AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LO SPEZIALE HobXXVIII.3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Jeu 24 Déc - 16:04

Lo Speziale (l’apothicaire), livret de Carlo Goldoni, musique de Joseph Haydn, fut composé et représenté à Eszterhaza en 1768. Il fut repris en 1770 à Vienne puis de nouveau à Eszterhàza en 1774. Le manuscrit autographe, seule source connue, est incomplet. Manquent la sinfonia, le début de l’acte I et la plus grande partie de l’acte III sauf un air et le quatuor final. Récemment la sinfonia fut retrouvée,le début de l’acte I facilement reconstitué. Plusieurs solutions furent proposées pour remédier à la perte de l’acte III. Aucune n’est véritablement satisfaisante (1,2) mais, en tout état de cause, l’œuvre est exécutable de nos jours.

Synopsis. Sempronio est un apothicaire épris d’exotisme et de voyages lointains. Il surveille jalousement sa pupille Grilletta qu’il compte bien épouser un jour. Grilletta est courtisée par un client de Sempronio, Volpino mais elle repousse ses avances. Grilletta aime Mengone, assistant de Sempronio et est aimée de lui mais est déçue par l’attitude de Mengone qui hésite à s’engager d’avantage de peur de déplaire à son patron. Par dépit, elle accorde une promesse de mariage à Sempronio. Ce dernier ne perd pas de temps et convoque un notaire. Deux notaires se présentent en fait qui ne sont que Volpino et Mengone déguisés. Chaque faux notaire rédige le contrat à son avantage. Comme la situation est bloquée, le rusé Volpino déguisé cette fois en turc fait miroiter un voyage en Turquie à Sempronio car il y a de belles affaires à réaliser là-bàs. En échange il obtient du tuteur la promesse de la main de Grilletta. Mengone survient, déguisé lui-même en turc et Sempronio, le prenant pour Volpino, lui donne cette fois définitivement Grilletta. Le mariage a donc lieu sur le champs à la grande joie des deux amoureux tandis que Sempronio et Volpino, voyant qu’ils ont été floués, ruminent leur amertume.

Le style. A partir de cet amusant livret, Joseph Haydn a écrit une musique constamment inspirée témoignant de son intérêt très vif pour l’opéra. La structure de la pièce est conforme aux canons de l’époque et comporte une série d’airs entrecoupés par le récitatif sec. Des ensembles relativement courts terminent les trois actes. On sent que Haydn s’amuse en amusant son public et la musique en acquiert une fraîcheur et une spontanéité des plus réjouissantes. Il n’est pas question de comparer Lo Speziale avec les opéras composés par Haydn lui-même et d’autres compositeurs dans les années 1780 et il est plus juste de le comparer avec les opéras italiens contemporains : La Cecchina (1761), La Pescatrice (1766) de Nicolà Piccinni, Le Serve rivali (1763) de Tommaso Traetta etc…et on constate que non seulement Lo Speziale tient parfaitement la route mais encore que la musique de Haydn est nettement plus élaborée, plus modulante et plus variée que celle de ses contemporains.

Les Hits :
Au premier acte :
La sinfonia en sol majeur comporte trois mouvements, vif lent vif, comme de coutume dans la sinfonia à l’italienne. Le premier mouvement, Presto, est typique de celui des symphonies contemporaines (la n° 35 en si bémol par exemple). Ses deux thèmes sont bien contrastés et ingénieusement élaborés dans le dévelopement. L’andante consiste en un beau solo de flûte. Le finale reprend le thème du premier mouvement, immédiatement après, une conclusion lapidaire met un point final à ce mouvement de quinze mesures.

Le premier air de Mengone « Tutto il giorno, pista, pista… » est interrompu deux fois par le récitatif accompagné. Cet air plein de verve a le mérite de nous plonger d’emblée dans l’ambiance de l’opéra. Mengone, en train de broyer au mortier une préparation, se plaint de la dureté de sa condition d'assistant apothicaire.

Air de Volpino. Ce personnage est très intéressant. Son prénom pourrait être traduit par renardeau ou bien une variété de petit chien de compagnie. Il est interprété curieusement par une voix de soprano ou contralto et chante, à mon humble avis, les plus beaux airs de la partition. Au premier acte il chante un air magnifique « Amore nel mio petto » en sol mineur, très Sturm und Drang », un des sommets de la partition.

L’air de Grilletta « Caro Volpino amabile » est d’un grand charme mélodique avec des accents archaïques conférés par des tournures modales. En 1770, lors de la reprise viennoise de l’œuvre, cet air fut remplacé par un air nouvellement composé, non moins délicieux. Avec ces deux airs, Haydn caractérise avec précision Grilletta, personnage apparemment soumise mais en fait volontaire.

Aux second et troisième actes :
Dans son second air « Un certo tutore…. », le rusé Volpino rappelle à Sempronio, le sort malheureux d’un certain tuteur parisien dont le tort fut de garder sa pupille enfermée. Beauté mélodique et humour se conjuguent avec harmonie.

Le finale de l’acte II « Colla presente scrittura privata » est la scène la plus désopilante de la pièce. Sempronio dicte l’acte de mariage aux deux notaires (Volpino et Mengone) qui l’interprètent à leur manière en apposant leur signature à la place réservée au marié. Un hautbois accompagne les protagonistes, tantôt nasillard et narquois, tantôt enjoleur et poétique, l’instrument apporte un contrepoint original à la bouffonnerie un peu facile de la scène et en élève la signification musicale.

Au troisième acte, l’air de Volpino « Salamelica… »Volpino, déguisé en turc, débite des onopatopées sur une musique turco-balkanique. Rires assurés.

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, p 896-899.
(2) Pier Giuseppe Arcangeli e Fabio Maestri, Lo Speziale, Bongiovanni, Incisione Bongiovanni, 1993.


Dernière édition par Piero1809 le Mar 17 Jan - 0:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Ven 25 Déc - 21:54

Plusieurs solutions ont été expérimentées pour reconstituer le troisième acte aux trois quart perdu de l'opéra de Joseph Haydn Lo Speziale.

Lors de la reprise viennoise de 1895, le troisième acte fut complété grâce à des emprunts à d'autres opéras de Haydn, en particulier un duo tiré de l'opéra Orlando paladino.
H.C. Robbins Landon préféra composer de novo les parties manquantes dans un style respectant autant que possible celui de Haydn.
L'option de Fabio Maestri fut de reconstituer les parties manquantes: un air de Sempronio "Son uomo generoso", un récitatif accompagné de Mengone "Deh Bella, in carità" et un duo Grilletta Mengone "Cara vita" en utilisant le matériau musical contenu dans la sinfonia (l'andante de la sinfonia pour l'air de Sempronio, le premier mouvement pour le récitatif accompagné et le finale pour le duo).

L'option de Fabio Maestri me semble la meilleure, celle qui est la plus fidèle au style musical de Haydn en 1768 et celle qui s'intègre le plus naturellement dans l'ensemble de l'oeuvre.

C'est cette version qui fit l'objet d'un enregistrement par le label Bongiovanni en 1993 avec Cinzia Forte une remarquable Grilletta, une non moins séduisante Daniela Broganelle dans le rôle de Volpino. Les voix d'homme sont tenues par Manuel beltran Gil excellent Sempronio, parfois à la peine dans les aigus et Paolo Pellegrini un trs bon Mengone.
Orchestre incisif et efficace (superbe hautbois) dirigé par Fabio Maestri.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 524
Points : 626
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Mar 19 Jan - 22:01

Je viens tout juste de me procurer cet enregistrement Bongiovanni. Je ne l'ai pas encore écouté, je vous dirai mes impressions.

Il y a déjà pas mal de temps, j'avais écouté à la radio la version telle qu'elle était avant que l'opéra soit complété, c'est à dire sans ouverture, sans début acte 1 et acte 3 très incomplet. La durée en était d'une quarantaine de minutes, et je vois que maintenant cette durée est portée à 87 minutes soit plus du double !

Une chose me fait sourire : dans les opéras de cette époque se terminant par un mariage - Cosi fan Tutte par exemple - ce sont toujours les notaires qui mariaient et on ne parle jamais de la cérémonie religieuse. Il n'y avait donc pas d'état civil ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Mer 20 Jan - 10:34

Joachim a écrit:

Une chose me fait sourire : dans les opéras de cette époque se terminant par un mariage - Cosi fan Tutte par exemple - ce sont toujours les notaires qui mariaient et on ne parle jamais de la cérémonie religieuse. Il n'y avait donc pas d'état civil ?
Commentaire très intéressant. Merci Joachim.

Après la Révolution Française, le Code Napoléon propose un régime dit de droit commun (la communauté de meubles et d'acquêts). Avant la Révolution, sous l'Ancien Régime, le Contrat de mariage est absolument nécessaire pour établir les droits et devoirs des futurs époux au plan matériel. D'après les documents d'époque, il me semble que ce Contrat de mariage était établi par un Notaire. C'est la raison pour laquelle dans les opéras du dix huitième siècle, à ma connaissance, le notaire intervient assez systématiquement pour valider l'union des futurs époux. De plus il était facile de railler le Notaire, personnage docte, sachant le latin. Dans La Molinara de Giovanni Paisiello, cette satire est particulièrement féroce.

Au cours du dixhuitième siècle, je constate avec vous qu'il n'est jamais question de mariage religieux dans les dramma giocoso et autres opéra bouffes. Il semble donc que dans l'opéra bouffe, la séparation entre le profane et le sacré était complète et qu'il n'était pas bienséant d'évoquer le sacré dans une oeuvre légère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 524
Points : 626
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Mer 20 Jan - 14:49

Merci pour votre rappel des coutumes de l'époque concernant les mariages, Piero. Néanmoins, je serais étonné que les "petites gens" passent devant un notaire pour ce marier. Donc pas d'état civil pour eux, seulement les registres paroissiaux, je pense.

Mais je ne voudrais pas passer en hors sujet, d'autant moins que je viens d'écouter ce charmant petit opéra, que j'ai aimé d'un bout à l'autre. Et c'est une bonne idée d'avoir recréé l'aria Son uomo generoso avec l'andante de l'ouverture. On aimerait que cet air, trop court, dure plus longtemps.

A propos de l'ouverture, comme je n'ai pas le livret du CD, pouvez vous me dire d'où elle provient ? Car je suis sûr de l'avoir déjà écoutée, en particulier l'andante dont le thème, il me semble, doit faire partie d'une symphonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Mer 20 Jan - 22:23

Joachim a écrit:

A propos de l'ouverture, comme je n'ai pas le livret du CD, pouvez vous me dire d'où elle provient ? Car je suis sûr de l'avoir déjà écoutée, en particulier l'andante dont le thème, il me semble, doit faire partie d'une symphonie.
En 1782, Joseph Haydn envoya à Artaria la sinfonia Lo Speziale comme source pour l'édition de l'opus 35 comprenant : Lo Speziale, La vera Costanza, L'Isola disabitata, l'Incontro improviso, Il Mondo della Luna, l'Infedelta delusa, Il Ritorno di Tobia.

C'est vrai que l'andante avec flûte obligée ressemble beaucoup à ceux de symphonies contemporaines ou passées qui possèdent d'importants solos de flûte: en particulier celui de la symphonie n° 24 en ré majeur de 1764 (pratiquement un concerto pour flûte), celui de la symphonie n° 30 en ut majeur Allelluia de 1765 ou surtout celui de la symphonie n° 9 en ut majeur de 1762.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Dim 18 Avr - 21:58

Les liens de l'opéra Lo Speziale avec la symphonie sont multiples.

Nous avons vu que la sinfonia qui ouvre l'opéra était très proche de certaines symphonies antérieures à 1765 et en particulier la symphonie n° 9 en ut majeur de 1762.

Quelle ne fut ma surprise en constatant que le thème de l'andante de la symphonie n° 10 en sol majeur KV 74 de Mozart composée en 1770 est également identique à un air "Caro Volpino amabile" situé dans l'acte I de Lo Speziale de Joseph Haydn composé en 1767, preuve que les idées et les mélodies circulaient facilement à l'époque dans le temps et dans l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Jeu 19 Jan - 23:01

Bonne nouvelle pour les amateurs d'opéras de Joseph Haydn.
Lo Speziale sera crée au Théâtre Artistique Les Athévains du 9 janvier au 26 mars 2012. Mise en scène d'Anne Marie Lazarini.

La représentation du 3 février sera suivie d'une conférence de Marc Vignal.

http://www.artistic-athevains.com/theatre/site/saison/saison.html


Dernière édition par Piero1809 le Sam 28 Jan - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
poissonrouge

avatar

Messages : 63
Points : 88
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Ven 27 Jan - 20:00

Ce spectacle semble confidentiel, pas de pub, rien ou alors très peu dans les journaux...
Malheureusement je ne pourrai pas assister à cette représentation du 3 février avec Marc Vignal. Il serait interessant de savoir qui ira pour faire ensuite un compte rendu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Sam 28 Jan - 15:34

Si si il y a une excellente annonce dans le site ci-dessous avec des données très intéressantes sur l'oeuvre et sur son montage.

http://www.artistic-athevains.com/theatre/site/saison/saison.html

Comme l'acte III a disparu pour les trois quarts du fait d'un incendie en 1779, la directrice musicale, Andrée-Paul Brayer, a choisi d'utiliser: une seconde version de l'air de Grilletta de l'acte I en adaptant de nouvelles paroles ainsi que, pour le duetto Grilletta Mengone, un duetto tiré de Bastien et Bastienne de Mozart contemporain. Choix tout à fait heureux car il semble que le très jeune Mozart ait connu Lo Speziale vu qu'il utilise l'air de Grilletta de l'acte I dans sa symphonie n° 10 en sol majeur K 74 postérieure de deux ans à Lo Speziale.

Rappellons ici que l'option de Fabio Maestri dans l'enregistrement Bongiovanni a été d'utiliser le matériau contenu dans la sinfonia d'ouverture pour subvenir aux parties manquantes, option parfaitement défendable également.



Je ne peux pas être à Paris le 3 février par contre j'y serai début mars et tâcherai d'assister à ce spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
anne94



Messages : 4
Points : 6
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Sam 4 Fév - 22:11

Bonjour à tous les amis

C’est juste un avis, ayant assisté hier au spectacle – (avis posté déjà dans un autre forum – j’espère que vous ne m’en voudrez pas)

« Je crois que ça vaut le coup pour passer un moment agréable et entendre un opéra de Haydn rarement donné, à cause de cet « emmerdeur » de Mozart qui rafle toute la programmation (ce n’est pas moi qui le dit mais Marc Vignal) ..

Ce que j’ai bien aimé : la musique simple et raffinée à la fois – la mise en scène inventive et expressive d’Anne Marie Lazarini - les décors : Venise après la pluie….qu’on entend par moment

L’équipe de musiciens et de chanteurs reste équilibrée – on entend un son parfois un peu fort
pour cette petite salle qui possède une bonne acoustique – beau timbre du ténor mais les autres sont tous agréables à entendre …et à voir

Ce que j’ai peut être moins aimé : opéra 100% « buffa » - des personnages un peu caricaturaux, des situations archi connues

En résumé : c’est comme si on était à Estheraza en 1768 lors de l’inauguration de son théâtre de Cour où fut créé cet opéra.

Après le concert, Marc Vignal intarissable sur Haydn, viendra nous en parler : son parcours à Eszterhaza avec une activité très soutenue : montage et exécution d’un opéra tous les 3 jours environ, son séjour anglais, retour à Vienne : la Création – Napoléon - son mariage : 40 ans avec la même femme qui ne comprenait rien à la musique alors que la durée moyenne d’un mariage à l’époque se situait aux environs d’une douzaine d’années – Ses relations respectables voire amicales avec le Prince Nicolas Esterhazy, mélomane qui aimait beaucoup les opéras … italiens…

D’autres éléments éparpillés : on aurait découvert récemment 5 lettres de Haydn (qu’il n’a pas encore vues) où il serait question notamment de son épouse – relation avec Saliéri : ils se connaissaient bien : Saliéri participera à « la Création » mais pas vraiment de relations personnelles, il n’en parle pas dans ses lettres –
Diffusion de ses opéras : alors que la musique symphonique de Haydn continuera toujours d’être jouée - Entre 1803 à St Péterbourg et 1895 à Dresde (je ne suis pas sûre de la date et du lieu) aucun Opéra de Haydn ne fut programmé – à Paris de son vivant une seule programmation d’opéra trafiqué et rebaptisé « Laurette ».

Marc Vignal a bien traité Mozart « d’emmerdeur » (avec un sourire) en ajoutant toutefois que ses opéras très riches dominent toute son époque mais qu’en ce qui concerne le reste de la musique, l’œuvre instrumentale de Haydn est largement comparable : tout est dit … »

Anne qui aime beaucoup … Mozart




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Jeu 9 Fév - 10:24

Merci beaucoup Anne pour ce compte rendu passionnant.
Admirateur de Marc Vignal, remarquable musicologiste par la rigueur de ses analyses, je n'ai jamais assisté à une de ses conférences et vous remercie de votre témoignage.

Avant de travailler sur l'oeuvre de Haydn, Vignal était un spécialiste de Mozart et j'ai gardé encore quelques analyses brillantes de ses oeuvres (sonate pour piano et violon en la majeur K 523). Il a aussi ouvert un remarquable chapitre Mozart dans un Dictionnaire de la Musique.

Emmerdeur de Mozart! Une boutade évidemment. Comme je l'ai déjà dit dans ce forum, je ne crois pas que Haydn ait cessé de composer des opéras en raison de la gloire montante de Mozart dans ce domaine. Son dernier opéra pour Eszterhaza (Armida) date du début 1784, bien avant les Noces de Figaro (1786), le premier des grands opéras nés de la collaboration avec Da Ponte.
A mon humble avis la véritable raison est que Nicolas le Magnifique n'appréciait pas à leur juste valeur les opéras de Haydn qui, soit dit en passant, demandaient à Haydn un énorme travail, et surtout leur préférait les opéras de Pasquale Anfossi, Domenico Cimarosa, Giovanni Paisiello, Francesco Bianchi, Pietro Guglielmi, Giuseppe Sarti, Vicent Martin i Soler et autres Luigi Bologna... Je pense même que Haydn s'est peut-être vexé de propos en privé de son patron sur ses opéras saisis peut-être par accident.

Je me risque à suggérer que cet échec relatif de Haydn est due à des propos du même type que la Porcheria tedesca, lancée par l'impératrice Marie Louise (née princesse Napolitaine) à l'écoute de La Clemenza di Tito de Mozart. Pour des oreilles de la péninsule, un allemand fut-il Haydn ou Mozart, ne peut rivaliser avec un petit maître italien pour ce qui est de l'adéquation du bel canto à la prosodie de la langue italienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
anne94



Messages : 4
Points : 6
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Ven 10 Fév - 11:56

J’espère que Nicolas appréciait au moins la musique instrumentale de Haydn…

Quand Marc Vignal parle de Haydn, il paraît heureux – peut être connaîtra t il un jour ce forum


Gustav Mahler a monté Lo Speziale deux fois – la première fois à Hambourg en 1795 – c’est un critique viennois Robert Hirschfeld (futur ennemi de Mahler) qui avait mis au point une nouvelle version. Il y a eu un échange de correspondance entre les deux hommes- voilà ce qu’Henry de la Grange dit de la réponse de Gustav Mahler :

« à son tour, Mahler le complimente du travail qu’il a accompli. Certes, il ne peut pas en apprécier très exactement l’étendue puisqu’il n’a pas eu connaissance de l’original. Pourtant, il admire particulièrement la « magistrale version allemande et la révision dramatique parfaitement réussie ». Il a décelé dans les récitatifs « la main magistrale d’un moderne »
parce qu’ « aucun prédécesseur de Mozart n’aurait été capable de les écrire »
« Acceptez mes remerciements, conclut-il, et ceux de tous les amis de l’art pour avoir ainsi fait renaître, dans le sens véritable du mot, un ouvrage disparu et pour avoir reserti dans la magnifique couronne du génie de Haydn une pierre précieuse qui, depuis longtemps, gisait enfouie dans la poussière. »


C’est peut être un peu excessif son enthousiasme

Etonnante l’expression « révision dramatique » concernant cet opéra..(révision du livret? peut être veut il dire)

bonne journée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2646
Points : 2826
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   Lun 13 Fév - 12:23

anne94 a écrit:
J’espère que Nicolas appréciait au moins la musique instrumentale de Haydn…
Aucun problème de ce côté. Surtout dans les années 1761 à 1775. Après Nicolas se passionne pour l'opéra italien et confie à son maître de chapelle Haydn la "direction musicale" à vie de son opéra et lui fait entière confiance sur les choix musicaux.

Citation :
Quand Marc Vignal parle de Haydn, il paraît heureux – peut être connaîtra t il un jour ce forum
Marc Vignal évolue dans le milieu des chercheurs en musicologie et il communique certainement avec ses collègues de façon classique. Je ne pense pas qu'il lit les forums et ne l'imagine pas sur facebook. Il me semble quelqu'un de très discret. Je lui ai écrit une fois pour lui témoigner mon admiration et il ne m'a jamais répondu.

Citation :
Gustav Mahler a monté Lo Speziale deux fois
Etonnante l’expression « révision dramatique » concernant cet opéra..(révision du livret? peut être veut il dire)
J'ignore complètement comment Mahler et le librettiste Hirchfeld ont résolu le problème du 3ème acte de l'opéra Der Apotheker auquel il manque la moitié. Il faudrait consulter le matériel d'exécution, s'il existe encore!

Lo Speziale est en fait le seul opéra 100% bouffe de Haydn, à partir du suivant Le Pescatrici, Haydn adopte la structure plus riche en possibilité du Dramma giocoso. Pour rendre justice à Lo Speziale, il faut le comparer avec des opéras bouffes contemporains comme Le Serve rivali de Traetta, les innombrables opéras de Piccinni ou de Galuppi, La Finta Semplice de Wolfgang Mozart etc...Dans ce contexte, non seulement Lo Speziale tient la route mais encore sa musique me semble plus variée et plus piquante que celle de ses collègues. Il faut mettre à part La Cecchina de Niccolo Piccinni (1761) (1) qui se situe, à mon humble avis, un cran au dessus des précédents. Mais il est vrai que c'est un Dramma giocoso.

(1) http://haydn.aforumfree.com/t121-la-cecchina-ou-la-buona-figliuola-pomme-de-discorde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LO SPEZIALE HobXXVIII.3   

Revenir en haut Aller en bas
 
LO SPEZIALE HobXXVIII.3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elektra - Belle époque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Opéras-
Sauter vers: