AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Divertimentos à huits voix HobX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Divertimentos à huits voix HobX   Mer 25 Nov - 11:19

Ces Divertimenti a otto voci que nous appellerons octuors pour simplifier furent composés par Joseph Haydn en 1775. Leur instrumentation comporte deux violons, un baryton, un alto, un violoncelle, une contrebasse et deux cors. Ils comportent tous trois mouvements. Ces oeuvres ont été déjà évoquées dans le texte de Pierre DeLirium (1).

Seuls les manuscrits des octuors HobX.1 en ré majeur, HobX.3 en la mineur et HobX.5 en sol majeur ont survécu. Les quatre autres, HobX.2 en ré, HobX.4 en sol, HobX.6 en la et HobX.12 en sol, nous sont parvenus sous forme de transcriptions éditées chez Artaria. Les instrumentations originales ont pu être reconstituées pour ces quatre dernières oeuvres. Six d'entre elles furent inscrites dans l'Entfurt Katalog (catalogue personnel de Haydn), HobX.12 n'était pas inscrite dans l'EK mais son authenticité a été attestée de manière irréfutable.

Ces oeuvres sont contemporaines de l'opéra l'Incontro improviso, de l'oratorio Il Ritornio di Tobia et suivent de peu plusieurs importantes symphonies composées en 1774, notamment les symphonies n° 51 en si bémol, 56 en Ut majeur, 60 en ut majeur (Le Distrait).

Il s'agit d'oeuvres de musique de chambre remarquables et très élaborées. Tous les instruments, contrebasse comprise, ont un rôle important, ce qui permet les combinaisons sonores nombreuses et souvent très hardies. Le rôle très important des cors mérite d'être souligné. Il distingue radicalement ces octuors des divertimentos pour cordes et deux cors composés par Wolfgang Mozart: le divertimento en fa KV 253 (1776) et celui en si bémol KV 287 (Lodron) de l'année suivante. Chez Mozart le rôle des cors est réduit à celui de simple support harmonique et le premier violon est largement prépondérant. Chez Haydn la partie de cor est virtuose et grimpe fréquemment à des hauteurs vertigineuses nécessitant un cor alto, instrument que Haydn abandonnera dans la plupart de ses symphonies postérieures.

Plusieurs parmi les octuors de Haydn possèdent des adagios écrits dans une tonalité mineure tous très dramatiques, c'est le cas des octuors HobX.1 en si mineur; X.2 en ré mineur; X3 en la mineur; X6 en la mineur. Ces adagios me font penser à certains mouvements des Sept Dernières Paroles du Christ, oeuvre composée plus de dix ans plus tard. Plusieurs octuors se terminent par des rondos très originaux (2).

(1) http://haydn.aforumfree.com/concertos-f9/joseph-haydn-delirium-t81.htm
(2) Source: Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp948-51.


Dernière édition par Piero1809 le Sam 23 Juin - 9:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Octuor en la mineur (HobX.3)   Mer 25 Nov - 11:42

L'octuor en la mineur HobX.3 est particulièrement remarquable, il s'ouvre par un adagio en la mineur d'un caractère poignant. Le thème merveilleusement harmonisé est suivi par  une admirable phrase du premier violon au relatif majeur accompagnée par les cors, les arpèges du second violon et les pizzicattos de la contrebasse. Le développement est une simple transition en fait, rendue très dramatique par les harmoniques graves d'un des cors. Lors de la rentrée le très beau second thème est rendu encore plus expressif par sa transposition au relatif mineur ainsi que par l'accompagnement des cors.

L'allégro qui suit en la majeur est une aimable et spirituelle conversation entre tous les instruments. Le développement nous offre un véritable festival de couleurs et de sonorités. Lors de la réexposition, les cors se livrent à des acrobaties non dénuées d'humour.

Le finale Allegretto est  très particulier: est-ce un menuet entrecoupé de cinq trios, un thème varié avec double variations alla Haydn, un rondo muni de cinq couplets ou les trois structures à la fois, facétie bien haydnienne? Nous pencherons pour le rondo. Le premier couplet est confie au violon et au violoncelle, le second aux cors, le troisième est un solo de baryton, le quatrième fait intervenir tous les instruments, et le cinquième donne la part belle aux violons et au baryton.
Le couplet le plus spectaculaire est celui confié aux deux cors. Pendant que le premier cor s'envole dans les hauteurs et atteint le la au dessus de la portée en clé de sol, le second cor s'abime dans les profondeurs jusqu'au sol au dessous de la portée en clé de fa. Ce plan, très voisin d'un passage de l'adagio de la symphonie en si bémol n° 51 (1), est utilisé ici à des fins humoristiques et non plus dramatiques comme dans la symphonie.

(1) http://haydn.aforumfree.com/les-symphonies-f1/symphonie-n-51-en-si-bemol-majeur-fabuleux-solo-de-cor-t287.htm


Dernière édition par Piero1809 le Dim 29 Déc - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 524
Points : 626
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Jeu 26 Nov - 12:08

Ces octuors sont en effet magnifiques et malheureusement peu interprétés, peut-être à cause de la présence d'un baryton, instrument difficile à trouver pour une formation restreinte. Pourtant, ces octuors existent aussi dans un arrangement avec une flûte ou un hautbois à la place du baryton (sauf le 6ème en la majeur). Dans ce cas, ils s'intitulent "6 Divertimenti a 8 concertati opus 31".

Notons qu'en complément à ces octuors, Haydn a également composé un "Divertimento a cinque voci" (quintette) en ré majeur, pour baryton, 2 cors, alto et violoncelle Hob X n° 10.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Ven 27 Nov - 16:20

Joachim a écrit:

Notons qu'en complément à ces octuors, Haydn a également composé un "Divertimento a cinque voci" (quintette) en ré majeur, pour baryton, 2 cors, alto et violoncelle Hob X n° 10.
Merci Joachim de mentionner ce Divertimento a cinque voci (HobX.10) d'inspiration très voisine des octuors. Il est d'ailleurs groupé avec les sept octuors dans l'intégrale Brilliant Classic.

L'interprétation de l'Eszterhazy Ensemble et du Piccolo Concerto Wien est excellente. Les cors ont des sonorités excitantes, mais il y a un artiste à tous les pupitres.

Il me faudrait comparer avec Christophe Coin et de l'Ensemble baroque de Limoges


Dernière édition par Piero1809 le Dim 29 Déc - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Mer 7 Avr - 10:32

L'Octuor HobX.12 en sol majeur est peut-être le plus réussi de tous. S'écartant résolument du style divertissement, c'est parmi les oeuvres de la série, celui dont le style est le plus proche de la musique de chambre.

Le premier mouvement moderato d'une grande unité est construit sur un seul thème très chantant et donne un rôle à tous les instrumentistes et en particulier aux deux cors. Le contrepoint est très présent pendant toute la durée du morceau et tout particulièrement dans le magnifique développement.

Le sublime adagio en sol mineur est le sommet de l'oeuvre. C'est une vibrante déploration d'une grande intensité qui, à mon humble avis, annonce de très près Les sept Paroles du Christ sur la Croix composées près de dix ans plus tard. La phrase plaintive du début est interrompue par des accords fortissimo des cordes plus les cors. La fin de l'exposition au relatif majeur montre un visage plus serein, presqu'angélique. Après un développement très dramatique, la transposition du discours musical dans le mode mineur ainsi que les harmoniques des cors dans leur registre le plus grave lors de la réexposition apportent un surcroît d'émotion  et c'est dans l'accablement que se termine ce morceau exceptionnel.

Tous les nuages se dissipent dans le joyeux refrain du Rondo final Presto. Le premier couplet très étendu dans le mode mineur n'arrive pas à assombrir l'atmosphère, il est remarquable par la délicatesse de son instrumentation faisant intervenir tous les instruments. A la fin du couplet le baryton égrène quelques harmoniques du plus gracieux effet. Le second couplet également dans le mode mineur est cette fois dramatique mais l'inquiétude est de courte durée et une joyeuse et bruyante coda met fin à ce spirituel mouvement.

Si on peut télécharger cet octuor en mp3, il ne faut pas hésiter, c'est vraiment un chef-d'oeuvre


Dernière édition par Piero1809 le Dim 29 Déc - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Chipstouille



Messages : 17
Points : 19
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 36
Localisation : Chateaugiron (35)

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Mar 1 Oct - 22:32

De tête, l'association entre l'adagio de l'octuor Hob X : 12 ne me parait pas immédiate avec les quatuors opus 51.
Il faudra que je les réécoute pour vérifier, je connais surtout la forme Oratorio. Le côté abrupt de certains silences, peut-être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joachim

avatar

Messages : 524
Points : 626
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Jeu 12 Déc - 21:40

Voici un autre enregistrement de ces magnifiques octuors :




Je suis en train d'écouter celui en sol majeur hob X.12, dont tu parles ci dessus, et je suis d'accord avec toi pour ce qui concerne le pathétique 2ème mouvement, qui, effectivement fait penser aux Sept Paroles. C'est tout de même curieux que Haydn ait ainsi glissé ce mouvement entre deux mouvements joyeux. Et comme tu le dis aussi fort justement, il en est de même pour les mouvements lents de ces octuors (celui du la majeur hob X.3 est un peu de la même veine, quoique moins tragique à mon avis).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Ven 27 Déc - 20:56

Je viens d'écouter le divertimento en ré majeur HobX.II dans la version de l'ensemble Ricercar Consort dirigé par Philippe Pierlot. C'est génial, il y a un baryton d'une sonorité merveilleuse mais tous les exécutants sont remarquables. Ce divertimento s'ouvre par un allegro au thème inoubliable. Je passerais des heures à écouter en boucle le sublime adagio en ré mineur. Dans le rondo final très développé (en fait compromis comme souvent chez Haydn entre le rondo et le thème varié) qui ressemble beaucoup au finale de la symphonie en si bémol n° 51, il y a un fantastique couplet joué par les deux cors. L'un des deux monte à des hauteurs vertigineuses. Un autre couplet est confié à la contrebasse.
Artistes:
François Fernandez, Sayuri Yamagata, Ryo Terakado, Philippe Pierlot, Rainer Zipperling, Eric Mathot, Claude Maury, Piet Dombrecht



Dernière édition par Piero1809 le Dim 29 Déc - 15:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   Dim 29 Déc - 10:30

Divertimento en sol majeur HobX.4.
Il s'ouvre par un moderato ayant un caractère marqué de musique de chambre. Dans l'extraordinaire adagio, on n'est plus du tout dans le divertissement, mais une fois de plus dans l'ambiance des 7 Dernières Paroles du Christ sur la Croix car le début de cet adagio ressemble beaucoup à celui du premier mouvement de l'oratorio: Père, pardonnes leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font.…Un rythme de marche funèbre se maintient jusqu'à la fin du mouvement. Avec le tempo di minuetto final, on revient sur terre mais ce mouvement sobre et élégant n'est pas vraiment joyeux comme un divertissement devrait l'être.

Précipitez-vous pour télécharger (pour quelques centimes) ce divertimento dans l'interprétation de l'ensemble Ricercar Consort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Divertimentos à huits voix HobX   

Revenir en haut Aller en bas
 
Divertimentos à huits voix HobX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» les voix française des personnages
» wael jassar une autre belle voix
» Episode 18 - Voix intérieures
» Une voix ténébreuse
» Une voix pour 10 acteurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Œuvres de musique de chambre-
Sauter vers: