AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joachim

avatar

Messages : 551
Points : 663
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Mar 12 Jan - 14:38

Après la prestigieuse série des 6 quatuors opus 76 composés en 1797, dont il est question dans un autre fil, Haydn entreprit, en 1799, une nouvelle série de 6 quatuors, destinés au prince Lobkowitz.

Interrompu par son travail sur les Saisons et la Messe de la Création, qui dura jusqu'en 1801, il ne réussit qu'à composer ses deux quatuors de 1799, qui ont été publiés en septembre 1802 sous l'opus 77, après qu'il eût admis être incapable de terminer un troisième quatuor dans lequel il mit ses dernières forces.

Après avoir achevé les Saisons et la messe, il entreprit la composition du troisième quatuor début 1802, mais il fut à nouveau interrompu par la composition de l'Harmoniemesse. Il s'y remit fin 1802 et 1803, puis usé, il finit par y renoncer. Il ne vint à bout que de deux mouvements, qu'il envoya à Breitkopf le 2 avril 1806 avec une petite carte très émouvante, où il dit "Toutes mes forces s'en sont allées, je suis vieux et faible"
Les deux mouvement furent publiés sous le numéro d'opus 103. Notons qu'en 1807 Artaria le publia de son côté sous l'opus 77 n° 3 !

Il s'agit d'un Menuet en ré mineur datant de la fin 1802, et d'un andante grazioso en si bémol majeur étalé tout au long de 1803. Ce sont donc les ultimes notes écrites par Haydn.

[i]Malheureusement, je ne sais pas analyser les oeuvres comme le fait si bien Piero, à moins de recopier l'ouvrage de Marc Vignal...[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Mar 12 Jan - 15:33

Joachim a écrit:

Malheureusement, je ne sais pas analyser les oeuvres comme le fait si bien Piero, à moins de recopier l'ouvrage de Marc Vignal...
Nous laisserons à JPS le soin de nous faire une magistrale analyse avec exemples musicaux!

Merci Joachim d'avoir parlé si bien de ce quatuor opus 103, testament musical de Joseph Haydn.

Un mystère demeure: quelle aurait été la tonalité de l'oeuvre si elle avait été achevée, sachant que les deux pièces à notre disposition: l'andante et le menuetto sont en si bémol et ré mineur respectivement?

Etant donné qu'une esquisse en ré mineur et un thème de rondo en si bémol ont été mis en évidence, il y a deux possibilités:
1er mouvement Andante en si bémol, un allegro en ré mineur, un menuetto en ré mineur et un rondo final en si bémol auquel cas on aurait un quatuor en si bémol majeur.
1er mouvement Allegro en ré mineur, andante en si bémol, menuetto en ré mineur et rondo final en si bémol auquel cas le quatuor serait en ré mineur.

Les deux possibilités conduisent à des coupes atypiques. Comme dit Marc Vignal, on ne connaîtra jamais le fin mot de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Sam 17 Mai - 8:58

Joachim a écrit:

Les deux possibilités conduisent à des coupes atypiques. Comme dit Marc Vignal, on ne connaîtra jamais le fin mot de l'histoire.

Coupe atypique? C'est vrai seulement pour la deuxième possibilité. Je ne connais aucune oeuvre instrumentale en quatre mouvements indépendants de Haydn  commencée en ré mineur et se terminant en si bémol majeur. Une oeuvre commencée en ré mineur se termine généralement dans la même tonalité ou bien en ré majeur quand Haydn est optimiste ce qui est souvent le cas.

La deuxième coupe: lent, rapide, menuet, rapide, est par contre fréquente chez Haydn, c'est la succession des quatre mouvements du quatuor à cordes opus 55 n°3 en fa mineur Rasoir, c'est aussi la coupe adoptée dans la symphonie n° 49 La Passione, en fa mineur également.

Je pencherais donc pour la deuxième possibilité: un quatuor en si bémol majeur s'ouvrant par un andante fantasque, compromis de rondo et de variation, d'esprit voisin des premiers mouvements des quatuors opus 76 n° 5 et n° 6.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Jeu 20 Avr - 14:08

Quatuor en si bémol majeur opus 103 HobIII.83

Le projet d'un troisième quatuor faisant partie de l'opus 77 date probablement de l'année 1799. Ce projet fut constamment repoussé, d'abord par la composition de l'oratorio Ls Saisons qui coûtèrent beaucoup de temps et d'énergie à Haydn. Ce dernier oratorio une fois achevé en 1801, le projet fut encore remis par la composition de l'Harmoniemesse en 1802. Il semble qu'en 1802 Haydn écrivit le menuetto en ré mineur, puis acheva un andante dans la tonalité de si bémol majeur en 1803. A ce moment Haydn était trop épuisé pour composer un nouveau mouvement. Des esquisses d'un rondo en si bémol majeur et d'un allegro en ré mineur, suggèrent deux possibilités :

-un quatuor en ré mineur commençant par un allegro seulement esquissé, se poursuivant avec un andante en si bémol terminé, un menuetto en ré mineur terminé et un rondo final esquissé en si bémol majeur
-un quatuor en si bémol majeur commençant par un andante en si bémol majeur terminé, se poursuivant avec un allegro en deuxième position en ré mineur esquissé, un menuetto en troisième position en ré mineur terminé, et un rondo final esquissé en si bémol majeur.

Le deuxième schéma a l'avantage de terminer dans la tonalité de départ, la coupe est identique à celle du quatuor opus 55 n° 2 en fa mineur, quatuor du Rasoir. Par contre la présence de deux mouvements centraux en ré mineur après un premier mouvement en si bémol n'est pas courante chez Haydn, mais tout à fait envisageable.
Le premier schéma correspond à une coupe très classique. Toutefois un mouvement final, commençant et se terminant dans une tonalité différente du mouvement initial, est tout à fait atypique. Je ne connais aucun autre exemple dans toute l'oeuvre instrumentale de Haydn (1).

On ne saura jamais quelles étaient les intentions de Haydn d'autant qu'on ne peut pas exclure que Haydn avait en chantier deux projets distincts de quatuor à cordes.

Andante grazioso, si bémol majeur, 2/4, forme sonate, lied ou variation ?. On est loin de la forme sonate classique. Toutefois ce mouvement n'est pas plus surprenant que les mouvements liminaires des quatuors de l'opus 76, notamment ceux des n° 5 en ré majeur et n° 6 en mi bémol majeur. Il s'ouvre par un beau thème présentant une ressemblance avec le premier air de Euridice, Filomena abbandonata, dans l'Anima del Filosofo. Ce début est en deux parties encadrées par des barres de reprises, schéma courant dans de très nombreux mouvements de Haydn. La deuxième partie est en fait un développement sur le thème donnant lieu à de belles imitations entre les quatre protagonistes. On note aussi le rôle important et expressif de l'alto. On passe brutalement à la tonalité de sol bémol majeur avec un beau thème nouveau, peut-être issu du thème principal. La suite est entièrement en triolets de doubles croches très agiles et virtuoses demandant beaucoup de légèreté aux instrumentistes, une inflexion nous amène à la tonalité de ré bémol mineur et des barres de reprises. Après ces dernières le thème est attaqué en do dièze mineur, le ré bémol 2 devenant un do# 3 par enharmonie (même principe que dans le premier moiuvement du quatuor opus 77 n° 2), et on a maintenant affaire à un développement sur cette nouvelle idée, beaucoup plus véhément que les épisodes précédents. On aboutit à un fortissimo dans la tonalité de ré majeur. La rentrée a lieu dans la tonalité principale du morceau et ne donne pas lieu à changements importants. Une impression de mélancolie plutôt que de tristesse se dégage de ce mouvement, traduisant peut-être une certaine résignation de Haydn face au développement de sa maladie. Mais Haydn réagit avec vigueur et des arpèges énergiques mettent un point final à ce remarquable mouvement d'une liberté tonale typique du dernier Haydn.

Menuetto, ma non troppo Presto, ré mineur ¾. Ce Magnifique menuetto d'un sentiment très passionné et intense nous fait amèrement regretter l'état d'inachèvement de ce quatuor. Dans un discours généralement forte, on remarque un passage piano, une montée chromatique de noires du premier violon, imitées à trois temps d'intervalle par le violoncelle. Ce passage mystérieux est repris par le violoncelle dans son registre le plus grave et est répété par le premier violon qui termine dans les hauteurs. Ce passage ressemble beaucoup un épisode de l'andante con moto en la bémol majeur du quatuor en mi bémol K 428 de Mozart. Le menuetto se termine par une gamme fulgurante fortissimo au premier violon, geste dramatique digne d'une scène d'opéra. Le trio est en ré majeur, il débute piano dans la douceur avec un beau thème recueilli mais devient bien plus agité dans sa deuxième partie avec de vigoureux sforzandos. Des doubles cordes aux deux violons et au violoncelle donnent à la fin du trio beaucoup de relief.

(1) Certes, les mouvements terminaux des quatuors opus 76 n° 1 et n° 3 commencent dans la tonalité homologue mineure, sol mineur dans le cas du quatuor n° 1 en sol majeur et do mineur dans le cas du quatuor n° 3 en do majeur, respectivement. Toutefois les mouvements se terminent en sol majeur et en do majeur respectivement, tonalités du premier mouvement.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

avatar

Messages : 551
Points : 663
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Dim 14 Mai - 13:26

Très intéressante analyse de cet ultime quatuor, merci Piero.

Il y a donc un rondo et un allegro esquissés, preuve que Haydn envisageait bien un quatuor en quatre mouvements.

Alors, il serait peut-être possible d'interpréter ces esquisses, ne serait-ce que pour nous rendre compte de leur thème ?
On a bien des disques sur lesquels se trouvent des esquisses quelquefois très fragmentaires de Mozart, pourquoi pas de Haydn ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   Mar 23 Mai - 9:46

Joachim a écrit:
Très intéressante analyse de cet ultime quatuor, merci Piero.

Il y a donc un rondo et un allegro esquissés, preuve que Haydn envisageait bien un quatuor en quatre mouvements.

Alors, il serait peut-être possible d'interpréter ces esquisses, ne serait-ce que pour nous rendre compte de leur thème ?
On a bien des disques sur lesquels se trouvent des esquisses quelquefois très fragmentaires de Mozart, pourquoi pas de Haydn ?

Curieusement je ne vois pas dans la littérature, mention d'esquisses de Joseph Haydn. Deux possibilités:
-de nombreuses esquisses existent mais les spécialistes ne s'y sont pas beaucoup intéressés et n'en ont pas parlé dans leurs écrits.
-pas d'esquisses chez Joseph Haydn, chez lui, le premier jet est toujours le bon. Cette situation, si elle était avérée, ne m'étonnerait pas. Haydn aurait eu en tête le plan définitif de l'oeuvre qu'il s'apprêtait à écrire.

Chez Mozart c'est bien différent, il existe des esquisses pour beaucoup d'oeuvres importantes. Ces esquisses peuvent être très étendues et s'arrêtent généralement au début du développement mais parfois franchissent cet obstacle donnent lieu à un mouvement presque complet. Ces esquisses ne sont jamais réemployées.
L'exemple le plus frappant: le tempo di minuetto du trio en ré mineur K 442 (1), presque complet, devait servir de finale au trio en sol majeur K 496. Mozart renonça à ce superbe morceau  et composa à sa place le thème varié définitif que nous connaissons.

Les esquisses du quatuor opus 103 sont très rudimentaires et consistent en quelques notes griffonées au dos du manuscrit des deux mouvements terminés.

(1) Ce trio est apocryphe, c'est une invention de l'abbé Stadler qui c'est contenté de juxtaposer en les complétant trois esquisses importantes de Mozart.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne   

Revenir en haut Aller en bas
 
QUATUOR OPUS 103 : le chant du cygne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [La Frémillerie] Le chant du cygne de CYRIL CARAU et Illustrations d' ELIE DARCO
» Chant du cygne
» Un nouveau Grand Méchant Admin
» Votre méchant préféré dans les Walt Disney
» L’amore au chant d’honneur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Quatuors à cordes-
Sauter vers: