AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Muzio CLEMENTI (1752-1832)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Muzio CLEMENTI (1752-1832)   Jeu 17 Avr - 10:03

On constatera que pratiquement toutes les sonates commentées ci-dessus sont écrites dans le mode mineur. Le mode mineur inspire tout particulièrement Clementi qui met dans les sonates en mineur ses plus belles idées musicales. Les sonates en mineur sont également plus concises et concentrées que les autres. Les traits de virtuosité (gammes de tierces ou de sixtes, octaves parallèles aux deux mains) qui sont souvent la marque de fabrique du compositeur, sont plus rares dans les sonates dans le mode mineur.

Il va sans dire que les sonates écrites dans le mode majeur sont toutefois magnifiques et on aura l'occasion d'en reparler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Muzio CLEMENTI (1752-1832)   Jeu 30 Avr - 23:35

Sonate en sol mineur opus 50 n° 3 Didone abbandonata

En 1821 sont publiées trois sonates opus 50 de Muzio Clementi. Parmi elles, la plus célèbre est la sonate en sol mineur Didone Abbandonate opus 50 n° 3 appelée par Clementi lui-même Scena tragica. Evidemment Didone abbandonata nous renvoie à l'opéra seria baroque. Dans ce genre particulier, il existe une demi douzaine d'oeuvres portant ce titre composées par Nicola Porpora, Leonardo Vinci, Johann Adolph Hasse, Nicolo Jommelli, Tommaso Traetta, Giuseppe Sarti, sur un même livret de Metastasio (1). Rappellons aussi que bien avant Metastasio, le compositeur Francesco Cavalli avait écrit en 1642 un opéra génial sur le même sujet: La Didone et que Henry Purcell avait composé son célèbre Didon et Enée en 1689. En outre, Georg Friedrich Haendel a composé une très belle cantate pour voix de soprano et orchestre sur le même thème.
La sonate composée par Clementi possède la particularité d'évoquer le passé baroque, l'art des compositeurs précités qui se sont attaqués au mythe de Didon et Enée et aussi celui de Domenico Scarlatti dont la musique pour piano influença Clementi pendant toute sa vie. Mais cette sonate anticipe également l'avenir romantique et tout particulièrement l'univers de Frédéric Chopin, compositeur dont le liens avec l'opéra et le bel canto sont bien connus.

D'une durée d'environ 25 minutes, c'est sans doute la sonate la plus développée du compositeur Romain. Les quatre mouvements qui la composent sont dans la même tonalité de sol mineur.

Elle s'ouvre par une Introduzione, Largo patetico e sostenuto dont le titre est déjà tout un programme. Le thème, phrase descendante  aux rythmes pointés très accentués est très caractéristique et donne le ton de la sonate toute entière.

Suit un Allegro ma con espressione. Deliberando e meditando 3/4 dont le beau thème ascendant celui-là emplit de son caractère passionné la substance de ce mouvement. Le second thème en si bémol majeur est une extension lyrique du thème initial. Il est suivi par le vrai second thème qui donne lieu à un travail très poussé aux plans harmonique et contrapuntique  avec des dissonances assez acerbes. Le développement est basé sur le thème principal et consiste principalement en canons par mouvements contraires à deux ou trois voix. Ces canons sont très variés et témoignent du gout du contrepoint de Clementi. Le dernier canon en octaves aux deux mains est particulièrement impressionnant mais aboutit à un pianissimo préparant la réexposition. Cette dernière est écourtée mais semblable à l'exposition. Une coda piu allegro aux accents passionnés termine ce mouvement.

Adagio dolente. Sorte de lamento, il exprime le désespoir de Didon. Les indications Lamentando, Languente traduisent bien ce sentiment d'abandon ressenti par Didon. Le sentiment devient de plus en plus dramatique et la fin du mouvement surprend pas ses harmonies dissonantes qui font furieusement penser à Frédéric Chopin.

Le titre du dernier mouvement, Allegro agitato e con disperazione 2/4 est lui aussi tout un programme. C'est à mon avis le point culminant de la sonate et probablement le morceau le plus génial composé par Clementi. Ce long mouvement, de près de dix minutes et pourtant d'une extrême concentration, est construit sur un thème unique formidablement varié et développé, sans le moindre relâchement. L'analyse d'un tel mouvement est impossible. On se bornera à relever les passages les plus marquants. Le thème forte, d'un lyrisme passionné est longuement exposé. Il aboutit au second thème en si bémol majeur, ce dernier exposé piano est en fait quasiment identique au thème initial mais complètement transfiguré par un changement subtil d'éclairage. Le développement d'une longueur inusitée chez Clementi est encore une fois une suite de canons sur le thème unique du morceau, canons d'une complexité très supérieure à ceux du premier mouvement. Le canon est un procédé contrapuntique dont Clementi raffole, il s'accompagne ici d'une extraordinaire fièvre créatrice, tempérée à peine par la science du contrepoint. Ces canons nous emmènent dans l'extrême aigu du clavier puis dans le registre grave. Le thème dont les possibilités semblent inépuisable est maintenant accompagné de puissants octaves brisés. Les mentions lamentendo, con anima sont de plus en plus exaltées et s'exaspèrent dans la coda avec des indications assez exceptionnelles: d'abord con furia!! puis fortissimo con fuoco, et enfin con passione. Ainsi se termine cette extraordinaire sonate.

(1) http://operabaroque.fr/HASSE_ABBANDONATA.htm On trouvera dans ce compte rendu d'intéressantes données sur la manière d'interpréter à l'opéra le mythe de Didon et Enée.
(2) Marc Vignal, Muzio Clementi, Fayard Mirare, 2003.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Muzio CLEMENTI (1752-1832)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Médaille de conscrit 1832 : Service militaire par tirage au sort
» Infanterie légère d'Afrique - 1832-1844
» Contradusta walkeri walkeri - (Sowerby I, 1832)
» IWC "fat" Ingenieur SL ref. 1832
» Mérouvel, Charles (1832-1922)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Musiciens-
Sauter vers: