AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonie n° 76 en mi bémol majeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n° 76 en mi bémol majeur   Jeu 18 Nov - 16:18

En 1782 Joseph Haydn compose une série de trois symphonies, les n° 76 en mi bémol majeur, n° 77 en si bémol majeur et n° 78 en ut mineur destinées au départ au public anglais. Ce projet de voyage en Angleterre n'aboutit pas et Haydn proposa ces symphonies à Boyer un éditeur Parisien avec le mot suivant:"L'année dernière j'ai composé trois belles, magnifiques symphonies qui de surcroît ne sont pas trop longues. Ecrites pour un ensemble comprenant deux violons, alto, basse, une flûte, deux hautbois, un basson, deux cors, elles sont très faciles, sans trop de passages concertants, et conviennent à des gentlemen anglais. J'avais l'intention de les apporter en Angleterre mais certaines circonstances s'opposèrent à ce projet..." (1-3).

Bien qu'écrites pour la même formation, ces symphonies sont très différentes. La symphonie n° 76 en mi bémol n'a pas la concentration de la symphonie n° 77 en si bémol (une des plus belles symphonies de Haydn, soit-dit-en passant) ni la variété de la symphonie n° 78 en ut mineur qui passe du tragique du premier mouvement au comique débridé du quatrième, mais c'est une oeuvre très agréable par l'abondance et la beauté mélodique de ses thèmes.

Le premier mouvement allegro ¾ est remarquable par sa richesse thématique: pas moins de quatre motifs apparentés animent l'exposition. Le premier groupe de thèmes est remarquable par l'opposition entre de vigoureux passages arpégés de tout l'orchestre et un motif très doux en rythmes pointés. Ce dernier a été repris dans une symphonie de Robert Simpson, un musicien contemporain (1). Le troisième thème bien individualisé est très séduisant par son caractère dansant et l'exposition se termine par un dernier motif. Le développement débute avec le troisième thème repris dans diverses tonalités, se poursuit avec le second thème et c'est le thème initial qui termine le développement et amène tout naturellement la réexposition. Cette dernière présente quelques changements mais qui n'altèrent en rien la sérénité de l'ensemble de ce mouvement.

L'adagio ma non troppo en si bémol majeur est un rondo de structure A B A1 C A2. Dans le refrain confié aux cordes seules, les premiers violons semblent raconter une histoire, un peu comme dans l'adagio de la symphonie n° 65. Le couplet B en si bémol mineur offre le plus saisissant contraste avec ce qui précède, la mélodie est une sorte de choral en valeurs longues joué par les vents et accompagné par les batteries des cordes. Ce passage est très émouvant et expressif. Dans l'interprétation d'Adam Fischer le refrain A1, notablement varié est confié à un violon solo, passage très poétique dans sa simplicité. Le couplet C, clamé par l'orchestre au complet, est également en mineur et est aussi agité et véhément que le couplet B était solennel et calme. Le refrain A2 encore modifié toujours confié au premier violon avec des contrechants très mélodieux des bois, aboutit à une cadence jouée par le premier violon puis par les cordes à l'unisson qui termine ce très beau mouvement.

Le menuetto allegretto est une danse allemande d'une grande fraîcheur. Le trio est une grâcieuse valse jouée par le premier violon doublé par le basson.

Le finale allegro ma non troppo alla breve est un morceau de sonate. Le thème principal est pittoresque avec ses nombreuses appogiatures (4). Il domine l'essentiel de l'exposition. Un second thème enjolivé aussi par des appogiatures apparaît juste avant les barres de reprises. Le développement basé d'abord sur le premier thème évolue vers une fantaisie modulée très libre d'une grande vivacité. La réexposition est voisine de l'exposition à quelques détails près. Une charmante coda termine ce mouvement joyeux, digne de clore un opéra buffa.

(1) Antony Hodgson, The Music of Joseph Haydn: The Symphonies. London: The Tantivy Press (1976): 103.
(2) Symphonie n° 77 http://haydn.aforumfree.com/les-symphonies-f1/symphonie-n-77-en-si-bemol-majeur-la-perfection-t183.htm
(3) Symphonie n° 78 http://haydn.aforumfree.com/les-symphonies-f1/symphonie-n78-en-ut-mineur-t88.htm
(4) http://www.musicologie.org/sites/sites.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Symphonie n° 76 en mi bémol majeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» castlevania symphonie of the night
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée
» La Symphonie des Siècles - Elizabeth Haydon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: