AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mar 12 Oct - 14:20

L'arbore di Diana de  Vicent Martin i Soler, troisième dramma giocoso né de la collaboration du musicien espagnol et du librettiste Lorenzo da Ponte, fut crée à Vienne au Burgtheater le 1er octobre 1787 à l'occasion du mariage de l'Archiduchesse Maria Teresa avec le Prince Anton Clemens de Saxe. Au même moment Don Giovanni de Wolfgang Mozart était représenté à Prague. Des trois opéras de Martin i Soler composés pour Vienne, c'est l'Arbore di Diana qui obtint le plus de succès ce qui est justice car cet opéra est remarquable en tous points. Joseph Haydn monta l'oeuvre à Eszterhazà en 1789 et l'Arbore di Diana fit l'objet de nombreuses représentations interrompues par le décès du Prince Nicolas Esterhazy en septembre 1790. Contrairement à son habitude, Haydn ne semble pas avoir effectué de changement dans cet opéra.

Résumé (auteur du résumé: Lorenzo Da Ponte). La chaste Diane, déesse de la chasse, possède dans son jardin un arbre enchanté. Lorsque les nymphes de la déesse (Britomarte, Cloé et Clizia) passent sous l'arbre, les fruits de ce dernier s'éclairent et font retentir une belle musique si les nymphes sont chastes en pensées et en actions. Dans le cas contraire, les fruits deviennent noirs et tombent brutalement sur les malheureuses produisant des blessures en rapport avec la gravité de leurs crimes. L'Amour (Cupidon) ne peut admettre une telle loi faisant outrage à sa divinité, aussi entre-t-il dans le jardin sous un déguisement féminin, provoque l'amour du gardien de jardin, Doristo, et le convainc de séduire les nymphes, l'une après l'autre. De plus l'Amour introduit le bel Endimione avec pour mission de susciter l'intérêt puis l'amour de la chaste Diane.  La déesse d'abord très hostile voit ses résolutions s'affaiblir, une fois touchée au coeur par un trait lancé par le berger. Le prêtre du culte de Diane, sentant qu'il y a anguille sous roche, demande aux servantes du culte de passer sous l'arbre magique et, soit pour la forme, soit pour étalonner la mesure, demande la même chose à la déesse. Cette dernière, sachant qu'elle va être découverte, ordonne de couper l'arbre. Alors l'Amour paraît sur un nuage rayonnant et proclame que le jardin de Diane est devenu le Palais de l'Amour (3).

Ce texte fit scandale lors de sa  parution, on y vit avec raison une incitation à l'érotisme, voire à la débauche. Mais les admonestations de censeurs rigoureux n'empêchèrent pas le succès de l'opéra dans sa version originale et surtout dans sa traduction allemande.

Le style. Dans un article très intéressant (1), Leonardo Waisman fait un parallèle entre la Flûte Enchantée de Mozart  et l'Arbore di Diana et voit beaucoup de points communs entre ce dernier et la féérie du salzbourgeois. Par contre, contrairement à Dorothea Link (2), Waisman ne voit aucune ressemblance avec Cosi fan Tutte. En tout état de cause, l'Arbore di Diana est une grande réussite dramatique et musicale: l'action ne faiblit jamais, les récitatifs secs et accompagnés sont de grande qualité, les airs sont souvent extrêmement courts sauf ceux qui font progresser l'action dramatique, les ensembles sont très nombreux mais relativement brefs, en somme nous avons là un opéra très concentré, sans temps morts et d'une grande qualité musicale. Par dessus tout on admire l'orchestration. Cette dernière est plus variée et plus riche que dans le Burbero di buon Cuore. Bien qu'aucun instrument concertant ne se détache, tous les vents et les cuivres collaborent pour obtenir une couleur orchestrale souvent chatoyante et très personnelle. Ajoutons pour finir une petite touche folklorisante espagnole et la fête sera complète.

Les sommets
Acte I
-Scene 2. Air de l'Amour "Se il vuoi saper, io sono Amor..." Très élégant, à l'image de tout l'opéra.
-Scene 3. Air de Doristo "Da parte gli scherzi..."Bel air de type basso buffo dans lequel Doristo manifeste son intérêt très vif pour Diane et ses nymphes.
-scène 4. Air d'Endimione "Lieti e amorosi i rai..."Magnifique air très lyrique et plein de ferveur, trop court malheureusement.
-scène 7. Air de l'Amour "Si dice qua e la..."Peut-être le plus célèbre de l'opéra entier. Se grave instantanément dans la mémoire. Humour et élégance superlatives. Une petite touche discrète hispanisante donne un charme supplémentaire.
-scène 8. Magnifique quartetto Endimione, Silvio, Doristo, Diana "Che sorpresa è questa mai?" avec des sonorités moelleuses des vents.
-scène 8. Récitatif accompagné et air de Diana "Sento che Dea son io..."Grand air napolitain avec da capo, très opera seria. Air de bravoure avec très belles vocalises.
-scène 9. Air de Silvio "Quel piacer prova..."Encore un air célébrissime.
-finale de l'acte I, scènes 10-14. Splendide finale avec une progression dramatique étonnante assortie d'une accélération du mouvement impressionnante. Diana, touchée en plein coeur par un trait venu d'Endimione nous émeut avec un très émouvant solo "O Dio, mancar mi sento..."

Acte II
-scène 2. Magnifique quartetto Endymione, Silvio, Doristo et Diana (une basse, deux ténors et une soprano), un des sommets de la partition.
-scène 4. Air de Clizia "Come faro?" Encore un hit célébrissime de l'opéra. A Diana qui lui demande de la venger en tirant un trait de son arbalète, Clizia répond qu'elle est incapable de faire du mal à quiconque. Orchestration d'une délicatesse et d'une subtilité admirable.
-scène 9. Air de l'Amour. "Cessate di spargere". Encore un air à succès avec un très bel accompagnement du hautbois.
-scène 9. Recitatif accompagné  "Miseri dove sono..." et grand duetto "Che voce, O dei!" de Diana et Endymione.
-scène 14. Récitatif accompagné "Cessa, cessa mio core" et air "Teco porta, o mia speranza" de Diana. C'est le point culminant de l'opéra. Les sentiments contraires agitent le coeur de Diana mais l'amour va finalement triompher. Air très émouvant. Mozart n'est pas loin!
-scène 17. Finale de l'acte II. Très véhément sur les paroles "Pentito, smarrito, si prostra...", cet ensemble culmine avec une impressionnante tempête "Guarda, guarda, già il cielo s'oscura...". Finalement l'Amour triomphant apparaît sur un char rayonnant et nomme Doristo gardien du temple......de l'Amour!. Diana admet sa défaite: Je viens, déjà vaincue, dieu puissant, à toi la palme, à ton service chaque âme et chaque coeur seront soumis.


(1) http://www.mundoclasico.com/2009/documentos/doc-ver.aspx?id=0015772
(2) Dorothea Link, “L'arbore di Diana: a Model for Così fan tutte.” In Wolfgang Amadè Mozart: Essays on his Life and Work, ed. Stanley Sadie, 362-73. Oxford: Oxford University Press, 1996.
(3) Le Palais de l'Amour, roman de Jack Vance, écrit en 1967. cat


Dernière édition par Piero1809 le Mar 2 Sep - 12:04, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mar 12 Oct - 17:48

Comme cet Arbore di Diana n'existe pas en CD, j'ai réussi à télécharger le podcast de la représentation du Liceu de Barcelone, mais j'avoue que cet opéra m'a nettement moins plu que la Cosa rara et que la Madrileña dont j'avais écouté les CD auparavant.

Mais il est vrai que je n'avais pas le livret, ni le découpage en récitatifs-arias, ceci explique peut-être pourquoi cet opéra ne m'avait pas tellement séduit. Il faudrait que je le réécoute avec ton résumé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mar 12 Oct - 18:16

Joachim a écrit:
mais j'avoue que cet opéra m'a nettement moins plu que la Cosa rara et que la Madrileña dont j'avais écouté les CD auparavant.
C'était aussi mon avis après une, voire deux écoutes. J'ai changé d'avis à la troisième et maintenant il me semble que L'Arbore di Diana est l'opéra le plus raffiné et le plus élégant parmi ceux que je connais de Martin y Soler.

Avec les trois opéras de Martin y Soler, Axur re d'Ormus de Salieri et les trois Mozart, (librettiste Da Ponte pour tous), les viennois ont été gâtés entre 1785 et 1790!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Jeu 14 Oct - 20:19

Un point important qui mérite d'être signalé: dans le grand air de Diana de l'acte II: "Teco porta, o mia speranza", et sur les paroles "Torni, torni il bel momento", la musique est identique à un passage du grand air de Fiordiligi du deuxième acte de Cosi fan tutte: "Per pieta, ben mio, perdona".

Il est certain que ce n'est pas un hasard et que deux ans après la création de L'arbore di Diana, Mozart a voulu faire un clin d'oeil à son collègue Martin i Soler. Il est clair aussi que les deux airs occupent dans les deux opéras une place très similaire. cat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mar 19 Oct - 14:27

On peut visionner des vidéo-séquences de larges extraits des deux actes de l'Arbore di Diana dans les versions de Valencia (2008) et du Liceu de Barcelone (2009).

Taper L'Arbore di Diana sur google. Les divers clips défilent, il faut choisir et souvent reconstituer le bon ordre des séquences. Vous y trouverez l'air Teco porta, O mia speranza, le plus beau de la partition, chanté par Ofelia Sala, une chanteuse catalane espagnole remarquable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Emmanuelle



Messages : 44
Points : 58
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mer 4 Jan - 13:48

L'oeuvre a été donnée à Montpellier dans la production de Barcelone et Madrid.
En voici le programme intégral, téléchargeable sur le site de l'Opéra : http://www.opera-montpellier.com/pdf/2011-11-25%20Arbore%20di%20Diana.pdf

Par ailleurs, nous avons interviewé le grand violoniste et chef d'orchestre italien Fabio Biondi à Montpellier le lendemain de la première de ''L'Arbore di Diana''. Au cours de cette conversation, il a évoqué les jeux d'influences réciproques entre Mozart et ses contemporains, détaillé les différences entre Martin y Soler et Mozart,, ses propres choix interprétatifs (diapason, instrumentarium, ...), la politique des maisons de disques, ses projets d'exhumation d'opéras rarissimes, l'incidence de la crise sur la musique baroque etc...

C'est sur : http://odb-opera.com/moules.php?name=Content&pa=showpage&pid=255

Un petit extrait des propos de Fabio Biondi au sujet de Mozart et Martin y Soler :

Citation :
Mozart avait un besoin fou d’être apprécié par tout le monde, il ne supportait pas d’être moins considéré que les autres compositeurs, il se considérait comme le meilleur. S'il avait eu la clé d’accéder au grand public, il l’aurait fait immédiatement. Mais il n’avait pas cette simplicité.
Je vois Martín y Soler comme un homme avec une grande séduction et une certaine simplicité. Il était très heureux d’avoir la possibilité et le talent de bien écrire de la musique et tout passait très naturellement. Mozart était quelqu’un de très complexe qui s’enfermait dans une mission cryptique et il manquait de la simplicité qui était la clé d’accès au grand public. Mozart était plus complexe, parce que c’était un personnage plus compliqué et donc sa musique était plus complexe et moins comprise par le grand public. Martín y Soler avait une énorme simplicité et un grand talent d’écriture. Il y avait un projet chez Mozart pour une société d’écoute plus haute, plus exigeant, il avait besoin d’argent, il avait besoin d’être apprécié.
J’ai étudié la façon d’écrire des deux compositeurs. Je trouve que Soler a économisé d’une façon intelligente la structure intérieure tandis que Mozart, plus complexe dans sa mentalité, était plus intéressé de créer une sorte de structure intérieure plus compliquée alors que les façades de Soler et de Mozart sont de la même qualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mer 4 Jan - 23:31

Merci beaucoup Emmanuelle pour ces liens passionnants. L'entretien avec Fabio Monti est particulièrement pertinent en relation avec le thème de ce forum. J'espère que Fabio Monti pourra nous régaler avec d'autres oeuvres de ce répertoire si riche.

Le programme correspondant à la production de Montpellier est superbe. Les illustrations sont merveilleuses. C'est génial d'indiquer le contexte historique qui a vu naître l'Arbore di Diana. On apprend par exemple que le servage fut aboli en Autriche en 1782! et qu'en outre, Joseph II, monarque éclairé, promulgua un edit de tolérance pour toutes les religions.

Grâce aux textes présents, on perçoit bien mieux le milieu artistique dans lequel évoluait Mozart quand il composait Don Giovanni ainsi que les réactions du public. La sensualité régnant dans le livret et la musique scandalisa de nombreux auditeurs et enchanta les autres. Après L'Arbore di Diana, rien ne pouvait plus effaroucher le public viennois, le terrain était préparé pour Cosi fan tutte.

L’Arbore di Diana fait aussi partie de la centaine d’opéras italiens que Joseph Haydn monta à l’opéra d’Eszterhàza. Avec le Barbier de Séville de Paisiello, il est le seul ouvrage qui fut gardé intact par Haydn. Tous les autres, y compris semble-t-il Les Noces de Figaro de Mozart, furent largement révisés et souvent modifiés par Haydn.

Après le succès de l'Arbore di Diana, Martin y Soler part pour la Russie, invitée par Catherine II. Il y compose plusieurs opéras qui, à ma connaissance, n'ont jamais été montés de nos jours. A Londres en 1795, continuant sa collaboration avec son grand ami Da Ponte, il produit La Capricciosa corretta dont il existe un excellent enregistrement pas les Talens lyriques. L'Isola del Piacere, crée en 1795 en présence de Joseph Haydn, chuta dès la première représentation. Il est vrai que pour réaliser cette oeuvre, Martin y Soler dut racler ses fonds de tiroir comme le laisse entendre Haydn dans ses carnets de Londres. Son amitié avec Da Ponte ne survivra pas à cet échec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Lun 22 Juil - 17:04

Jack Vance, écrivain américain, auteur du Palais de l'Amour, est décédé en mai 2013.

Le roman met en scène un groupe de "touristes" appartenant à diverses catégories sociales, parmi lesquels un ingénieur, un entrepreneur de travaux publics,  un metteur en scène, un poète fou, une danseuse, un chanteur lyrique, des druides fanatiques et un aventurier...Ces personnes ont été invitées à visiter le Palais de l'Amour, création de Vogel Fischner, mégalomane décadent et psychopathe....Dans ce palais, tous les désirs et fantasmes des pensionnaires peuvent être satisfaits par les esclaves de Fischner.... mais la quiétude des invités est troublée par les druides qui ont entrepris de sacrifier deux néophytes...

C'est un roman passionnant et très riche qui traite, parmi d'autres sujets, des rapports troubles existant entre les puissances d'argent et l'art. Son intrigue pourrait fournir la trame d'un opéra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Mer 21 Mai - 14:37

L'Arbore di Diana est actuellement disponible en DVD, retransmission du spectacle donné par le Liceu de Barcelone avec l'excellente Laura Atkins dans le rôle de Diana et Michael Maniaci dans le rôle de l'Amour. Direction musicale:Harry Bickett à la tête de l’Orquestra Simfònica dei Gran Teatre del Liceu et mise en scène: Francisco Negrin.

Bonne critique dans anaclase:

http://www.anaclase.com/content/vicente-martin-y-soler-0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler    Aujourd'hui à 17:13

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ARBORE DI DIANA ou Le Palais de l'Amour Martin i Soler
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Turner et ses peintres : 24 février-24 mai au Grand Palais
» [Topic Unique] PALAIS DES SPORTS 18 décembre 2010
» Avis de marché - Paris, palais de la Porte Dorée - peinture murale, mosaïque
» Palais Grand Ducal de Luxembourg
» [Topic Unique] PALAIS DES SPORTS 11 decembre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: