AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Franz SCHREKER (1878-1934)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Franz SCHREKER (1878-1934)   Jeu 25 Oct - 16:14

Franz Schreker est un compositeur autrichien né à Monte Carlo en 1978 et mort à Berlin en 1934. Une génération le sépare de Gustav Mahler, compositeur dont il subit l'influence ainsi que celle de Richard Strauss. Contemporain de Schönberg et de Berg, sa musique reste fondamentalement tonale et très accessible par son côté romantique. C'est un musicien original dont la musique a un son spécial et ne ressemble à aucune autre. A l'instar de Wagner, il écrit lui-même les livrets de ses opéras.
Il est surtout connu par son opéra Der ferne Klang (Le Son Lointain) qui est actuellement représenté pour la première fois en France par l'Opéra du Rhin à Strasbourg et Mulhouse.
Son chef-d'oeuvre est peut-être l'opéra Die Gezeichneten (Les Stigmatisés), composé en 1918 peu après Le Son Mointain. C'est la plus étrange de ses oeuvres.

Après une période de gloire, Schreker n'a plus de succès à une époque où son romantisme exacerbé ne fait plus recette. En 1924, son dernier opéra Irrelohe est un échec complet. L'avènement du National Socialisme accélère sa chute. Il est mis su la liste des artistes dégénérés et son oeuvre est mise à l'index. Renvoyé de son poste de Directeur de l'Ecole de Musique de Berlin, il meut dans la misère en 1934.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Franz_Schreker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Der Ferne Klang   Sam 27 Oct - 9:07

La création de l'opéra Der Ferne Klang en 1912 est d'abord couronnée de succès. L'ascension de Franz Schrecker (1878-1934) d’abord brillante est stoppée par la prise de pouvoir des nazis qui mettent son oeuvre hors la loi en le qualifiant d’artiste dégénéré. Il meurt dans l’indifférence générale en 1934 peu après son éviction du poste de Directeur de la prestigieuse Musikhochschule de Berlin. Der Ferne Klang est composé entre 1902 et 1911 pendant une période charnière qui voit éclore les oeuvres les plus significatives de Gustav Mahler (symphonies n° 5 à 9, le Chant de la Terre que l’on considère souvent comme un adieu au lied romantique et à la musique tonale), Erwartung puis en 1908 le deuxième quatuor en fa# mineur de Schönberg, ce dernier signant l’avènement du l’atonalité, Le Château de Barbe Bleu de Bartok, Salomé (1905) et Elektra (1910) de Richard Strauss…L’ancien monde disparaît en même temps que le postromantisme allemand et un nouveau monde proteiforme, fascinant mais inquiétant prend forme.

Le sujet. Grete est abandonnée par son amoureux, le compositeur Fritz. Ce dernier est à la recherche du Son Lointain, métaphore pour l’oeuvre d’art idéale. Grete, restée seule, est quasiment prostituée par son père pour payer ses dettes de boisson. Dix ans plus tard Grete est devenu l’étoile d’une maison close, la Casa di Maschere (la maison des masques), situé à proximité de Venise. Fritz reapparaît alors et explique alors à Grete sa quête du son lointain. Quand il réalise ce qu’elle est devenue, il la quitte une deuxième fois. Au troisième acte, cinq ans se sont encore écoulés, on donne une représentation de l’opéra de Fritz: La harpe, ce dernier fait scandale. Incidemment, Fritz vieilli et malade reconnait Grete dans l’assistance et à son contact entend le son lointain, il réalise que le son pour lequel il avait parcouru le monde, avait toujours été à portée de voix; il est désormais trop tard et il meurt dans ses bras.
Un fort caractère autobiographique donne une partie de son poids à Der Ferne Klang. La quête du son lointain, de l’oeuvre parfaite de Fritz est proche des aspirations de Schreker, à la recherche de l’oeuvre d’art totale (1a,2). Comme son héros dont l’opéra, La Harpe, va faire scandale, Schreker va échouer, son dernier opéra Irrelohe connaitra en effet une chute prompte et retentissante.

La musique. Le debut de l’opéra et certaines sonorités majestueuses des cuivres évoquent Mahler et notamment le debut de la symphonie n°5 en ut # mineur (1b). On entend ensuite le son lointain, des sonorités mystérieuses de célesta et de harpe, pas vraiment un leitmotiv car ces arpèges n’ont pas vraiment une forme, ils créent plutôt une ambiance onirique. Symbolisme, impressionisme, ces mots ont été prononcés et nous renvoient à Debussy (3) . Il est vrai que la scène de Grete dans la forêt et sa pulsion de mort au bord de l’étang rappelle Mélisande au bord de la fontaine. Toutefois, contrairement à Debussy, Schreker ne révolutionne pas la musique, son écriture est essentiellement tonale et peu agressive mais certains passages contiennent des agrégats harmoniques très hardis (acte I scènes 3 et 4, acte III scènes 7, 8 et les chants d’oiseaux de la scène 9). Il y a en outre un côté éclectique dans Der ferne Klang qui fait cotoyer plusieurs styles musicaux; parfois à la limite du kitsch (3). Au deuxième acte, on entend un orchestre tzigane (rappellant d’ailleurs un épisode du troisième mouvement de la symphonie n° 1 de Mahler), de nombreux échos de valses viennoises qui ne seraient pas déplacés dans Die Fledermaus. Ce qui fait avant tout l’originalité voire la nouveauté de cette musique c’est sa sonorité conférée par certains alliages d’instruments qui créent una ambiance onirique et sensuelle. Au deuxième acte, trois orchestres sont présents: dans la fosse, sur la scène et en coulisse. La spatialisation du son qui en résulte rappelle la musique de film. L’orchestre qui ne double jamais les voix indique les états d’âmes des personnages qui ne sont pas forcément exprimés par les mots qu’ils prononcent et ceci nous renvoie aussi au cinéma. Ce son spécial formé de la superposition de mélodies et de rythmes complexes différents, dont l’oreille ne peut plus appréhender les composants mais le son dans sa totalité, ce chant sonore est peut-être une des composantes majeures du style de Schreker. Si l’opéra en entier regorge de beautés, c’est tout l’acte III, le plus concentré des trois, qui serait à citer et en particulier le magnifique interlude orchestral de la scène 9. A la fin de l’acte III, on entend le son lointain se dissolvant dans le néant tandis que Fritz meurt dans les bras de Grete. Le brutal accord fortissimo de mi bémol mineur qui termine l’oeuvre n’est autre que la réplique de la conclusion de la symphonie n° 6 de Mahler (4).

(1) 1a. On peut rappeler à ce propos que, selon Mahler, une symphonie devait contenir le monde entier. 1b. Il s’agit du passage chanté par Fritz und den Meister such’ich (acte I scène I) en ut # mineur également.
(2) Christopher Hailey, Programme Le Son Lointain, Opéra National du Rhin, 2012.
(3) Mathieu Schneider, Entretien avec Marko Letonja et Stephane Braunsweig, Opéra National du Rhin, 19/10/2012.
(4) http://haydn.aforumfree.com/t578-gustav-mahler-symphonie-n-6-en-la-mineur-tragique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Franz SCHREKER (1878-1934)   Ven 26 Avr - 13:08

Voici un topic que je n'avais pas encore vu !

A vrai dire, ce que je connais de Franz Schreker, c'est seulement sa musique instrumentale, ainsi que son opéra Flammen. Le tout grâce aux CD CPO.

C'est un compositeur qui peut être classé dans les post romantiques, pas très loin de Richard Strauss. Je dois dire qu'aucune oeuvre parmi celles que j'ai écoutées, ne m'a déplu, aussi bien la Kleine Suite que la Symphonie opus 1, l'ouverture fantastique, les deux "Vorspiel", la Kammersymphonie, le ballet l'Anniversaire de l'Infante... C'est un compositeur que l'on ressuscite depuis quelques années, et c'est très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Franz SCHREKER (1878-1934)   Jeu 2 Mai - 21:43

Merci Joachim pour ton commentaire sur un nombre respectable d'oeuvres de Franz Schreker. Tu as raison, sa musique ressemble à celle de Richard Strauss ou même celle de Gustav Mahler. Mais en plus je lui trouve un son spécial, assez étrange parfois (surtout dans ses opéras Der Ferne Klang ou Die Gezeichneten) qui évoque fortement la musique de film, genre auquel ce musicien s'est d'ailleurs intéressé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Franz SCHREKER (1878-1934)   Aujourd'hui à 10:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Franz SCHREKER (1878-1934)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FORD 1934 FLAT BED FARMER STYLE
» Franz Kafka
» La Mine d'Or Perdue - The Trail Beyond - 1934
» Terreur dans la ville - The Star Packer - 1934
» Quartier...1er.BCP.(Strasbourg),mars 1934.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Musiciens-
Sauter vers: