AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Mer 16 Déc - 15:18

Les Symphonies n° 15 en ré majeur et n° 16 en si bémol majeur font partie des quelques vingt symphonies composées avant 1761, date de l'installation de Joseph Haydn à Eisenstadt au service du Prince Paul Anton Eszterhàzy. Toutes les deux sont remarquables à plus d'un titre. Leur instrumentation est par contre tout à fait classique: le quintette à cordes (violons, alto, violoncelle, contrebasse), un basson doublant la basse, deux hautbois et deux cors. Dans les deux oeuvres le rôle des hautbois est très réduit et ces instruments se contentent de doubler les violons dans les tutti (1,2). Dans un cadre réduit on admire la perfection de la forme et la beauté des idées.

La symphonie n° 15 en ré majeur est en quatre mouvements, coupe assez rare dans les symphonies de cette époque fréquemment en trois mouvements. Si on admet qu'elle est antérieure à la symphonie n° 6 Le Matin datant de 1761 (1), ce serait la première symphonie de Haydn dont le premier mouvement débute par une introduction adagio 3/4. Cette introduction est une très belle cantilène du premier violon simplement accompagnée par les pizzicatti des autres cordes et les deux cors. La sonorité de l'ensemble est magique (3). Cet adagio est enchainé à un Presto 4/4 dont le thème est une marche harmonique baroque à la manière de Corelli. Ce presto comporte d'autres traits archaïques notamment un second sujet à la dominante mineure. On se trouve ici à la frontière entre deux mondes, l'époque baroque finissante et le début du classicisme. Le retour de l'adagio en fin de mouvement est également très surprenant.

Afin d'éviter d'enchainer un adagio avec un autre mouvement lent, un menuet en deuxième position s'imposait. Le trio, confié au quintette à cordes, consiste en respons entre le groupe des deux violons d'une part et celui de l'alto et du violoncelle d'autre part. La basse se contente d'accompagner discrètement.

L'andante en sol majeur 2/4 est écrit pour le quintette à cordes. Au thème joué par les violons répondent de discrets échos des autres cordes. On a ici un autre exemple de cette musique minimaliste presque raréfiée typique de certaines oeuvres de jeunesse de Haydn mais également plus tardives. A la fin des deux parties de ce mouvement, on notera les syncopes caractéristiques des violons et le murmure très poétique qui clot ce beau mouvement très calme mais non exempt de mélancolie.

Le Presto final 3/8 comporte trois parties, une première partie avec son rythme ternaire ressemble à un tempo di minuetto, la seconde partie est un vaste intermède très expressif dans le mode mineur chanté par le premier violon avec un très bel accompagnement du second violon et le mouvement se termine par une récapitulation à peine modifiée de la première partie, suivie d'une brève coda.

La symphonie n° 16 en si bémol est une de mes préférées parmi les symphonies pré-Eisenstadt. Elle débute par un magnifique allegro ¾ dont le thème chromatique est d'abord énoncé par les basses sous un accompagnement spiccatto des violons, le thème est ensuite plusieurs fois échangé entre violons et basses. Au cours du développement et de la réexposition, le thème chromatique du début et son accompagnement sont enrichis par un nouveau contrechant des premiers violons procurant un sentiment de plénitude.

Tout au long de l'andante ma non troppo en mi bémol majeur 2/4, également confié au quintette à cordes, un violoncelle solo double à l'octave inférieur le chant des premiers violons avec sourdine. Haydn y expérimente des combinaisons sonores toutes nouvelles qu'il utilisera dans ses dernières symphonies (n° 88 et 102). Ce morceau paisible se déroule sans heurts. Près de 20 années plus tard Haydn obtiendra une ambiance analogue dans ses interludes et ballets de son opéra Il Mondo della Luna.

Le Finale, Presto, 6/8, est remarquable par son rythme très dansant et son dynamisme. Strictement monothématique, il allie comme dans beaucoup d'oeuvres ultérieures le savant et le populaire.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 822-30.
(2) http://www.passee-des-arts.com/3-categorie-10819980.html
(3) A ceux qui regrettent que le quatuor opus 3 n° 5 Sérénade" ne soit pas de Joseph Haydn mais de Roman Hoffstetter, on peut recommander ce superbe adagio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Lun 1 Sep - 13:47

Très belle interprétation de Christopher Hogwood de la symphonie n° 15, une de mes préférées parmi les symphonies préEisenstadt (antérieures à 1761).
Je regrette l'absence du clavecin dans les mouvements lents mais mis à part ça, l'exécution est optimale.

https://www.youtube.com/watch?v=4HRZp8Ch3Yo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Ven 2 Oct - 9:02

Encore une belle version de cette symphonie n° 15 en ré majeur par Antal Dorati et le Philarmonia Hungarica. Ici les instruments sont modernes et cette version est certainement moins authentique que celle de Christopher Hogwood. Toutefois les tempi sont excellents et la sonorité d'ensemble convaincante. Le clavecin très discret apporte une touche d'harmonie, notamment dans le troisième mouvement, andante.



J'ai souhaité faire entendre cette symphonie n° 15 de Joseph Haydn après la symphonie n°15 de son frère Michael car ces deux symphonies sont présumablement contemporaines et pourtant très différentes. Alors que celle de Michael a totalement intégré le nouveau style galant à la mode, celle de Joseph possède des traits archaïques rappelant l'ère baroque, notamment le presto en deuxième position qui possède des marches harmoniques typiquement Vivaldiennes!

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Dim 4 Oct - 20:58

Un côté du baroque finissant dans les mouvements rapides, c'est vrai comme tu dis, Piero, mais pour moi les parties lentes (introduction au 1er mouvement et 3ème mouvement), c'est déjà bien le Haydn que nous connaissons.

La symphonie n° 15 de Michael Haydn m'avait bien plu, mais j'aime encore plus celle de Joseph !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Dim 4 Oct - 21:10

Merci beaucoup pour ton avis toujours éclairé Joachim.
Les deux symphonies sont de grande qualité toutes les deux.
Certains pourraient trouver la comparaison que je vous ai proposée sans intérêt et je suis assez d'accord généralement avec ce point de vue, mais ici les deux symphonies sont probablement contemporaines, ont la même tonalité et composées par deux compositeurs possédant pratiquement le même ADN!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination   Aujourd'hui à 3:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonies n° 15 et n° 16 Originalité Imagination
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire ,la porte ouverte a l'imagination (explication)
» Maquette de "Dreams of Imagination"
» Carte photo qui laisse courir l'imagination...
» Imagination au sens propre
» Très dur de faire travailler son imagination !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: