AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Ven 18 Déc - 18:31

Peu de ressemblances au demeurant existent entre Dmitri Chostakovitch et Joseph Haydn. Tout les sépare évidemment.

Si pendant la plus grande partie de sa vie et mis à part ses quinze dernières années, Joseph Haydn vécut à une époque relativement calme, la vie de Chostakovitch se déroule dans un contexte historique exceptionnellement troublé et tragique. Si la relation de l'artiste Haydn avec le prince Nicolas le Magnifique s'effectue selon les codes de l'époque, très humiliants pour l'artiste en général mais relativement avantageux pour lui, celle de Chostakovitch avec le pouvoir absolu en place est particulièrement chaotique et éprouvante. Au plan strictement musical il n'y a rien de commun entre l'élégance, la clarté, la concision, et l'optimisme de l'un et le pathos exacerbé, la prolixité et le pessimisme de l'autre.

Toutefois tous deux furent de grands symphonistes. Comme chez Haydn la composition de symphonies jalonne toute la période créatrice de Chostakovitch de 1926 à 1972. On peut dire que chez ce dernier, les symphonies sont un miroir dans lequel apparaissent l'actualité politique ainsi que les problèmes de l'artiste confronté aux dérives du pouvoir totalitaire. Comme Haydn, Chostakovitch manie l'humour mais chez ce dernier l'humour prend vite un aspect grinçant, torturé et évoque plus les défilés de masques grimaçants d'un James Ensor. Il y a enfin chez Haydn et Chostakovitch un aspect épique qui se traduit par des fresques grandioses: la création du monde ou le spectacle de la nature chez l'un et la révolution ou les souffrances de la guerre chez l'autre.

L'audition des quinze symphonies de Chostakovitch est une expérience mémorable. Un an, c'est le temps qu'il m'a fallu pour "assimiler", en toute modestie, ce monumental corpus symphonique. Que d'émotions, de sensations fortes.

L'oeuvre de DSCH (abbréviation de Dmitri Schostakovitch en quatre notes: ré, mi bémol, do, si, notation anglosaxonne du thème principal de la 15ème symphonie) est indissociable de sa vie et du contexte politique. Je n'en parlerai pas car tout a été dit ou presque dans un numéro spécial du Monde de la Musique (1). Mis à part la première symphonie, musique pure s'il en est, chaque symphonie est une oeuvre à programme et se rattache directement ou indirectement à un évènement tragique de l'histoire de la Russie puis de l'URSS.

On a souvent distingué dans le passé récent les grandes symphonies audacieuses et novatrices (4 ème, 8 ème toutes deux en ut mineur, 13 ème et 14 ème) d'avec des oeuvres plus conventionnelles et plus aptes à plaire au pouvoir en place (3 ème, 11 ème et 12 ème). Ces dernières furent même vilipendées par la critique occidentale. Avec le temps qui passe cette distiction tend à s'estomper, toutes les symphonies présentent de l'intérêt et, à mon humble avis, après les avoir toutes écoutées, je trouve qu'il n'y a pas de symphonies ratées.

Enfin, le langage musical de DSCH est très accessible. DSCH ignore ou feint d'ignorer les grandes révolutions qui secouent l'art musical du 20 ème siècle, même si accessoirement il intègre ponctuellement certains procédés (séries en particulier) dans sa musique lorsque l'expression l'exige. Le ton général de ses symphonies est tragique mais même dans ses oeuvres les plus sombres, il ne se départit jamais d'une attitude moqueuse et même sarcastique. Il n'est donc pas totalement pessimiste et réserve à certaines symphonies des conclusions apaisées ou même triomphales.


1. La Vague Chostakovitch. Le Monde de la Musique, n°312, 2006.


Dernière édition par Piero1809 le Mer 29 Mai - 13:36, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Mer 23 Déc - 13:44

La musique des deux "grands" russes contemporains : Prokofiev et Chostakovitch, a eue une évolution à peu près parallèle : d'abord les oeuvres de jeunesse très influencées par l'occident, puis, lorsque le pouvoir a jugé cette musique "dégénérée", ils ont été obligés de composer des oeuvres plus conventionnelles, lyriques, souvent même post romantiques.

Personnellement, j'ai une préférence pour les secondes : à partir de la quatrième symphonie de Chostakovitch, et en particulier les 5 et 7, mais à l'exclusion des 13 et 14 qui à mon avis ne sont plus des symphonies mais des sortes de cantates.

Il faut reconnaître que les oeuvres de commande du pouvoir soviétique sont quelquefois magnifiques : connaissez vous le Chant des Forêts par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Jeu 24 Déc - 13:29

Joachim a écrit:

Il faut reconnaître que les oeuvres de commande du pouvoir soviétique sont quelquefois magnifiques : connaissez vous le Chant des Forêts par exemple ?
Merci Joachim pour le commentaire.
Je ne connais pas le Chant des Forêts. Je vais l'écouter.

Je me permets d'insister sur le point suivant. Contrairement à la plupart des grands musiciens du 20ème siècle, Chostakovitch a composé une musique accessible au plus grand nombre, c'est pourquoi je trouve que les critiques dont il a fait l'objet de la part du pouvoir en place étaient particulièrement injustes.
D'accord, la 13ème et surtout la 14ème symphonie sont plus ardues mais la difficulté d'approche ne résiste pas à une audition répétée et alors on est conquis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Sam 22 Oct - 21:58

Certaines symphonies de Dmitri Chostakovitch (DSCH) sont particulièrement célèbres, la plus jouée est probablement la n° 10 en mi mineur, relativement brève, tendue et concentrée. D'autres sont associées à des événements tragiques, la n° 7 en ut majeur Leningrad composée pendant le siège de cette ville par l'armée allemande, la n° 11 en sol mineur L'année 1905 qui cite des chants révolutionnaires russes, etc...La n° 5 n'est pas tragique mais plutôt héroïque, elle contient un des passages les plus célèbres de la musique de film et a illustré le film Rollerball (1). La gigantesque symphonie n° 4 est peut-être ce que l'on a composé de plus violent, brutal et dissonant pour un orchestre.

Par contre la symphonie n° 1 en fa mineur, oeuvre de jeunesse n'est presque jamais jouée alors qu'il s'agit d'une oeuvre très attachante, révélant pleinement le génie de son auteur. C'est elle que je choisis pour illustrer DSCH symphoniste.

La 1ère symphonie en fa mineur opus 10 fut composée en 1926 par un musicien agé de 20 ans. D'une durée de 30 minutes environ, elle comprend les quatre mouvements de la symphonie classique. L'absence presque complète de pathos la rend unique parmi les symphonies de DSCH, par contre l'élément parodique voire sarcastique, autre marque de fabrique du compositeur, y est déja prépondérant.

Le premier mouvement est bâti sur deux thèmes qui se succèdent tout au long du morceau. Chaque instrument de l'orchestre est traité en soliste et on croit souvent écouter de la musique de chambre. Les tutti sont peu nombreux et n'en prennent que plus de relief.

Dans le scherzo Allegro, très dynamique, on remarque la présence d'un piano très entreprenant, le mouvement est interrompu par un épisode méditatif, sorte de marche lente. Ce rôle du piano évoque Prokofiev qui incorpora le piano dans presque toutes ses symphonies (2).

Le mouvement suivant, lento, contraste par sa beauté mélodique, avec ce qui précède. On y entend constamment des allusions au prélude de Tristan et Isolde. Une inquiétude diffuse est perceptible dans ce morceau, mais les nuages s'estompent dans une conclusion apaisée.

Le finale est, à mon avis, le mouvement le plus original, il consiste en une alternance d'épisodes lents rappelant le mouvement précédents et d'épisodes rapides (allegro molto). Particulièement intéressant est cet épisode très calme où on entend les sonorités cristallines et pures du célesta dialoguant avec le premier violon. Dans les épisodes rapides, on admire la virtuosité dont fait déja preuve DSCH dans le maniement de l'orchestre, et c'est dans un feu d'artifice de couleurs sonores où l'on retrouve le piano très en vue que se termine l'oeuvre.

Cette oeuvre de jeunesse est très séduisante et porte en germe les éléments du style futur de DSCH, même si je crois y déceler l'influence de Prokofiev (2).


(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Rollerball_(film,_1975)
(2) http://haydn.aforumfree.com/t485-serguei-prokofiev-1891-1953
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Mar 17 Juil - 21:23

Joachim a écrit:

Il faut reconnaître que les oeuvres de commande du pouvoir soviétique sont quelquefois magnifiques : connaissez vous le Chant des Forêts par exemple ?
Je viens d'écouter Le Chant des Forêts de Dmitri Chostakovitch. Je n'ai pas aimé: il y a quelques beaux passages mais noyés dans un flot de musique boursouflée et passablement pompière. En plus l'oeuvre est très longue et la péroraison finale, interminable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n° 2 en si majeur   Mer 29 Mai - 9:25

Dédiée à la révolution d'octobre 1917, la deuxième symphonie en si majeur, opus 14 de Dmitri Chostakovitch, fut composée et créée en 1927. D'une durée de dix sept minutes, c'est la plus courte des quinze. Elle comporte trois mouvements et se termine par un grand choeur mixte (1). Le texte suivant a déjà été présenté sous une forme un peu différente dans un autre forum.

Les premiers et deuxièmes mouvements frappent d'emblée par leur écriture atonale et leurs harmonies agressivement dissonantes. A cette époque, en réaction au Sacre du Printemps de Stravinsky (1913), de nombreux compositeurs rivalisent d'audace. Prokofiev, après son aimable première symphonie dite "Classique", écrit sa deuxième symphonie (1924-5) (2), son oeuvre la plus féroce (avec la suite Scythe). Bartok a déja composé son Mandarin Merveilleux (1918-9), un admirable mais très violent chef-d'oeuvre expressionniste (3). Il met en chantier son génial 3ème quatuor à cordes (1927). Alban Berg a terminé son opéra Wozzeck (1922) qui, avec Lulu est peut-être le chef-d'oeuvre de l'expressionnisme en musique, etc...

Dmitri Chostakovitch (DSCH, abréviation de son nom Dmitri Schostakovitch) ne pouvait rester à l'écart de cette tendance, c'est ainsi que j'interprête les audaces des deux premiers mouvements de cette symphonie. Dans le premier, Largo, les entrelacs polytonaux des cordes très divisées créent une ambiance envoutante et mystérieuse, très avant-gardiste. Le second mouvement, Allegro molto, donne une grande place aux bois puis à des cuivres très agressifs. Sur le texte d'Alexander Besimensky, DSCH écrit un troisième mouvement diatonique, tonal et postromantique qui contraste violemment avec ce qui précède. Ce 3ème mouvement, à la somptueuse sonorité, annonce le Chant des Forêts opus 81, oratorio composé bien plus tard en 1949 et n'est pas sans rappeler certaines pages chorales de de Mahler. On note dans l'instrumentation de ce mouvement l'intervention très prolétarienne d'une sirène d'usine.

On a reproché à DSCH l'hétérogénéité de style de cette symphonie. Le compositeur lui-même, conscient de certaines contradictions dans sa démarche, la désavoua plus tard ainsi que la troisième. Il n'en reste pas moins qu'aucune symphonie de DSCH ne peut laisser indifférent et que cette symphonie constitue un jalon passionnant dans l'évolution du compositeur.

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Chostakovitch
(2) http://haydn.aforumfree.com/t485-serguei-prokofiev-1891-1953
(3) http://fr.wikipedia.org/wiki/Expressionnisme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Syphonie n° 3   Lun 10 Juin - 10:01

La troisième symphonie en mi bémol majeur, Le Premier Mai, opus 20 a été composée par Dmitri Chostakovitch (DSCH) en 1930. Relativement courte, 30 minutes, elle comporte 7 mouvements. Dans le dernier mouvement, intervient un grand choeur mixte comme dans la symphonie précédente. La musique s'appuie sur un texte, Le Premier Mai, de Semyon Kirsanov. Les sept mouvements s'enchainent sans interruption mais on peut distinguer 4 sections.

La première section, composée des mouvements 1,2 et 3, a un tempo qui s'accélère constamment. Elle est introduite par un solo de clarinette et constitue une belle pièce orchestrale très contrapuntique qui, à mon humble avis, évoque Hindemith (1). La fin de la section consiste en une marche militaire parodique qui se disloque progressivement et se termine de manière assez inquiétante.

L'andante qui suit est au contraire homophone et consiste en une suite de belles cantilènes des violons dans un climat général assez calme. On y rencontre des alliages de timbres très intéressants entre les flûtes et les harmoniques des violons.

La troisième section est un allegro très dynamique et grandiloquent qui se termine de manière étrange par un roulement de timbales et de caisse claire au dessus desquels les cuivres dessinent une sorte de puissante mélopée ponctuée par de violents coups de grosse caisse.

Dans la quatrième section, nous assistons à un impressionnant dialogue entre les contrebasses et les gros cuivres parmi lesquels ressort un trombone particulièrement vaillant et un tuba contrebasse. C'est en fait une sorte de récitatif qui introduit le choeur final.
Si on fait abstraction de la phraséologie révolutionnaire du texte dédié au 1er Mai, non dénué toutefois d'une certaine grandeur, je dois avouer que ce choeur sonne magnifiquement et donne une conclusion triomphale à l'oeuvre dont le climat général se veut optimiste et joyeux.

Beaucoup moins hardie que la symphonie précédente, elle possède beaucoup plus d'unité. Ce n'est pas ma préférée mais son audition procure beaucoup de plaisir. On peut dire que c'est la dernière des symphonies de "jeunesse" de DSCH. Rien dans ces trois oeuvres n'annonce l'incroyable choc provoqué par la quatrième.

(1) Toutefois, Hindemith a écrit la majorité de ses oeuvres les plus significatives après 1930.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n° 4 en ut mineur   Sam 9 Nov - 22:51

Attention chef-d'oeuvre!

La Quatrième symphonie en ut mineur opus 43 fut composée en 1936. A cette époque Dmitri Chostakovitch (DSCH) avait déja écrit un opéra génial: Lady Macbeth du District de Mzensk (1932), un chef d'oeuvre expressionniste. Staline qui s'était déplacé pour assister au spectacle n'aima pas l'oeuvre et quitta la salle aux deux tiers du spectacle. Le lendemain la Pravda critiquait "le formalisme petit bourgeois de l'oeuvre..." avec une phraséologie plutôt inquiétante relayée par des déclarations franchement hostiles de proches du pouvoir en place. DSCH, la peur au ventre, remisa sa quatrième symphonie, diamant noir jumeau de l'opéra, dans un tiroir, où elle y resta durant 25 ans. En 1961, l'oeuvre fut donnée par l'orchestre philarmonique de Moscou sous la direction de Kyril Kondrachine.

D'une durée d'environ 60 minutes, c'est une oeuvre aux vastes propostions, nécessitant un énorme orchestre: 6 flûtes (dont 2 piccolos), 4 hautbois (dont un cor anglais), 6 clarinettes (dont une clarinette en mi bémol et une clarinette basse), 4 bassons (dont un contrebasson); 8 cors, 4 trompettes, 3 trombones, 2 tubas; timbales et percussions (grosse caisse, caisse claire, cymbales, triangle, bloc en bois, castagnettes, tam-tam, cloches tubulaires, xylophone, glockenspiel, célesta); 2 harpes; les cordes (1).

Elle comporte trois mouvements. Le premier, Allegretto poco moderato, est à lui seul une symphonie. L'analyse de cet admirable morceau est une tâche au dessus de mes compétences. Je me contenterai de dire qu'il comporte deux thèmes principaux et une mosaïque d'épisodes, les uns extrèmement violents associant tout l'orchestre et d'autres plus calmes et chantants n'impliquant qu'un nombre restreint d'instruments.
Le début est électrisant et donne d'emblée le ton. C'est, à mon humble avis, la plus formidable introduction dans tout le corpus symphonique de DSCH. Le thème principal consiste ensuite en une marche vigoureusement scandée par les basses qui rapelle le début de la sixième symphonie de Mahler. Les allusions à ce dernier sont multiples dans cette symphonie et DSCH n'a jamais caché son admiration pour son prédécesseur mort en 1911.
Le climax du morceau se situe en son milieu avec l'irruption d'une fugue diabolique et vertigineuse, suivie par un épisode d'une violence inouie dans lequel gros cuivres et une énorme percussion se déchainent.
Après des passages plus subtils et délicats avec un second thème au rythme de valse, le mouvement se termine de manière extrêmement dramatique.

Le second mouvement, Moderato con moto, est un scherzo, contrastant avec ce qui précède par un ton beaucoup plus calme et son écriture polyphonique. Ce morceau est très attachant par la rigueur de sa construction. La fin du mouvement est très étrange et mystérieuse.

Le dernier mouvement, Lento, Allegro, est d'une taille équivalente au premier. Il débute par une marche funèbre quelque peu parodique et se poursuit avec un épisode rapide au rythme de valse. Changement complet de décors à la fin du morceau: annoncé par un terrifiant roulement de timbales et de grosse caisse, survient un puissant accord de l'orchestre au complet violemment dissonant (2). L'accord d'ut mineur, scandé de façon impitoyable par la batterie, va ensuite se maintenir aux basses jusqu'à la fin de l'oeuvre tandis que des objets sonores vont graviter de manière aléatoire, comme des électrons autour d'un noyau, jusqu'à la dernière note égrenée par le célesta qui se perd dans le vide sidéral.

Quelle conclusion extraordinaire!


(1) ‪http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_œuvres_de_Dmitri_Chostakovitch
(2) Comment ne pas penser à la fin de la 6ème symphonie de Mahler!
(3) Cet article est la copie d'un compte rendu présenté dans le forum Ron3 consacré à Mozart.


Dernière édition par Piero1809 le Ven 30 Mai - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Lun 24 Mar - 23:49

Cet article est tiré d'un compte rendu que j'ai fait dans le forum ron3 consacré à Mozart.

Composée en 1937, la 5ème symphonie en ré mineur opus 47 de Dmitri Chostakovitch (DSCH), est présentée comme "la réponse d'un artiste soviétique à de justes critiques". Elle a été jouée la première fois à Leningrad sous la direction de Evgeni Mravinski et eut d'emblée un grand succès populaire.
Elle est indiscutablement beaucoup plus facile et moins révolutionnaire que la terrible symphonie n° 4. C'est d'ailleurs de nos jours probablement la plus connue de DSCH. Parmi les personnes qui n'aiment pas la musique du XXème siècle, beaucoup connaissent cette symphonie sans le savoir. En fait au delà d'une simplicité de façade, cette symphonie est aussi profonde que les meilleures parmi les quinze.
D'une durée de 45 minutes, c'est une oeuvre imposante comportant les quatre mouvements de la symphonie classique.

Le premier mouvement, Moderato, est magnifique, c'est mon préféré des quatre. Il est basé sur deux thèmes. Le premier domine la scène et il me donne l'occasion d'évoquer Mozart. A mon humble avis, ce thème présente des analogies troublantes avec le début du sublime adagio et fugue KV 546. Les thèmes de WAM et de DSCH possèdent les mêmes rythme et caractère tragique et comportent tous deux un canon. Coincidence fortuite ou bien citation de la part de DSCH? Ce dernier, nous l'avons déja vu et le verrons par la suite est coutumier du fait.
Le développement est particulièrement intense et grandiose. Alors que l'exposition et la réexposition sont essentiellement en demi-teintes, le fortissimo règne en maître dans le développement. Au point culminant le "woodblock" dont nous avons apprécié la ravageuse vigueur dans la 4ème symphonie, donne de la voix (si on peut dire). Un coup de tam-tam met fin au développement. Nous aurons l'occasion de souligner le rôle de cette percussion chez DSCH (1) pour marquer le sommet expressif d'une progression dramatique.
Les conclusions sont souvent les moments les plus profonds chez DSCH. La coda de ce morceau ne déçoit pas: le mouvement se termine par un solo du premier violon qui plane dans les hauteurs les plus éthérées, bientôt repris par le célesta qui distille ses notes pures et cristallines.

Le deuxième mouvement est un scherzo sarcastique qui m'évoque de près le 2ème mouvement de la 6ème symphonie de Mahler. Un piano utilisé plutôt comme instrument de percussion intensifie le caractère grinçant du morceau. La dynamique de ce morceau au rythme impitoyable est interrompue en son milieu par un simple laender, qui apporte une note de répit dans ce mouvement.

Le troisième mouvement, Largo, est une sorte de Lamento. De l'aveu même du compositeur, il serait un hommage aux victimes du totalitarisme (2). On n'insistera jamais assez sur la simplicité et la discrétion des moyens employés par DSCH pour traduire les sentiments les plus profonds. Au milieu de ce morceau, on remarque des soli de clarinette puis de flûte simplement accompagnés par de très légers, quasi évanescents, trémolos des premiers violons pianissimo.

Le Finale, Allegro non troppo, est le mouvement le plus célèbre. Le thème principal est le morceau de DSCH le plus connu, plus encore que la fameuse valse de La Suite de Jazz, si on considère les droits d'auteurs perçus dans le monde. Il apparait en effet dans la musique du film Rollerball (3). Ce mouvement, aux deux thèmes magnifiques, très spectaculaire et d'une constante énergie se termine par une triomphale péroraison.

La cinquième symphonie a beaucoup d'atouts pour elle:
-l'unité, une qualité très importante pour moi, on sent qu'un même souffle anime l'oeuvre,
-la beauté mélodique des thèmes,
-une architecture à la fois robuste et claire.

(1) Le Tam-Tam joue le même rôle chez Mahler, les interventions de cette percussion y sont rares mais toujours à propos.
(2) ‪http://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Chostakovitch
(3) ‪http://fr.wikipedia.org/wiki/Rollerball_(film,_1975)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Ven 19 Sep - 9:46

Dans mon introduction, j'avais dit que l'oeuvre de Dimitri Chostakovitch (DSCH) est inséparable du contexte géopolitique et des événements tragiques dans lesquels elle a été conçue. Dans ma succincte analyse des quinze symphonies, je me suis toutefois concentré sur la musique en constatant, une fois de plus, que cette dernière parle d'elle-même et offre déjà énormément d'indications et de pistes. Il est certain que les données géopolitiques ont probablement faussé le jugement des contemporains de DSCH et qu'au fur et à mesure que le temps s'écoule, il est possible d'avoir une vision plus claire et objective de certaines oeuvres baptisées trop vite "de circonstance".

Comme j'adore classer les compositions suivant mon goût, je vous livre mon choix très subjectif. Je me suis permis avec tout le respect que j'ai pour elles de classer les quinze symphonies de Dmitri Chostakovitch en trois catégories en répétant une fois de plus qu'il n'y a pas de symphonies ratées:

Les Chef-d'Oeuvres absolus, symphonies n°:
4, 8, 13, 14, 10.

La quatrième en ut mineur se détache très nettement des quatre autres, je la trouve géniale, inouie et ne trouve pas mes mots pour décrire son caractère inventif, sa nouveauté et la grandeur du sujet qu'elle traite (l'Univers? comme le dit Mahler à propos de sa troisième symphonie). L'autre ut mineur (la huitième) vient ensuite et c'est justice, elle est sublime de bout en bout avec une Passacaille qui est un sommet dans l'oeuvre de DSCH. J'ai du mal à départager les trois autres, trop différentes les unes des autres mais vraiment toutes extraordinaires. La symphonie n° 10 qui est sans doute la plus jouée des symphonies de Chostakovitch, est devenu un grand classique.

Les symphonies n°:
7, 15, 5, 6, 11, 9.

La septième en ut majeur Leningrad vient en premier en raison de son terrible premier mouvement, bien équilibré par un puissant finale et de beaux mouvements intermédiaires dont un magnifique scherzo. La quinzième est ciselée comme une pièce d'orfèvrerie. Les cinquième et sixièmes sont des prodiges d'équilibre et d'harmonie. Dans la grandiose onzième, il y a plein de passages géniaux, notamment quatre fantastiques minutes finales qui mériteraient le premier groupe, mais des moments un peu faciles ne permettent pas de la classer parmi les plus grandes. La neuvième est probablement sous évaluée et probablement gagnera des places dans le futur.

Les symphonies n°:
1, 12, 3, 2.

A mon humble avis, la première et la douzième se détachent nettement. Si dans la première le génie de DSCH est clairement dévoilé, la douzième me parait également très réussie et d'une écoute extrêmement agréable. Les troisième et seconde constituent des jalons très intéressants de l'évolution de leur auteur.

Analyse des symphonies 6 à 15 à suivre!

Une version plus étoffée de ce texte a été publiée dans le forum Ron3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Jeu 25 Déc - 14:22

Symphonie n° 6 en si mineur
Composée en 1939, la sixième symphonie en si mineur, opus 54, devait se terminer par une ode à la mémoire de Lénine (1). A la place de cette pièce de circonstances, Dimitri Chostakovitch (DSCH) composa un finale qui pour des raisons que nous verrons plus loin, dérouta ses auditeurs.
De moyenne dimension (30 minutes), cette symphonie débute par un mouvement lent de quinze minutes suivi par deux mouvements rapides de six à sept minutes chacun.

Le premier mouvement est un magnifique Largo, ressemblant au mouvement lent de la symphonie n°5, mais avec une architecture plus apparente. On y distingue facilement trois sections. Dans la première section est exposé le thème principal. Ce dernier, très intense, est d'abord présenté à l'unisson par les cordes doublées par les cors. L'énoncé du thème est suivi par une puissante marche harmonique dans laquelle dominent les cordes, aboutissant à un sommet dramatique. A partir de là, débute un intermède basé sur un motif nouveau que des solistes (des bois surtout: cor anglais, hautbois, flûtes particulièrement actives, enfin célesta) vont interpréter de façon quasiment improvisée au dessus d'un murmure des cordes graves. Le thème nouveau passe finalement aux timbales et l'épisode se termine dans un climat très mystérieux et envoûtant. On assiste enfin au retour du premier thème dans une ambiance rendue encore plus sombre tandis qu'à la fin du morceau, les timbales font entendre un echo du second thème.
On respire dans ce morceau un air particulièrement rarefié. Mis à part un forte à la fin du premier énoncé du thème principal, le mouvement se déroule constamment dans des nuances piano voire pianissimo et avec un nombre restreint d'instrumentistes. DSCH est beaucoup plus sobre que ses prédécesseurs (Tchaikovsky, Mahler) lorsqu'ils opérent dans un climat similaire.

Le deuxième mouvement, allegro, est un scherzo à la fois fantastique et sarcastique. On ne sait ce qu'il faut admirer le plus, de la densité polyphonique, de l'incroyable dynamisme ou de l'extraordinaire virtuosité à tous les pupitres. Les bois et tout particulièrement la petite flûte sont à la fête. L'intermède central apporte une touche dramatique qui s'amplifie alors que le discours s'intensifie dans un puissant crescendo culminant avec un violent coup de tam-tam. Lors du retour du scherzo, le climat général semble moins assuré, plus instable et le mouvement se termine de façon très ambigüe.

Le Finale, presto, commence sur un mode léger et souriant avec un thème dans lequel on a vu un hommage à Rossini. On reconnait certes, le rythme initial d'un thème fameux de l'ouverture de Guillaume Tell mais on pourrait en dire autant de bien des passages d'autres compositeurs.
Ce mouvement possède une structure ABA'C. Après une première partie qui s'amuse avec le thème en le soumettant à une pyrotechnie sonore, une deuxième partie basée sur un motif nouveau prend le relai dans un climat plus agité et véhément. dans lequel le xylophone apporte une touche‪ grotesque. Après un retour écourté du premier épisode, survient une coda endiablée sur un motif syncopé, visiblement inspiré par le Jazz et le morceau se termine dans une ambiance de musique de cirque, sans sous-entendu péjoratif donné à ce terme. Ce mouvement est évidemment parodique et n'a rien à voir avec l'ode à Lenine annoncée !

J'aime beaucoup cette symphonie. Elle est peut-être la plus concentrée des quinze et ne contient ni temps morts, ni bavardage. De la musique avant toute chose, un Largo exceptionnel et à la fin un immense éclat de rire. C'est à ce moment que Joseph Haydn n'est plus très loin!

(1)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Chostakovitch
(2) Ce texte dérive d'un texte que j'ai publié auparavant dans le forum ron3.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Mer 26 Aoû - 21:40

Composée en 1942 par Dimitri Chostakovitch (DSCH) pendant le siège de Leningrad par l'armée allemande, la septième symphonie en ut majeur opus 60 connut un succès immédiat en URSS et aux Etats Unis. Les circonstances de sa composition sont détaillées par ailleurs (1).

La septième symphonie dure environ 70 minutes, c'est la plus longue des quinze. Elle comporte les quatre mouvements de la symphonie classique et est écrite pour un grand orchestre comprenant: 3 flûtes (dont un piccolo et une flûte alto), 2 hautbois, un cor anglais, 3 clarinettes (dont une clarinette piccolo), une clarinette basse, 2 bassons, un contrebasson, 8 cors, 6 trompettes, 6 trombones, un tuba, percussions (triangle, caisse claire, grosse caisse, cymbales, wood-blocks), xylophone, 2 harpes, piano et cordes (la partition prescrit un minimum de 16 premiers violons, 14 seconds violons, 12 altos, 10 violoncelles et 8 contrebasses (1).

Le premier mouvement Allegretto débute avec un thème chantant et chaleureux. La musique s'arrête et on entend au lointain un rythme de marche militaire scandé par la caisse claire (2). La musique militaire est d'abord jouée discrètement par la flûte, le volume sonore s'amplifie au fil des douze variations jouées chaque fois par un instrument différent à la manière du Boléro de Ravel. La marche devient de plus en plus menaçante et des contrechants très dissonants la déforment, , la rendent grimaçante, convulsive;  dans les deux dernières variations, les mugissements hideux des gros cuivres qui évoquent la marche des tanks, glacent le sang. Je ne connais pas de musique plus terrifiante que celle-là.
A cet épisode succède la bataille proprement dite, à grands renforts de batteries, de percussions et de cuivres; ce passage m'a déçu, je le trouve bruyant et sans originalité.
On assiste au retour au calme avec le thème chantant du début et le mouvement s'achève pianissimo avec un écho lointain de la sinistre musique militaire, émise par un inoffensif cor anglais. Quelle belle conclusion!

Le deuxième mouvement, Moderato, est, à mon humble avis, un des scherzo les plus remarquables de DSCH. C'est en fait un Rondo de structure ABACAB'A. Après un refrain joué très simplement par les cordes, le premier intermède est annoncé par un rythme caractéristique (3) au dessus duquel s'élève un très beau chant du hautbois. Le deuxième couplet démarre hardiment avec une clarinette piccolo effrontée dans son registre suraigu; le glockenspiel puis les cuivres entrent dans la danse qui devient à la fois sauvage et grotesque. Après un bref retour du refrain, nous assistons à une reprise du premier intermède, moment le plus génial du mouvement. Le thème, naguère confié au hautbois est désormais cantonné dans les profondeurs d'une clarinette basse avec un accompagnement de harpe et de flûte alto jouant "flatterzunge" des notes graves. La sonorité de ce passage est phénoménale.

Le troisième mouvement, Adagio, a une forme assez originale, il débute par un choeur d'instruments à vents et se poursuit avec une sorte de récitatif très expressif confié aux violons. Dans la suite du morceau ces deux épisodes alterneront et seront interrompus par l'intrusion d'un intermède passionné impliquant d'abord les cordes puis les cuivres dans un climat de plus en plus exalté. A la fin du morceau le chant est confié à un contrebasson qui, accompagné par la harpe, donne une superbe conclusion à ce mouvement.

Le finale, Allegro ma non troppo, a de vastes proportions. Il comporte deux parties. La première partie est écrite dans un style plolyphonique. Elle débute par un fugato, d'abord aux cordes puis aux bois et enfin aux cuivres alors que le mouvement devient de plus en plus puissant et sauvage.
Un thème nouveau intervient dans la deuxième partie, d'abord aux violons avec sourdine, il circule de pupitre en pupitre, altos, violoncelles, bassons, contrebasses, dans un impressionnant crescendo. Lorsque ce thème est clamé fortissimo par les six trombones, l'effet est d'une puissance incroyable. On s'achemine alors vers la fin de la symphonie avec le retour en force du thème initial du premier mouvement, rendu beaucoup plus agressif par les dissonances de l'accompagnement. C'est toutefois le thème nouveau du finale, toutes forces déployées, qui prend le dessus avec une rudesse impressionnante.

Cette grandiose conclusion n'est rien moins qu'optimiste. La victoire est en vue mais à quel prix?

(1)  http://fr.wikipedia.org/wiki/Dmitri_Chostakovitch
(2)  On dit souvent que Bela Bartok a parodié ce thème de marche dans son concerto pour orchestre de 1943 (4ème mouvement). Je dois avouer que je ne trouve pas de ressemblances entre le thème de DSCH et celui de Bartok.
(3)  Ce rythme me rappelle un lied (Revelge) du Cor Enchanté de l'Enfant de G.Mahler.
(4) Ce texte a été publié dans le forum Ron3.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Dim 6 Sep - 10:44

Cette Symphonie n° 7 "Leningrad" est ma préférée des symphonies de Chostakovitch. A chaque fois que je l'écoute je suis tétanisé par cette marche implacable qui écrase tout sur son passage au point d'aboutir à un maelström musical.
Comme tu le soulignes, Piero, Chostakovitch utilise un procédé analogue au Boléro de Ravel, avec une reprise du thème de marche d'abord insignifiant, qui ensuite prend de plus en plus d'extension au point de tout écraser.

Je pense que ce mouvement pourrait se suffire à lui-même sous le titre d'un poème symphonique intitulé par exemple L'Invasion et la Désolation. Les trois autres mouvements de la symphonie ne me paraissent pas très appropriés pour complèter cette sorte d'anéantissement musical. Ou alors, le quatrième mouvement devrait être cyclique, avec la victoire du thème ingénu du début sur la marche impitoyable.

Tu vois, Piero, je me permets d'aménager à mon idée l'oeuvre de Chostakovitch Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Dim 12 Juin - 8:45

Joachim a écrit:
Cette Symphonie n° 7 "Leningrad" est ma préférée des symphonies de Chostakovitch. A chaque fois que je l'écoute je suis tétanisé par cette marche implacable qui écrase tout sur son passage au point d'aboutir à un maelström musical.
Comme tu le soulignes, Piero, Chostakovitch utilise un procédé analogue au Boléro de Ravel, avec une reprise du thème de marche d'abord insignifiant, qui ensuite prend de plus en plus d'extension au point de tout écraser.

Je pense que ce mouvement pourrait se suffire à lui-même sous le titre d'un poème symphonique intitulé par exemple L'Invasion et la Désolation. Les trois autres mouvements de la symphonie ne me paraissent pas très appropriés pour complèter cette sorte d'anéantissement musical. Ou alors, le quatrième mouvement devrait être cyclique, avec la victoire du thème ingénu du début sur la marche impitoyable.

Tu vois, Piero, je me permets d'aménager à mon idée l'oeuvre de Chostakovitch Embarassed

Je te comprends parfaitement, Joachim.
Comme tu le sais sans doute, je suis un admirateur de Puccini et en particulier de Tosca mais je suis déçu par la fin. Puccini sans doute fatigué reprend l'air fameux e lucevan le stelle au moment où Tosca se jette de la tour des Anges. C'est un contre sens: Cavaradossi et Tosca sont morts et c'est Scarpia le vainqueur, il aurait donc fallu terminer avec le thème de Scarpia qui ouvre l'opéra!

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   Aujourd'hui à 17:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Dmitri CHOSTAKOVITCH (1906-1975)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [VENDS] Rolex Oysterdate 1530, année 1975 --------> 5900€
» VW TL 1975 from Brasil
» [VENDU] Rare Catalogue général Rolex de 1975
» Salem - Stephen King (1975)
» 1975 chevrolet laguna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Musiciens-
Sauter vers: