AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 MISSA Santi Bernardi de Offida (HobXXII.10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: MISSA Santi Bernardi de Offida (HobXXII.10)   Sam 11 Aoû - 14:16

La Messe Santi Bernardi de Offida en si bemol majeur HobXXII.10. est créée probablement le 11 septembre 1796 à Eisenstadt. C’est la première des six messes composées par Joseph Haydn pour la fête de la Princesse Esterhazy. Bernard de Offida (1604-1694) était un frère convers capucin béatifié en 1795 pour ses actions charitables. Cette messe est écrite pour deux hautbois, deux clarinettes, deux bassons, deux cors, deux trompettes, deux timbales, cordes et l’orgue. Les clarinettes avaient fait déjà une apparition remarquée dans la symphonie n° 99 de 1793. C’est la seconde fois que ces instruments jouent un rôle principal dans une oeuvre de Haydn et il est vrai qu’ils donnent à cette messe une couleur toute nouvelle très séduisante.

Kyrie eleison. A l’instar des symphonies précédentes, la messe débute par une introduction lente (adagio ¾) qui nous révèle d’emblée les intentions du compositeur dans cette messe et les suivantes. Il s’agit d’intégrer les derniers acquis des symphonies dans le cadre un peu particulier de la messe. Cette démarche aura un glorieux avenir non seulement dans les cinq autres messes de Haydn qui suivront mais aussi dans celles de ses successeurs: Schubert, Beethoven, Bruckner etc…(1) . Après l’adagio survient un allegro moderato ¾ construit comme un allegro de symphonie. Le thème principal quasiment unique répète les mots Kyrie eleison d’abord sur un rythme enjoué puis sous une forme plus sévère, celle d’un fugato plein d’ardeur. Après le court intermède du Christe eleison, le fugato reprend de plus belle dans un passage puissant qui a valeur de développement. Après la reprise survient un épisode conclusif apaisé qui peut être considéré comme une coda.

Gloria. La première section Vivace 4/4 présente une allure vive et enjouée. Le contraste est vif avec le Gratias (sol mineur 4/4) confié au quatuor de solistes. Sur les paroles que l’on peut traduire “Nous te rendons grâce pour ton immense gloire…”, Haydn écrit une musique bouleversante qui m’évoque curieusement, dans ses premières mesures, la musique française du 17ème siècle. Cette séquence se poursuit avec le Qui tollis peccata mundi, un des moments les plus expressifs dans les messes de Mozart (2) ou Joseph Haydn. Il s’agit d’un morceau très original, aux harmonies audacieuses, confié au choeur. Ce dernier entonne dans le registre grave une curieuse mélopée à l’unisson suivie par une réponse angélique dans l’aigu. Le gloria s’achève dans la jubilation comme il se doit par la grande fugue en si bémol majeur sur les paroles Cum Sancto Spirito (avec le Saint Esprit).

Credo. Trois sections aussi pour le Credo. La première est un allegro 2/2 plein de feu qui contraste avec la seconde Incarnatus est en mi bémol majeur adagio ¾. Marc Vignal rapproche cet Incarnatus est du canon à trois voix Gott im Herzen HobXXVII.b.44 (3). En tout état de cause il s’agit d’un épisode sublime: une superbe mélodie est chantée d’abord par l’alto solo, reprise par la première soprano solo et ensuite par la deuxième soprano solo chaque fois avec une harmonisation différente. Le rôle prépondérant des clarinettes, les pizzicatos des cordes et la sensualité de la mélodie m’évoquent irrésistiblement certains ensembles de Cosi fan Tutte, opéra de Wolfgang Mozart que Haydn entendit en 1790. Dans le passage Crucifixus est, Haydn reprit la même mélodie en la transposant dans le mode mineur et en la confiant à trois voix d’homme solistes produisant un effet sombre et émouvant. Sur les paroles sepultus est (il fut mis au tombeau), Haydn reprit la suave mélodie du début en l’harmonisant à quatre voix ce qui ne manque pas d’étonner: le contraste est vif entre les paroles et la musique! Nouveau contraste avec le Resurrexit. A la place de l’explosion de joie attendue, on entend une musique farouchement austère dans le mode mineur. Ces effets de surprise étaient certainement voulus par le compositeur mais leur signification nous échappe. Une grande fugue sur les paroles Et vitam venturi saeculi (Je crois en la vie du monde à venir) conclut le credo.

Après un Sanctus très bref, le Benedictus (moderato en mi bémol majeur 2/4) est au contraire très développé. Dans cette très belle pièce chorale, esprit religieux et caractère symphonique se conjuguent. Les clarinettes interviennent souvent en solo, notamment avec un motif en triolets en imitation avec les premiers violons.

Agnus Dei. Adagio ¾ en si bémol mineur. C’est souvent le point culminant de l’émotion dans les messes de Haydn. Ce superbe morceau écrit dans une tonalité rare ne fait pas exception. Le choeur est très sobrement accompagné par les cordes seules. L’invocation Agnus Dei se répète trois fois comme il se doit chaque fois dans une tonalité différente et avec d’importantes variations. La messe se termine sur les paroles Dona nobis pacem par un dynamique allegro 3/4.

(1) La messe en mi bémol majeur D 950 de Schubert datant de 1828 est un des plus beaux exemples de ce style à la fois symphonique et profondément religieux institué par Joseph Haydn.
(2) Le Qui tollis peccata mundi de la messe en ut mineur K1 427 de Mozart est un vaste double choeur d’une puissance expressive extraordinaire.
(3) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 1326-8.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: MISSA Santi Bernardi de Offida (HobXXII.10)   Mer 15 Aoû - 10:57

Il existe plusieurs enregistrements de cette messe de Joseph Haydn. Pour ma part j'ai retenu la version de George Guest à la tête du Choir of St John's College Cambridge et de l'Academy St Martin in the Fields (Label Decca).
Le couplage avec les Litanies du Saint Sacrement K1 243 de Wolfgang Mozart est excellent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
MISSA Santi Bernardi de Offida (HobXXII.10)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MissA. Créas ?
» Siratus beauii (Fischer & Bernardi, 1857)
» Missa [dollmore..Bonnie]
» La Galerie Vidéo de MissA.?
» Vokesimurex cabritii (Bernardi, 1859)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Œuvres vocales-
Sauter vers: