AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pianiste.2008



Messages : 98
Points : 52
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Dim 8 Nov - 20:43

Selon Vincent d'Indy,le directeur du Conservatoire de Paris, Ambroise Thomas aurait reproché à la Symphonie de César Frank son utilisation du cor anglais, affirmant, pour étayer ses propos, l'absence de l'instrument dans la symphonie classique, sans en connaître la belle utilisation haydnienne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Mer 11 Nov - 11:31

pianiste.2008 a écrit:
Selon Vincent d'Indy,le directeur du Conservatoire de Paris, Ambroise Thomas aurait reproché à la Symphonie de César Frank son utilisation du cor anglais, affirmant, pour étayer ses propos, l'absence de l'instrument dans la symphonie classique, sans en connaître la belle utilisation haydnienne...
C'est très intéressant! Je ne connaissais pas ces propos d'Ambroise Thomas. Vous avez bien raison de souligner ce point.

Il est vrai que au milieu du 19ème siècle, la musique de Joseph Haydn était déjà passablement négligée, mis à part les symphonies Londoniennes. Pourtant un document que Pierre a mis à notre disposition (1) montre que entre 1780 et 1820 l'oeuvre de Haydn jouit encore d'une grande popularité en France.

La symphonie n° 22 en mi bémol Le Philosophe de 1764 est la seule symphonie de Joseph Haydn comportant des cors anglais. Dans le fil Michael Haydn nous avons décrit une symphonie du frère de Joseph, la n° 21 en ut MH 188 (P10), datant de 1771, donnant aussi de très beaux soli au cor anglais (2).

Il serait intéressant de faire l'inventaire des oeuvres de Joseph Haydn dans lesquelles intervient cet instrument à la sonorité magnifique.
Pour ma part je suis bouleversé à l'audition de la cavatine d'Euridice "Del mio cor il voto estremo", composée par Joseph Haydn en 1791 dans son opéra l'Anima del Filosofo, dans lesquels les cors anglais descendent dans leur registre le plus grave.

(1) http://haydn.aforumfree.com/les-symphonies-f1/generalites-sur-les-symphonies-t278.htm
(2) http://haydn.aforumfree.com/baroque-classique-et-romantisme-f6/michael-haydn-1737-1806-t293.htm


Dernière édition par Piero1809 le Mer 11 Nov - 13:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Mer 11 Nov - 12:08

C'est l'une des rares symphonies où l'ordre des mouvements habituel n'est pas respecté : en effet, l'ordre est le suivant : lent vif menuet vif.

L'appellation "Le Philosophe" (qui n'est pas de Haydn) s'applique bien au premier mouvement, adagio, une sorte de choral à l'intonation grave souligné par les 2 cors anglais.
Curieusement, les autres mouvements sont en contraste avec ce sublime adagio, à l'exception peut-être du trio du menuet.
Dès sa première audition, il y a déjà très longtemps puisque j'étais ado, cette symphonie m'avait séduit, et elle demeure une de mes préférées parmi les premières symphonies de Haydn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Mar 17 Nov - 11:05

Merci Pierre d'avoir ouvert un fil sur cette symphonie n° 22 Le Philosophe de Joseph Haydn. Merci Joachim pour vos commentaires éclairés.
Nous reparlerons bientôt de cette oeuvre exceptionnelle à bien des points de vue.

Avez-vous remarqué combien les symphonies dont le numéro contient deux chiffres identiques sont intéressantes:
22 en mi bémol Le Philosophe
44 en mi mineur Funèbre
66 en si bémol
77 en si bémol Harmonie
88 en sol qui n'a pas de nom et c'est tant mieux
99 en mi bémol idem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
pianiste.2008



Messages : 98
Points : 52
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Sam 21 Nov - 20:06

Ayant ouvert ce fil de discussion (et pas Pierre !), j'ai envie de parler encore du rôle du cor.
Je trouve le premier mouvement, adagio, assez particulier ! Pompeux (pour ne pas dire pompier) au début, on y entend un trémolo de cor ! oui, de cor ! Etrange ! Est-ce le portrait que se faisait Haydn des philosophes en général ? Les voyait-il comme des vieillards perclus et cacochymes, un peu hypocondriaques ? En avait-il un en particulier dans sa mire ? On dirait un pachyderme qui s’en va mourir. J'ai bien l'impression qu'il voulait se moquer d'eux. Pas vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Dim 22 Nov - 0:36

Excusez-moi pianiste2008 pour le lapsus!

Le nom "Le Philosophe" semble avoir été donné du vivant de Joseph Haydn par un autre que lui. Ce nom peut intriguer si on se réfère au type de l'oeuvre: une symphonie d'église. La symphonie d'église possède les caractéristiques suivantes:
-elle commence par un adagio de sentiment généralement religieux sinon recueilli;
-les quatre mouvements ont la même tonalité. La plus célèbre des symphonies d'églises est la n° 49 La Passione.

On a ici l'archétype de la symphonie d'église car l'adagio du premier mouvement est basé sur un choral entonné par les cors et poursuivi par les cors anglais.

Dies rapporte les propos suivants de Joseph Haydn:"Dans la musique instrumentale, je ne donnais en général libre cours qu'à mon imagination purement musicale. Une seule exception me vient à l'esprit, l'adagio d'une symphonie où je pris comme thème un dialogue entre Dieu et un pêcheur non repentant." Peut-être l'adagio en question était-il celui de la symphonie n°22 (1).

Dialogue entre Dieu et un pêcheur! Pas étonnant que le motif des deux cors fortissimo qui ponctue tout le mouvement soit empreint de la plus grande solennité!

Comme vous je suis intrigué par le trille des deux cors fortissimo et à l'unisson, effet que je croyais réservé à Gustav Mahler mais décidément Joseph Haydn nous étonnera toujours!

(1) Passage en italique tiré du livre: Joseph Haydn, de Marc Vignal, Fayard, 1988, pp. 842-3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
pianiste.2008



Messages : 98
Points : 52
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Dim 22 Nov - 22:32

Peut-être... Mais l'explication est-elle aussi érudite ? Et le côté farceur, bon vivant de Haydn ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Lun 23 Nov - 11:23

pianiste.2008 a écrit:
Peut-être... Mais l'explication est-elle aussi érudite ? Et le côté farceur, bon vivant de Haydn ?
100% d'accord.
Chez Joseph Haydn le sublime côtoie volontiers le prosaïque, le sérieux se mélange à l'humour, le savant flirte avec le populaire.

Dans ses lettres adressées à Madame von Genzinger datées de 1790 (1), Haydn parle des beautés contenues dans sa sonate n° 59 en mi bémol majeur dédiée à sa correspondante et élève, ainsi que de son interprétation. Il évoque avec émotion l'audition des Noces de Figaro de Mozart lors de son récent voyage à Vienne. Dans le même temps, il détaille également avec un humour irrésistible les mets délicieux qui lui furent servis à Vienne et la misérable pitance qu'il lui faut ingérer à Eszterhazà!

Lettre fameuse du 9 février 1790. Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 321-2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »   Aujourd'hui à 22:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonie n° 22 en mi bémol majeur « Le Philosophe »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» castlevania symphonie of the night
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée
» La Symphonie des Siècles - Elizabeth Haydon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: