette représentation exceptionnelle, n'est ce pas ? Je pense que l'émotion ferait couler nos larmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Haydn et Mozart   Lun 22 Juin - 18:27

Joachim a écrit:

Comme on aimerait retourner à ce jour mémorable pour assister à cette représentation exceptionnelle, n'est ce pas ? Je pense que l'émotion ferait couler nos larmes...
Formidable réunion des plus grands musiciens et poètes du dix huitième siècle finissant.
Hélas, la machine à remonter le temps n'est pas pour demain!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Jeu 25 Mar - 9:52

Marcus a écrit:

Je suis d'accord avec vous, les jugements de valeur du type "M est meilleur que H" (ou l'inverse) n'ont en soi pas grande signification. Mais il est par contre très intéressant de voir comment ces deux grands génies (qui avaient un profond respect l'un pour l'autre) ont pu s'influencer mutuellement.
Merci Marcus pour ces propos touchant un sujet qui me passionne.

Le point que vous soulignez a été traité par Marc Vignal dans son livre:
Marc Vignal, Haydn et Mozart, Fayard, 2001.

Marc Vignal est spécialiste incontesté de Mozart et de Haydn dont il a écrit une géniale monographie. Il n'a toutefois pas épuisé le sujet des influences mutuelles des deux grands musiciens.

J'espère bientôt vous lire de nouveau,
Piero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mar 2 Sep - 9:20

Certains ont insisté sur les ressemblances existant entre les styles de Wolfgang Mozart et Joseph Haydn. Mozart commence là où Haydn termine... a-t-on dit! Je ne suis pas du tout d'accord, je trouve même que Haydn et Mozart sont très différents.

Comme le dit Marc Vignal, Haydn est un compositeur épique, son Armida, son Orlando paladino en témoignent, le spectacle de la nature le passionne, le bruit des arbres secoués par le vent, les cris des animaux, le piétinement d'un ours dans une foire campagnarde, le chant d'une alouette, un lever de soleil, une mer démontée…Ses oratorios….du grand spectacle en couleurs...Fils de charron, il vit à la campagne la plus grande partie de sa vie…

Mozart est un citadin, il admire l'architecture des belles villes modernes, Nancy, Wurzbourg, Berlin…La nature semble l'indifférer, ce sont les tréfonds de l'âme humaine qui l'intéressent: les transgressions de Don Giovanni, les pièges de l'amour dans Cosi fan tutte, l'attitude envers la mort dans le quintette en sol mineur K 516 et la symphonie K 550 dans la même tonalité (deux oeuvres composées à 2 ans d'intervalle qui en disent plus sur Mozart, ses drames personnels que toute sa musique religieuse…)...

Voilà pourquoi ces deux génies sont si complémentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 542
Points : 652
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Ven 5 Sep - 19:28

Piero1809 a écrit:
Je ne suis pas du tout d'accord, je trouve même que Haydn et Mozart sont très différents.


Moi aussi, Piero. Mozart est Mozart, il ne ressemble à personne. Son style est tout à fait personnel - en dehors bien sûr des oeuvres de jeunesse -  Pour Haydn, il y a quand même quelques compositeurs qui ont un style très voisin, je pense en particulier à Pleyel ou à Vanhal.

J'aime bien ta comparaison entre Mozart le citadin et Haydn le rural. Elle est tout à fait justifiée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mer 5 Nov - 20:12

Une émulation unique peut-être dans l'histoire de la musique a existé entre Haydn et Mozart.

Pendant la "jeunesse" de Mozart, Haydn est un modèle, une référence. En général c'est Haydn qui mène la danse, pendant l'année 1773, Mozart imite même Haydn en composant la série des six quatuors Viennois K 168-173 qui prend pour modèle les quatuors opus 20 de 1772 de Haydn. Cela ne veut pas dire que la musique de Mozart ressemble à celle de Haydn, son style est en général bien plus proche de celui de Johann Christian Bach que de celui de Joseph Haydn comme Joachim l'a mentionné plus haut. Ce rôle de leadership de Haydn dure approximativement jusqu'en 1780. A partir de cette date et d'Idoménée et cela jusqu'en 1788, la situation s'inverse et la musique de Mozart devient tellement puissante (elle culmine avec la série des quatuors dédiés à Haydn et avec Don Giovanni, deux oeuvres phares pour Haydn qui en parle avec enthousiasme) que cela oblige Haydn à réagir. Il le fait à partir de 1787 avec la fantastique symphonie n° 88, la magnifique série des quatuors opus 54, 55 et 64, une éblouissante série de trios pour piano, violon, violoncelle…

Au risque de choquer, mais j'assume totalement ce qui suit: la production de Mozart accuse un certain retrait à partir de 1789, il semble se replier sur lui-même, il est moins novateur dans ses dernières sonates pour pianoforte. Ses derniers trios pour piano, violon et violoncelle, ses quatuors Prussiens K 575, 589, son quintette en mi bémol K 614 me semblent en retrait par rapport à ses oeuvres antérieures appartenant aux mêmes genres musicaux, il est alors surclassé par Haydn en invention et originalité dans le domaine de la musique de chambre (il faut écouter le trio n° 27 en la bémol majeur HobXV.14 de 1790 ou alors sa prodigieuse sonate n° 58 en do majeur HobXVI.48 de 1789 pour s'en convaincre). La Clémence de Titus me semble aussi bien moins aboutie qu'Idomenée mais ce n'est que mon avis. Pourtant la Flûte Enchanté, une réussite totale, pouvait laisser augurer une nouvelle poussée de fièvre créatrice chez Mozart….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 542
Points : 652
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Lun 17 Nov - 13:51

Je n'ai jamais réfléchi à cet aspect de l'évolution stylistique de Mozart, qui semblerait avoir "stagnée" dans ses dernières années. Et pourtant, pense au concerto pour clarinette, chef d'oeuvre inégalé dans le genre (il est vrai qu'il avait été ébauché pour cor de basset bien plus tôt). Pour la Clémence de Titus, il l'aurait vite expédiée en moins de quinze jours (c'est même Sussmayr qui a composé les récitatifs), car le genre opéra seria ne l'intéressait plus. Par contre il appréciait le livret de la Flûte, et on voit le résultat. Les quintettes à cordes K 515 et 516 sont aussi des chefs d'oeuvres, bien que tu as raison de souligner que le K 614 semble un peu en retrait.

Au total, je serais plutôt d'accord avec toi. En somme, il n'aurait plus beaucoup évolué dans l'invention novatrice à partir, en gros, de la Trilogie des symphonies qui se termine par le K 551.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mar 18 Nov - 10:39

Joachim a écrit:

Au total, je serais plutôt d'accord avec toi. En somme, il n'aurait plus beaucoup évolué dans l'invention novatrice à partir, en gros, de la Trilogie des symphonies qui se termine par le K 551.
Merci Joachim, c'est exactement ce que je voulais dire.

Evidemment il faut relativiser ces propos, la création Mozartienne se situe à un niveau tellement élevé qu'il serait ridicule (et peut-être sacrilège) de ma part de critiquer la moindre des oeuvres du Salzbourgeois. Toutefois en écoutant certaines oeuvres des deux dernières années (mis à part celles que nous avons tous les deux citées), j'ai comme le sentiment que Mozart était resté en deçà de ses possibilités alors que d'autres compositeurs faisaient marcher à fond leur puissance créatrice et là je pense au Joseph Haydn des années 1788 à 1790 et aussi à Muzio Clementi qui à la même époque composait de fantastiques sonates pour pianoforte, celle en fa# mineur opus 25 n° 5 et celle encore plus romantique en sol mineur opus 34 n° 2.

Incidemment je ne crois pas que Mozart se désintéressait de l'opéra seria en 1791, contrairement à ce qui a été dit par plusieurs musicologues renommés, ce genre restait très vivant  et très appréciés à cette époque et je me permets de citer ci-dessous mon Blog Rundinella où il est question d'un opéra seria composé en 1796 par Cimarosa, Gli Orazi e i Curiazi, et qui obtint un triomphe:
http://piero1809.blogspot.fr/2014/11/leshoraces-et-les-curiaces-le-serment.html

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr


Dernière édition par Piero1809 le Jeu 8 Oct - 8:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mar 6 Oct - 9:31

Je vous propose d'écouter à la suite:
-l'adagio de la symphonie n° 75 en ré majeur de Joseph Haydn composé en 1779-1780.
-l'andante du trio en sol majeur K 564 de Wolfgang Mozart composé en 1788.

Mozart:


Haydn à 8min 18:


Que remarquez-vous?

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mer 28 Oct - 9:51

Voici encore un exemple bien connu des intéractions existant entre Joseph Haydn et Wolfgang Mozart.
Il s'agit du magnifique concerto n° 19 en fa majeur K 459 de Mozart, datant de 1784, dans lequel ce dernier rend hommage à son ainé en citant textuellement le thème du premier mouvement de la symphonie n° 47 en sol majeur de Haydn composée en 1772 dont Mozart avait noté les incipit en 1783.

Mais Mozart ne s'en tient pas là puisque dans le troisième mouvement de son concerto, il va citer un thème du dernier mouvement de la symphonie n° 78 en do mineur de Haydn. Si on écoute attentivement cette symphonie composée en 1782, on constate que le thème du premier mouvement rappelle celui du premier mouvement du concerto n° 24 en do mineur K 491 de Mozart…On peut continuer ainsi...

Pour s'en convaincre rien ne vaut une bonne écoute de ce concerto pour piano n° 19 K 459 interprété par la spécialiste incontestée Clara Haskil et écouter ensuite la symphonie n° 47!



Nonobstant le jeu merveilleux de Clara Haskil cet enregistrement présente de nombreux défauts dont le pire est le déséquilibre profond existant entre le piano et l'orchestre. Je reviendrai sur ce point important dans un message nouveau.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît

avatar

Messages : 200
Points : 143
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Dim 29 Jan - 21:12

Je suis tout à fait d' accord avec Piero quant au Mozart de jeunesse versus J. Haydn de la même époque;le jeune Mozart est un prodige, qui absorbe comme une éponge tous les styles contemporains, à travers son apprentissage,ses écoutes, ses voyages... pour atteindre ultérieurement et assez rapidement sa maturité et atteindre l' apogée mais il n' est pas un " révolutionnaire " alors que J. Haydn innove très vite; c' est un audacieux; son socle d' influences est plus tenu ( à part sans doute Carl Philip Emanuel Bach et ses " bizarreries") et " se devait d' être original " ( pour le paraphraser) et il tend donc vers l' avenir; grâce soit rendue à son prince de lui avoir laissé la possibilité d' expérimenter de nouvelles voies musicales; certes, Mozart écrase son époque de son génie ( ce que ses contemporains ne comprendront qu' après sa mort ) et la musique de son époque atteint son point culminant mais J. Haydn a l' immense mérite d' être un passeur génial à sa propre façon, entre le mode post-baroque ou pré-classique et les frémissements du Romantisme et et les autres audaces formelles à venir, développées par Beethoven en premier lieu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2686
Points : 2872
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   Mer 1 Fév - 10:48

Merci beaucoup Benoît pour ce texte qui résume admirablement les contributions respectives des deux plus grands musiciens de la deuxième moitié du 18ème siècle, à l'évolution de la musique à l'aube du 19ème siècle.

Tu as tout à fait raison. Grâces soient rendues au prince Nicolas le Magnifique pour avoir permis à Haydn de composer selon ses goûts pendant la durée (près de 30 ans) de son service.
Dommage que Mozart ait été contraint d'abandonner à partir de 1774 la composition des symphonies et des quatuors à cordes, genres dans lesquels il commençait à se faire un nom, pour satisfaire les besoins de ses riches clients saizbourgeois en sérénades, divertissements, et autres oeuvres galantes etc...Il fallait bien que la famille Mozart vive!

Idomeneo (1781) et l'installation à Vienne symbolisent l'accès de Mozart à une nouvelle vie où il sera bien plus libre de créer, d'expérimenter, de connaître une gloire éphémère mais qui le mènera à la ruine et finalement à la fosse commune (1).


(1) Un peu démagogiques ces derniers mots, j'en conviens mais ça sonne bien. Un auteur de ce forum a commenté ce terme de fosse commune et a souligné qu'il fallait le replacer dans l'optique d'une époque où les les pratiques funéraires étaient différentes de celles d'aujourd'hui.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: HAYDN ET MOZART   

Revenir en haut Aller en bas
 
HAYDN ET MOZART
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cesbron, Gilbert] C'est Mozart qu'on assassine.
» Mozart , L'Opéra Rock
» [INFO] Mode restauration sur Mozart
» HTC7 7 MOZART : je regrette amèrement mon achat d'aujourd'hui
» Mozart 32 go

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Généralités-
Sauter vers: