AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi   Jeu 1 Avr - 15:22

La Finta Giardiniera (La Fausse Jardinière), dramma giocoso, musique de Pasquale Anfossi (1) et livret de Giuseppe Petrosellini, fut crée au Teatro delle Dame di Roma en 1774 (2). Quelques mois plus tard, Wolfgang Mozart composa un dramma giocoso sur le même livret et avec le même titre et l'oeuvre fut donnée à Munich en 1775. Tandis que La Finta Giardiniera de Mozart fut accueillie avec un succès mitigé, celle d'Anfossi fit une brillante carrière. Joseph Haydn la monta à Esterhazà en 1780.

Argument. Violante, autrefois amante du Comte Belfiore, a été poignardée par ce dernier et laissée pour morte. Ayant survécu, elle est entrée au service du Podestat, Don Anchiso, comme jardinière sous le nom de Sandrina. Toujours amoureuse du Comte, elle part à sa recherche sous ce déguisement. Le comte d'autre part courtise Arminda, une dame noble dont le jeune chevalier Ramiro est amoureux. Apprenant les projets du Comte, Sandrina s'évanouit tandis que le Comte feint de ne pas la reconnaître. Lors d'une rencontre entre Sandrina et le Comte, cette dernière lui raconte qu'elle a survécu à ses coup, Ramiro apparaît alors avec des soldats pour arrêter le Comte. En accusant ce dernier du meurtre de Violante, le chevalier espère ainsi éliminer son rival. Sandrina révèle qu'ele est en fait Violante à la compagnie stupefaite et prend la défense du Comte. De son côté Arminda dévorée par la jalousie fait enlever Sandrina et la fait cacher dans un bois obscur. Apprenant la nouvelle de l'enlèvement de Sandrina, Ramiro prend la tête d'une troupe et part à sa recherche. On la découvre dans une grotte obscure. Malgré les manigances du Podestat et d'Arminda, Sandrina (Violante) et le Comte s'avouent leur passion et Arminda, résignée, accepte de s'unir à Ramiro.
Une intrigue alambiquée qui a le mérite de réserver quelques situations franchement comiques ou alors dramatiques.

Style. Anfossi révèle dans cet opéra qu'il est un musicien très habile. Sans s'encombrer de fioritures, il va droit au but et mène l'action tambour battant. Si Sandrina et le Comte concentrent une bonne part de l'action dramatique, le couple Arminda et Ramiro apportent une intéressante touche de style seria tandis que Serpetta et Nardo sont typiquement bouffes. L'harmonie est très simple, la structure des airs est le plus souvent basée sur une strophe répétée une fois avec de faibles variations, les ensembles sont peu nombreux et le plus souvent homophones, la caractérisation des personnages sommaire. Le principal attrait de l'opéra réside dans un grand nombre de fraiches mélodies, l'orchestration claire et efficace ainsi que la parfaite adéquation de la musique au texte.

Sommets. La sinfonia d'ouverture plus neuf séquences (une heure de musique) sont disponibles (3). Parmi ces dernières:
Acte I
Aria de Ramiro:"Se l'augellin se n'fugge" (si l'oiselet s'enfuit). Aria de type napolitain avec da capo. On admire l'aisance et le naturel des vocalises. La reprise de la première partie (da capo) est discrètement variée.
Aria de Nardo: "A forza di martelli" (Par la force des marteaux). Air d'un dynamisme et d'une force remarquables. On peut travailler le fer avec un marteau, tailler le marbre avec un burin, mais avec les femmes ça ne marche pas ainsi!
Acte II
Aria de Sandrina "Una voce sento al core" (j'entends une voix dans mon coeur). Un sommet de l'opéra, air "à deux vitesses", la première partie au tempo modéré est accompagnée d'un hautbois et d'un basson obligés. Un magnifique partie de cor agrémente la seconde partie au tempo plus allant. De jolies et discrètes vocalises émaillent un air d'un grand charme mélodique.
Aria de Serpetta: Serpetta et Nardo, tous deux serviteurs nouent parallèlement une idylle. "Chi vuol godere il mondo" (Qui veut jouir du monde...) est un air très simple dont la musique est d'une merveilleuse vocalité. La strophe unique est répétée avec de discrètes variations ou ornements.
Acte III
Aria de Ramiro. Ramiro personnage d'opéra seria a trois airs à son actif. Deux sont avec da capo, le troisième "Va' pure ad altri in braccio..." (Va t'en donc dans les bras d'autres!) a une structure strophique plus simple mais est remarquable par son caractère dramatique.
Duetto et choeur final. "Tu mi laschi idol mio.." (Tu me laisses, mon idole). Duo d'amour classique de l'opéra bouffe et seria de la seconde moitié du 18ème siècle. Musique très simple, les chanteurs chantent le plus souvent à la tierce ou bien dialoguent. A la fin on entend d'amusants trilles des flûtes imitant des chants d'oiseaux.

(1) http://haydn.aforumfree.com/baroque-classicisme-et-romantisme-f6/pasquale-anfossi-1727-1797-t390.htm
(2) http://www.italianopera.org/compositori/A/c21693310.htm
(3) http://www.youtube.com/view_play_list?p=736C2E0188589B01


Dernière édition par Piero1809 le Mar 6 Avr - 20:40, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi   Ven 2 Avr - 22:14

La Finta Giardiniera de Pasquale Anfossi a été ressucitée en 2005 au festival de Royaumont*.

Direction musicale d'Antonio Florio à la tête de La Cappella della Pietà de'Turchini**.
Podestà: Laurent Bourdeaux
Sandrina/Violante: Maria Grazia Schiavo
Belfiore: Daniele Maniscalchi
Arminda: Valentina Varriale
Ramiro: Soledad Cardoso
Serpetta: Léa Pasquel
Roberto/Nardo: Pierrick Boisseau

Maria Grazia Schiavo a une voix très agréable et très agile, elle chante avec beaucoup de finesse et d'émotion et donne à son personnage une grande sensibilité.
Le rôle de Ramiro était tenu par un castrat du temps d'Anfossi. Soledad Cardoso s'acquitte parfaitement de ce rôle typiquement seria. Dans ses deux airs napolitains avec da capo elle brille par l'aisance de ses vocalises.
Pierrick Boisseau, grâce à sa voix magnifique et son humour donne à ce personnage de Nardo une présence et une épaisseur qui transcendent son rôle un peu secondaire.
Les autres chanteurs sont tous bons.

La direction musicale d'Antonio Florio est incisive et élégante. Les instrumentistes (cor, hautbois,basson) sont remarquables. Le récitatif sec est particulièrement soigné et comporte, me semble-t-il, des instruments traditionnels napolitains. Il faudra que je creuse la question.

Pourquoi une production aussi brillante et intéressante n'a-t-elle pas été enregistrée? Malgré les efforts de certains, la musique d'Anfossi va continuer à être ignorée de nos jours alors qu'il fut un brillant représentant de l'opéra italien au 18ème siècle.

* http://www.operabase.com/fr/critiques/20050924-Royaumont-Finta.htm
**La Cappella della Pieta de'Turchini est le nom d'un Conservatoire de musique de Naples très actif à l'époque baroque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: La Finta Giardiniera Wolfgang Mozart   Jeu 29 Avr - 10:11

En reprenant fin 1774 le livret de Giuseppe Petrosellini La Finta Giardiniera, Wolfgang Mozart a voulu frapper un grand coup. Il compose en effet une oeuvre ambitieuse, se démarquant de l'opéra bouffe par la multiplication des situations tragiques et par la présence de personnages seria tels que le couple formé par Ramiro et Arminda. Dommage que la mayonnaise n'ait pas pris.

Points faibles de la Finta Giardiniera de Mozart:
-accumulation de personnages disparates, sans épaisseur psychologique, au caractère inconstant;
-la sinfonia, pièce symphonique banale en deux mouvements, montre que fin 1774, Mozart se désintéresse complètement de la sinfonia à l'italienne. Quel contraste entre ce thème répété indéfiniment sans le moindre changement de l'allegro initial de la sinfonia et la richesse de l'orchestration de maintes sections de l'opéra.
-Mozart suit littéralement le plan d'Anfossi. A mon humble avis, chaque fois que Mozart essaye d'imiter son modèle, il s'avère inférieur à lui ou alors devient atypique, comme le montrent les exemples suivants:
-air n° 2 Ramiro "Se l'augellin sen fugge" Si l'oisillon s'enfuit... Cet air de type napolitain avec da capo était chanté par un castrat. L'aria d'Anfossi surclasse celui de Mozart par son charme mélodique, son brillant, l'aisance et la fluidité de ses vocalises.
-air n° 7 Arminda "Si promette facilmente", un air à reprise variée, type d'air très fréquent chez Anfossi. Mozart suit le même plan, son air très simplement accompagné par les cordes est charmant mais moins enlevé et vibrant que l'air d'Anfossi.
-air n° 15 Sandrina "Una voce sento al core" Je sens une voix dans mon coeur. Mozart donne à cet air un caractère populaire. Un des sommets de l'opéra d'Anfossi avec de merveilleuses vocalises très légères et un accompagnement ravissant des bois et des cors. La structure de l'air est à deux vitesses, elle plût beaucoup à Mozart qui l''utilisa souvent dans son opéra.
-air n° 17 Ramiro "Dolce d'amore campagna". On est charmé par la belle mélodie chantée par Ramiro dans l'air de Mozart et qui n'est autre que le mouvement lent de la symphonie n° 10 en sol majeur KV 73 datant de 1770 (2). On a ici un exemple de certains airs de Mozart dans cet opéra dans lesquels la voix et les instruments sont interchangeables. Chez Anfossi, l'air d'un agrément mélodique exceptionnel, possède un caractère seria affirmé avec de délicates vocalises napolitaines.

Points forts
Mozart donne le meilleur de lui-même dans les ensembles. Le finale de l'acte I est une merveille. Presqu'entièrement composé d'épisodes dans des tonalités mineures, il annonce les moments les plus dramatiques de Don Giovanni. Il débute par un magnifique récitatif accompagné de Sandrina "Io mi sento morire", passage d'une intense émotion accompagné par les pathétiques demi-tons descendants des cordes. Les duos qui suivent: Il Contino et Sandrina puis Sandrina et Arminda sont également magnifiques. L'accompagnement de l'orchestre est particulièrement riche et expressif avec ses arpèges ascendants des basses. A la fin tous les protagonistes interviennent avec vigueur et passion, avec en contrepoint, de remarquables traits expressifs des hautbois.

L'ensemble qui termine l'acte II est moins spectaculaire que le finale de l'acte I mais contient tout de même de magnifiques passages. L'orchestration est de bout en bout remarquable avec un motif très expressif des violons qui à la manière d'un leitmotiv va accompagner tous les protagonistes. Ce motif serait tout à fait à sa place dans Idoménée (1) et les opéras suivants à tel point qu'on peut se demander si de tels passages n'auraient pas été incorporés à une date postérieure à 1774.

Mozart fait aussi éclater sa supériorité dans les nombreux airs composés dans le mode mineur. Parmi eux, on ne peut passer sous silence l'air n° 26 en ut mineur de Ramiro "Va pure ad altri in bracci" (va donc dans d'autres bras que les miens) avec trombones! Un sommet de violence qu'une Elettra aurait pu chanter. Ces trois exemples mettent en évidence le prodigieux sens dramatique du salzbourgeois.

Comme on l'a déjà dit la fausse jardinière de Mozart sera fraîchement accueillie à Munich au début de l'année 1775 et disparaîtra bientôt des scènes du moins dans sa version italienne. Pendant ce temps la fausse jardinière d'Anfossi s'imposera un peu partout. Il y a là une fois de plus une injustice criante puisque l'oeuvre infiniment plus haute de Mozart fut rejetée. Il faut se rendre à l'évidence, Mozart a raté son entrée dans le domaine de l'opéra italien et il lui faudra attendre six ans et la commande d'Idoménée avec le résultat que l'on sait.

(1) Théodore de Wizewa, Georges de Saint Foix, W.Mozart, tome II. Le Jeune Maître, Desclée de Brouwer, 1936.
(2) Quelle ne fut ma surprise en constatant que le thème de Mozart est également identique à un air "Caro Volpino amabile" situé dans l'acte I de Lo Speziale de Joseph Haydn composé en 1767, preuve que les idées et les mélodies circulaient facilement à l'époque dans le temps et dans l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
poissonrouge



Messages : 61
Points : 84
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: LA FINTA GIARDINIERA par l'Arte del Mondo (DHM) disponible..   Jeu 16 Mai - 19:11

Je signale la sortie du coffret (3CD) LA FINTA GIARDINIERA de Pasquale ANFOSSI chez DHM (livret en français, merci!) interpreté par L'Arte del Mondo de Werner Ehrhardt (lequel a également sorti il y a peu MEDONTE de MYSLIVECEK).

Les solistes:
Nuria Rial (Sandrina)
Krystian Adam (Belfiore)
Maria Espada (Ramiro)
Miljenko Turk (Podestà)
Florian Götz (Nardo)
Monika Reinhard (Serpetta)

Je viens tout juste de le recevoir, donc pas encore écouté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi   Jeu 16 Mai - 19:32

Merci beaucoup pour cette précieuse information. Je vais pouvoir augmenter ma collection d'opéras de contemporains de Joseph Haydn!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi   Aujourd'hui à 8:46

Revenir en haut Aller en bas
 
La FINTA GIARDINIERA Pasquale Anfossi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Affaire Mori - Il Prefetto di Fero - Pasquale Squitieri - 1977
» Lucia et les Gouapes - I Guappi - Pasquale Squitieri - 1972
» Giardiniera
» Les Romans Modernes (M. Vermot)
» Milonga du café Perditempo à Bx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: