AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chipstouille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chipstouille



Messages : 17
Points : 19
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 36
Localisation : Chateaugiron (35)

MessageSujet: Chipstouille   Mar 1 Oct - 0:28

A l'occasion d'une recherche dans le but d'écrire un texte sur Haydn (j'essayais de retrouver la date des deux incendies pour voir si un parallèle avec la symphonie n°59 était réalisable... un coup dans l'eau Smile) je tombe en revanche avec bonheur sur un forum francophone dédié au compositeur!

Ca n'a pas l'air très fréquenté mais je vois que nous avons quelques acharnés et encore quelques messages récents!

Pour présenter brièvement mon parcours, j'ai été bercé toutes mon enfance par la musique classique, essentiellement du XVIIIe siècle, et, après avoir fait un long périple par la planète métal qui peine à me procurer encore le plaisir dans la découverte, j'ai fini par rejoindre mes premières acointances.
Haydn n'a, il me semble, jamais fait partie de la discothèque familiale, j'ai découvert le compositeur en 1997 lorsque je terminait un jeu vidéo en japonais dans le texte (Final Fantasy VII), dont je ne comprenais pas grand chose. Après un combat final assez épique sur une musique avec des choeurs grandiloquants très proche des carmina burana de Carl Orff, se déroulait une liste interminable de kanjis et hiraganas au milieu desquels figurait en anglais la phrase suivante:

"Extracts from the creation written by Joseph Haydn"

Interloqué, j'ai été. J'ai alors tanné mes parents pour qu'on acquiert "la création". Relativement déçu de ne pas y retrouver le titre souhaité (je comprendrai bien plus tard, merci internet, qu'il ne s'agissait bien que d'extraits) et que "One Winged Angel était la création original du compositeur attitré de la série (Nobuo Uematsu)

Finalement, c'est en revenant à la musique classique dans les années 2000, sous plus ou moins toutes ses formes, que j'ai cherché à découvrir un peu plus les compositeurs célèbres. Joseph Haydn formant une sorte de trou béant dans la discothèque de mes parents essentiellement centrée sur le XVIIIe. Je suis tombé sur les saisons, puis finalement les quatuors à cordes opus 77, depuis je suis accro.


Le fameux One Winged Angel, dans sa version originale, pour les curieux:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mar 1 Oct - 15:58

Bonjour,
Merci pour votre présentation très originale.
C'est curieux, comme la découverte d'un compositeur peut emprunter des chemins inattendus. Le plus souvent c'est par un film et il est certain que la popularité du concerto pour clarinette de Mozart doit beaucoup à Dewaere et Depardieu dans le film les Valseuses.
La Création, Les Saisons et l'opus 77 sont aussi parmi mes oeuvres favorites de Joseph Haydn. Mon initiation à Joseph Haydn a débuté avec la symphonie n° 82 en ut majeur l'Ours!
Dans ce forum nous essayons aussi d'initier les colistiers à des oeuvres bien moins connues: les opéras par exemple ou encore les oeuvres de jeunesse, en gros antérieures à 1770.
Mais Haydn est inépuisable il y en a pour tous les goûts: chefs d'oeuvre d'humour, accès préromantiques des symphonies Sturm und Drang, oratorios épiques...
N'hésitez par à intervenir, vos messages seront toujours les bienvenus.
A bientôt
Piero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Chipstouille



Messages : 17
Points : 19
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 36
Localisation : Chateaugiron (35)

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mar 1 Oct - 22:13

Bonjour et merci pour cet accueil.

Je me doutais que cette première approche avec le compositeur avait quelque chose d'assez singulier. Et comme c'est la première fois que je m'adresse à des gens qui maîtrisent à première vue le sujet, je n'ai pu m'empêcher de partager cette anecdote Smile

Celà étant, je me suis mal exprimé, c'est surtout les quatuors opus 77 qui ont fait de moi quelqu'un de définitivement conquis. Je ne suis, à mon grand regret, pas un grand admirateur des Saisons (contrairement à la Création à laquelle j'ai pu redonner sa chance depuis). J'aime bien, mais sans plus. Le côté Oratorio de 2h avec récitatifs étant déjà un premier frein.
Côté cinéma, depuis que je m'intéresse de près à Haydn, je n'ai pas noté la présence de ses oeuvres dans des films, il y a peut-être un sujet déjà ouvert à ce propos?

Pour la symphonie n°82, je découvre à peine les parisiennes depuis un petit mois. Impossible de manquer le mouvement final qui est très caractéristique. Avec un tel nom, j'avoue que je m'attendais plus à quelque chose d'imposant, un peu dans l'esprit de la symphonie 99. En revanche, je me demande comment on peut être amené à découvrir le compositeur avec cette symphonie Smile Il m'avait semblé que c'était la n°88 qui était souvent présente dans diverses compilations...

Bien sûr, comme tout le monde, je connaissais l'hymne national Allemand (avec un Shummacher champion de F1 7 années de suite, même sans être amateur de courses automabile, qui peut encore l'ignorer?)

Pour les opéras, dont à la base je ne suis pas très friand (cf. commentaire à propos des saisons), j'ai fait connaissance avec Armida cette année également. J'ai noté quelques passages digne du compositeur, mais je trouve l'ensemble un peu longuet. Peut-être qu'avec le jeu des acteurs, je serai plus emballé? Je vais déjà prendre le temps de digérer ce premier essai (je n'en suis encore qu'à 2 écoutes) avant de réitérer une tentative avec un autre opéra.

En ce qui concerne les symphonies Sturm Und Drang, je suis loin d'être incollable, mais c'est ce qui aura tourné le plus chez moi cette année. Je suis en particulier friand des symphonies à tonalité mineure. Ca m'a en fait frappé quand j'ai vu la liste établie dans le sujet dédié hier soir. 39, 26, 44, 45, 49, 52...ce sont réellement celles qui m'ont le plus marqué à ce jour. Après c'est à première vue du côté des symphonies 59, 60, 43 et 41 que semble se porter mon intéret. Mais j'ai besoin de plus d'écoutes, et je ne connais pas encore toute la période (je connais surtout le coffret de Pinnock, et quelques autres interprétations de Koopman, Harnoncourt et Solomons)

Ah, j'allais presque oublier l'exception... la superbe symphonie n°68, dont le statut "Sturm Und Drang" semble contesté.

Enfin pour les oeuvres de jeunesse, je n'en connaît encore que peu si l'on écarte les débuts du Sturm und Drang.
J'ai porté mon dévolu sur les symphonies à surnom, un bon indicateur de qualité en général. Donc la trilogie de la journée, la philiosophe, Alleluia et appel de cors...
Le premier concerto pour violoncelle surtout, retient le plus mon attention pour le moment, proprement fascinant.
Je n'ai pas spécialement accroché aux premières messes (2, 4, 6) à l'exception de la superbe messe de sainte Cécile (n°5)
Je ne me rappelle pas d'autres oeuvres datant d'avant 1766.

Quand bien même je ne manque pas de pistes à suivre aujourd'hui pour continuer à découvrir Haydn, j'espère bien trouver ici de bons conseils, et qui sait, peut-être pouvoir moi aussi en partager! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joachim



Messages : 509
Points : 601
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 70
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mer 2 Oct - 11:33

Bienvenue, Chipstouille Very Happy 

Je pense que la découverte d'un compositeur relativement méconnu comme Haydn est le fruit du hasard ou de curiosité. En tout cas ce fut le cas pour moi. A 14/15 ans je ne connaissais que Beethoven (qui était mon "Dieu"). Mozart, que je ne connaissais pas, est venu plus tard, un peu par curiosité grâce à un 33 tours bon marché (symphonies 40 et 41), puis Haydn, dont je connaissais à peine le nom, lui aussi avec un 33 tours bon marché de Prisunic : c'étaient les symphonies 45 les Adieux, et 94 La Surprise. Je me souviens que les Adieux m'avait plutôt ennuyé ! Heureusement, j'ai énormément évolué et Haydn vient depuis mon adolescence en n° 3 de mes compositeurs favoris.

Je suis très heureux de voir qu'il y a de plus en plus d'adeptes à la musique de Haydn.


C'est l'extrait de One Winged Angel que tu nous présentes qui est basé sur la Création ?

Je ne reconnais rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chipstouille



Messages : 17
Points : 19
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 36
Localisation : Chateaugiron (35)

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mer 2 Oct - 21:55

Bonjour Joachim.
Avec le bicentenaire de sa mort, le film Amadeus, les goûts de mes parents et la musique classique au programme de CM2, il m'était difficile de passer à côté de Mozart dans les années 80...

Par contre Haydn, à part un bout de symphonie n°88 dans une compilation obscure, je n'ai vraiment aucun souvenir d'un quelconque contact avec le compositeur. Et comme tout le monde je mélangeais allégrement Haendel et Haydn sans savoir trop de quoi on me parlait Smile
Il me semble que pour apprécier Haydn, il faut un peu de bouteille. J'avais lu un témoignage d'une personne (peut-être sur le forum autour de la musique, où je vous/t' ai lu à l'occasion) d'une personne qui n'avait pas apprécié le compositeur dans son adolescence et le redécouvrait avec bonheur la quarantaine approchante...

C'est bien One Winged Angel de Nobuo Uematsu dont j'ai fourni le lien, mais il n'y a aucun rapport avec la création.
Le compositeur en question ne nous ayant pas habitué à des choeurs, j'ai cru, à l'époque, qu'il s'agissait de l'extrait de la création de Haydn. S'il y a une analogie à faire avec la musique classique, ce sont les carmina burana de Carl Orff, les paroles en sont, en partie, reprises.

En réalité, l'extrait de la création peut être entendu beaucoup plus tôt dans le jeu à la fin de cette vidéo (attention, ça pique les yeux, le jeux accuse ses 16 printemps):


Même aujourd'hui que je connais beaucoup mieux l'Oratorio, j'ai encore du mal à situer. il semble qu'il s'agisse de la fin d'un choeur de la troisième partie avec Adam et Eve. Mais on reconnait tout de même bien le style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mar 8 Oct - 13:56

Chipstouille a écrit:
Bonjour et merci pour cet accueil.


Côté cinéma, depuis que je m'intéresse de près à Haydn, je n'ai pas noté la présence de ses oeuvres dans des films, il y a peut-être un sujet déjà ouvert à ce propos?


Pour la symphonie n°82, je découvre à peine les parisiennes depuis un petit mois. Impossible de manquer le mouvement final qui est très caractéristique. Avec un tel nom, j'avoue que je m'attendais plus à quelque chose d'imposant, un peu dans l'esprit de la symphonie 99. En revanche, je me demande comment on peut être amené à découvrir le compositeur avec cette symphonie


Pour les opéras, dont à la base je ne suis pas très friand (cf. commentaire à propos des saisons), j'ai fait connaissance avec Armida cette année également. J'ai noté quelques passages digne du compositeur, mais je trouve l'ensemble un peu longuet. Peut-être qu'avec le jeu des acteurs, je serai plus emballé? Je vais déjà prendre le temps de digérer ce premier essai (je n'en suis encore qu'à 2 écoutes) avant de réitérer une tentative avec un autre opéra.


Ah, j'allais presque oublier l'exception... la superbe symphonie n°68, dont le statut "Sturm Und Drang" semble contesté.



Quand bien même je ne manque pas de pistes à suivre aujourd'hui pour continuer à découvrir Haydn, j'espère bien trouver ici de bons conseils, et qui sait, peut-être pouvoir moi aussi en partager! Smile
Le cinéma d'abord. Je rêve qu'un réalisateur comme Gérard Corbiau en collaboration avec Christophe Rousset et les Talens Lyriques fasse un film sur Haydn avec comme toile de fond l'opéra italien au château d'Eszterhàza. On pourrait ainsi rendre justice à cette activité de Directeur Musical d'opéra qui occupa intensément Haydn pendant une quinzaine d'années de 1775 environ à 1790. Ce film pourrait aussi parler des difficultés que le compositeur rencontra dans la promotion de ses propres opéras, en concurrence avec ceux de ses collègues Cimarosa, Paisiello, Sarti, Salieri, Guglielmi, Bologna, Bianchi etc.... Mozart, jamais représenté à Eszterhàza pour des raisons probablement techniques (absence de clarinettes dans l'orchestre dirigé par Haydn), ne rentrait pas en ligne de compte, il faut le signaler.

Symphonie l'Ours. Evidemment c'est l'extraordinaire finale qui m'avait impressionné par son caractère agressivement populaire (comme le dit Marc Vignal) et en même temps son caractère savant. Pour moi à cette époque, Haydn était un musicien très moderne, un peu comme Mahler ou Chostakovitch!

Opéra. Il faut commencer par Orfeo o sia l'Anima del Filosofo, son opéra le plus spectaculaire. Il en existe de bonnes versions. Pour le dramma giocoso, je dirais La Fedelta premiata dans la version Dorati de préférence car le casting est luxueux avec la grande contralto Lucia Valentini-Terrani et le fameux ténor Luigi Alva.

Symphonie n° 68. Symphonie petite par sa taille, grande par son contenu et en particulier son adagio très profond. Je la place très haut dans mon Panthéon des symphonies de Haydn, la 88 étant la n° 1 depuis toujours.

Conseils. Votre avis m'intéresse beaucoup et je crois que les colistiers sont d'accord sur ce point. C'est en partageant nos impressions ou émotions que nous augmenterons notre connaissance du musicien.


Dernière édition par Piero1809 le Ven 11 Oct - 8:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Haydn
Administrateur


Messages : 137
Points : 41
Date d'inscription : 07/08/2007

MessageSujet: Re: Chipstouille   Mer 9 Oct - 4:33

Bienvenu sur le forum Chipstouille.

Ma numéro 1 dans mon Panthéon des symphonies de Haydn est la 104. La symphonie Salomon, sa dernière, c'est le Don Giovanni de Mozart, c'est la héroïque de Beethoven, pour moi c'est la symphonie testament de Haydn, celle qui ouvre vers le Romantisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://haydn.aforumfree.com
Chipstouille



Messages : 17
Points : 19
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 36
Localisation : Chateaugiron (35)

MessageSujet: Re: Chipstouille   Jeu 10 Oct - 22:06

Qu'il m'est difficile de choisir une symphonie favorite aujourd'hui. Sitot que j'en assimile une, une autre dévoile ses plus beaux atouts...
J'ai un lot de 5 qui se positionnent en tête on va dire, 68, 45, 97, 39 et 49 pour le moment. Ce qui va certainement évoluer. Après avoir écouter la n°70, je suis persuadé que la méconnue période 1776-1784 recelle d'excellentes surprises.


Pour le cinéma, le point de vue est intéressant, mais on entrerai vraiment dans la période de Haydn la plus imperméable je trouve, ça sera pas très grand public, mais après tout, on s'en fout vu qu'on est dans la pure conjecture. Je sais qu'il y a un livre, Consuelo, de Georg Sand, qui met en vedette Haydn. Peut-être un jour peut-on espérer une adaptation en cinéma?
De mon point de vue, après la référence qu'est Amadeus, j'ai été assez déçu par les quelques films traitant de musique classique que j'ai pu voir après... Ludwig Von B., Farinelli, j'ai trouvé ça assez décousu dans l'ensembe. Et je ne parle même pas de Vivaldi, la seule fois de ma vie où je suis sorti de la salle au cinéma....

J'ai tendance à penser que ce qui fait la qualité d'Amadeus, c'est de traiter d'un autre sujet que la musique elle-même ou les personnes qui en vivent. C'est un film qui parle du génie, de la jalousie des gens normaux, etc. C'est ce qui fait sa force.
Je pense que si j'avais un quelconque talent pour la mise en scène, j'utiliserai Haydn comme prétexte pour parler d'autre chose. Un point qui me fascine chez lui, c'est une certaine forme d'équilibre. Entre modestie et diplomatie, on retrouve d'une certaine façon cela dans sa musique, symphonies quatuors, des oeuvres qui ne sont pas faites pour mettre en avant et qui trouvent leur salut dans un dosage fin. Je pense que qu'il y a une logique dans le personnage, que l'on retrouve dans sa façon de respecter son mécène, jusqu'à revenir de Londres en 1795 contre son envie. C'est quelqu'un qui était prêts à des sacrifices pour éviter les drames. Il y aurait même peut-être un parallèle à effectuer avec sa vie amoureuse, sa résignation à vivre un mariage sans amour. Je pense qu'il également un certain systématisme dans sa façon d'éviter les conflits, même s'il y a bien eu quelques coups de gueule avec ses éditeurs, la symphonie des adieux, la Paukenmesse, il y a une constante envie de désamorcer les conflits qui je pense, pourrait faire un bon sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Chipstouille   Ven 11 Oct - 8:30

Merci pour cette réponse, Chipatouille, et pour votre judicieuse allusion au roman Consuelo dont j'avais un peu parlé dans le forum : Une longue vie mouvementée.
Je vais ouvrir dans le forum précité un nouveau sujet : Un film sur Joseph Haydn?

Si vous le souhaitez, vous pourriez y rentrer la partie de votre post précédent consacrée à des idées de scénarios.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chipstouille   Aujourd'hui à 3:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Chipstouille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Présentation du colistier nouveau-
Sauter vers: