AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Antonio SALIERI (1750-1825)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Euclide-Orphée

avatar

Messages : 47
Points : 73
Date d'inscription : 08/08/2017
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Antonio SALIERI (1750-1825)   Mer 20 Sep - 22:44


Je n'avais jamais écouté cet album en entier (disponible sur Deezer), simplement des aria ça et là sur youtube car on en trouve un certain nombre (j'ai pu en évoquer certains notamment sur le topic parlant de l'opéra des contemporains de Mozart et Haydn, on trouve aussi sur youtube un documentaire sur Salieri (essentiellement Cecilia Bartoli qui chante) tourné à l'occasion de la sortie de cet album d'ailleurs).
J'ai été agréablement surpris de voir qu'il y avait là certains arias que je n'avais jamais entendu ! Des aria au demeurant sublimes et interprétés avec superbe par Cécilia Bartoli qui en principe ne déçoit jamais (du moins à titre personnel elle m'a toujours charmé).
Le choix des arias est très intéressant et fait honneur à la musique de Salieri (on remarquera sans trop de difficulté l'utilisation souvent marquée des cuivres qui est très caractéristique de la musique de Salieri), c'est assurément un très bon album pour découvrir le Salieri des salles d'opéra, de surcroît il n'est pas très long (1h environ pour 13 titres) ce qui le rend assez accessible (plus facile à écouter qu'un opéra en entier). Peut être l'album est-il un petit trop virtuose cela dit, il faut dire qu'il sied au personnage de Bartoli, il présente donc une facette donnée de Salieri à travers ses rôles virtuoses (des rôles souvent extrêmement difficiles, Diana Damrau avoue dans une interview que son rôle dans Europa riconosciuta était probablement le plus difficile qu'elle ait chanté, Salieri est probablement le compositeur le plus difficile à chanter de cette époque).
Dommage que beaucoup de ces opéras n'aient jamais été enregistrées, car à leur écoute on a spontanément envi d'entendre l'opéra entier.

Les arias que je ne connaissais pas :

La Cifra / Act 2 : E voi da buon marito...Non vò già' che vi suonino : Un aria à mettre en parallèle avec, par exemple, Il Maestro di cappella de Cimarosa (avec un chanteur qui dirige ou du moins décrit un orchestre qui lui répond, je connais pas le livret en particulier ni le contexte de cet aria mais les paroles font évidemment penser à un chef d'orchestre). Le travail orchestral et le caractère global de l'air est particulièrement entraînant (il y a un côté populaire et, dans tous les cas, particulièrement enthousiaste), j'ai trouvé ça d'autant plus extraordinaire que j'adore l'idée d'avoir sous la main la version Salieri du maître de chapelle !
La Cifra / Act 2 : Alfin son sola...Sola e mesta : Si j'en crois la page wikipédia (anglaise) de cet opéra cet aria semble être le sommet dramatique précédant les révélations et la résolution de l'histoire. Un magnifique aria, intelligemment mené (toujours en terme d'orchestration je trouve ça drôlement habile et fouillé, ça pourrait métier une analyse détaillée) qui rempli assurément parfaitement son rôle de sommet dramatique.
La Cifra est un opéra de 1789 avec un livret réécrit par Da Ponte, mais le tout est basé sur un opéra de 1780 de Salieri, La dama pastorella, qui était un livret de Petrosellini. Je ne sais pas dans quelle mesure les deux oeuvres sont différentes. A ma connaissance ça n'a jamais été enregistré entièrement.

Il Ricco d'un giorno / Act 2 : Dopo pranzo addormentata : J'ai été très surpris par la violence (par moment) de de cet aria, notamment de l'orchestre, avec des effets qu'assurément je n'attendais pas (vu la façon dont les choses commençaient je ne l'ai pas vu venir). L'interprétation y est sûrement pour beaucoup mais force est de constater qu'on a là une pièce tout de même drôlement moderne par certains aspects.
Il Ricco d'un giorno est un opéra de 1784 sur livret de Da Ponte, encore une fois a priori jamais enregistré bien que l'ouverture (assez pré-rossinienne on dira) puisse être entendue :
Spoiler:
 
L'association de cet aria et de l'ouverture m'intrigue, je serais curieux d'avoir une vision globale de cet opéra.

La Secchia rapita / Act 2 : No, non vacillerà...Sulle mie tempie : Là encore je ne peux pas dire que je connaisse cet opéra, toutefois cela semble être un des sommets dramatiques, et au vu du caractère de cet aria j'aurais tendance à dire que l'oeuvre est assez héroïque. Un petit côté un brin baroque sur la fin avec une marche harmonique assez caractéristique. Encore une fois un travail orchestral que je trouve très intéressant et très coloré (pour le coup ce n'est pas le genre à se focaliser uniquement sur les violons, c'est le moins qu'on puisse dire).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Antonio SALIERI (1750-1825)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» La jalousie d’Antonio Salieri.
» Stage Antonio Llamas et Christine Lambert à DAX
» San Antonio (Frédéric Dard)
» Stage tango avec Antonio et Christine - Biarritz (64)
» Les pensées de San Antonio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Interprètes-
Sauter vers: