AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'OLIMPIADE MYSLIVECEK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Dim 14 Juil - 11:24

L'Olimpiade, opéra de Joseph Myslivecek, sur un livret de Pietro Metastasio, a été crée à Naples le 4 novembre 1778.

Synopsis. Un résumé détaillé figure dans un article récent d'Emmanuelle Pesqué (1). En quelques mots: Megacle a accepté de combattre à la place de son meilleur ami Licida et sous son nom aux Jeux Olympiques. Si Megacle est vainqueur, c'est donc Licida qui remportera le prix. Megacle ignore que ce prix est Aristea, fille du roi Clisthène dont il est amoureux, amour payé de retour. Quand il l'apprend, il va combattre malgré son terrible désespoir et sort vainqueur. Licida exulte et s'apprête à prendre possession de son bien mais Aristea le repousse définitivement. Dans un accès de fureur, Licida agresse le roi Clisthène et est condamné à mort. In extremis le roi reconnaît en Licida le bébé qu'il a abandonné aux flots marins. Licida et Aristea sont donc frères et sœurs et on se dirige vers une double union, celle de Megacle et Aristea, et celle de Licida avec son ancienne amante Argene.

C'est une action riche en évènements et en passions intenses. Une happy end est prévue dans le livret mais du fait de la perte du choeur de réjouissances final, les scénaristes d'un spectacle récent (Dijon 2013) ont préféré conclure avec une scène tirée de l'Ezio de Gluck où Licida exprime son dépit et sa fureur. Dommage! Cette conclusion est totalement hors sujet.

Le style. M'intéressant à Myslivecek, je connaissais Antigona et surtout Motezuma (1771) que j'ai visionné de nombreuses fois. L'audition de l'Olimpiade m'a conforté dans mon opinion sur ce compositeur. Emmanuelle Pesqué a mis en lumière l'importance de cette œuvre qui révèle plus qu'une autre le génie dramatique de Myslivecek (1).  Selon le même auteur, on retrouve dans cette musique admirable des échos d'oeuvres plus anciennes de contemporains du divino Bohemo et l'auteur cite Mitridate, Lucio Silla de Wolfgang Mozart (1). Ce dernier a peut-être pensé à l'Olimpiade et plus particulièrement à l'aria d'Argene du premier acte, Piu non si trovano quand dix ans plus tard, il composa sa magnifique canzonetta sur le même texte de Metastase, pour deux sopranos et un ténor accompagnés de trois cors de basset KV 539. En tous cas le début des deux œuvres est très ressemblant.  Parmi les sources d'inspirations possibles de Myslivecek, on peut citer aussi: Il Ritorno di Tobia de Giuseppe Haydn (1775) (2) ou Didone abbandonata de Piccinni (1770).

Le fait que beaucoup de morceaux de L'Olimpiade de Myslivecek revêtent la forme de l'aria avec da capo ainsi que d'autres considérations, notamment l'usage de lieux communs musicaux de l'opéra seria napolitain, donnent à cette musique un archaïsme étonnant compte tenu de la date de composition. Ces considérations n'enlèvent rien au potentiel dramatique et au caractère spectaculaire de l'oeuvre. Toutefois il est intéressant de voir de quoi Domenico Cimarosa sera capable en 1784 sur le même sujet, un texte très semblable et avec la même structure musicale d'opéra seria napolitain. Les tournures mélodiques présentes dans l'opéra du musicien napolitain, natif d'Aversa, sont d'un modernisme étonnant à tel point qu'on se croit parfois plongé dans l'univers de Vincenzo Bellini (3).

L'instrumentation de l'Olimpiade de Myslivecek m'a semblé aussi plutôt primitive. Les bois (hautbois et bassons) ont un rôle restreint, le plus souvent doublant les cordes avec de rares figures indépendantes, on a même l'impression que les chanteurs sont accompagnés par un orchestre à cordes exception faite des airs avec trompettes (assez envahissantes d'ailleurs).  Certes les moyens du Teatro San Carlo ne sont pas ceux de Mannheim ou de Munich mais cette austérité étonne quand on sait ce qu'un Mozart ou un Paisiello sont capables de faire à l'époque avec les mêmes instruments, sans parler de la luxuriance de l'orchestre que Johann Christian Bach utilise pour son génial Temistocle (1772).

Les sommets. Il faudrait presque tout citer tant cet opéra regorge de richesses.

Acte I. C'est surtout l'agrément mélodique qui prédomine.
Aria d'Argene scène 7 Piu non si trovano. Une merveille de charme et de douceur mélodique. On se doute qu'une aria pareille ait pu impressionner Mozart.
Accompagnato et cavatine de Megacle scène 9. Che intesi eterni dei ! Magnifique scène dans laquelle le génie dramatique de Myslivecek se manifeste pleinement.
Duo d'amour Megacle Aristea scène 10. E mi lasci cosi ? Dans la tradition des duettos qui terminent l'acte I des opéras seria, celui-ci est un des plus beaux et approche sans toutefois l'égaler le duo Armida, Rinaldo situé à la même place dans l'Armida (1784) de Giuseppe Haydn. Megacle et Aristea, chantent à leur tour la même suave mélodie, dialoguent ensuite et finalement unissent leurs voix avec d'impressionnantes vocalises.

Acte II. Le ton général devient plus dramatique.
Aria d'Argene. Che non mi disse un di. C'est un magnifique Aria di furore dans une tonalité mineure qui donne l'occasion à Argene de se lamenter sur l'infidélite de Licida. La voix est simplement accompagnée par les cordes.
Aria d'Aminta. Siam navi..Aria di paragone. Aminta se compare à un navire balloté par la tempête.
Aria de Megacle.  Se cerca, se dice....Sommet de l'acte. Air à deux vitesses précédé par un récitatif accompagné très emporté. On voit la supériorité au plan dramatique de cette coupe sur le classique aria da capo. La fin est particulièrement émouvante et passionnée.
Aria de Licida. Gemo in un punto....Aria di desesperazione avec trompettes et timbales qui termine l'acte avec intensité.

Acte III. A une situation sans issue, il faut un événement extraordinaire....Le fils qu'on croyait perdu est retrouvé!
Magnifique choeur très Gluckien I tuoi strali...
Aria de Clistene. Alcandro, lo confesso...Ce récitatif et air a été traité deux fois magistralement par Mozart et avec une puissance extraordinaire dans son air KV 512. C'est au contraire un air centré sur la beauté mélodique que chante suavement Clistene.
Aria de Licida. Misero, dove son....Le récitatif et air de Licida termine l'opéra. Cet aria di furore e di disperazione est tiré de l'Ezio, opéra de Gluck. Stylistiquement et musicalement cet aria magnifique et extrêmement dramatique s'intègre bien dans le chef-d'oeuvre de Myslivecek mais est malheureusement hors sujet.

(1) http://www.odb-opera.com/viewtopic.php?f=6&t=12656
(2) Il Ritorno di Tobia est un oratorio italien où se trouvent des airs de caractère napolitain.  
    http://haydn.aforumfree.com/t11-1er-oratorio-meconnu-de-j-haydn-il-ritorno-di-tobia
(3) http://haydn.aforumfree.com/t336-l-olimpiade-chef-d-oeuvre-de-cimarosa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
poissonrouge



Messages : 63
Points : 88
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Sam 4 Oct - 20:01

AVIS A LA POPULATION..

Si vous étiez ni à CAEN ni à DIJON, l'Olimpiade est à nouveau à l'affiche à Prague au Théatre National...pour 2 ultimes représentations en ce mois d'octobre...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Mar 7 Oct - 9:22

Sais-tu si un enregistrement est prévu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
poissonrouge



Messages : 63
Points : 88
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Mar 7 Oct - 9:59

Non, mais comme je serai à Prague le weekend prochain, peut-être que j'en saurai un peu plus...
Il y a eu, pendant un temps, un enregistrement audio capté lors de la première à Prague...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
poissonrouge



Messages : 63
Points : 88
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Mar 7 Oct - 10:26

RECTIFICATIF
Parution toute récente chez Bongiovanni...de l'OLIMPIADE de Myslivecek...avec des emprunts du MOTEZUMA.
Première impression décevante hélas après écoute de quelques extraits..Une direction vraiment molle, terne. Quel dommage!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Jeu 9 Oct - 0:00

poissonrouge a écrit:
RECTIFICATIF
Parution toute récente chez  Bongiovanni...de l'OLIMPIADE de Myslivecek...avec des emprunts du MOTEZUMA.
Première impression décevante hélas après écoute de quelques extraits..Une direction vraiment molle, terne. Quel dommage!

Merci pour l'information.
Je n'ai pas trouvé ce CD dans le catalogue Bongiovanni. C'est peut-être trop récent.
Aucune parution de Bongiovanni ne me laisse indifférent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
poissonrouge



Messages : 63
Points : 88
Date d'inscription : 24/08/2011
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Jeu 9 Oct - 10:04

Ce CD est en vente sur le site de JPC.de (publicité gratuite!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'OLIMPIADE MYSLIVECEK   Aujourd'hui à 10:41

Revenir en haut Aller en bas
 
L'OLIMPIADE MYSLIVECEK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: