AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Serguei Vassilievitch RACHMANINOV (1873-1943)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Serguei Vassilievitch RACHMANINOV (1873-1943)   Mar 5 Juil - 10:34

Une remarquable biographie lui est consacrée:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Sergueï_Rachmaninov

J'ai eu le bonheur de jouer au pupitre des altos le concerto n° 3 en ré mineur pour piano de Serge Rachmaninov. Le soliste était Lionel Ramousse et le chef Pierre André Dupraz dirigeait l'orchestre de l'Offrande Musicale, renforcé par les jeunes étudiants du Conservatoire et des membres de l'orchestre Philharmonique.

Quelle oeuvre! Un monument par sa richesse mélodique et harmonique, des thèmes admirables et une orchestration étincelante.
Ce concerto fourmille de thèmes slaves et même d'origine liturgique orthodoxe dans ses deux premiers mouvements. Dans le finale, on sent une influence jazz tout à fait curieuse!

Restée fidèle au système tonal, la musique de Rachmaninov a un son spécial et un caractère mélancolique et mystérieux qui la fait facilement reconnaître.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2555
Points : 2721
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Serguei Vassilievitch RACHMANINOV (1873-1943)   Mar 5 Juil - 12:02

3ème concerto pour piano en ré mineur de Serguei Rachmaninov ops 30

Compte tenu de la date de composition du 3ème concerto de Rachmaninov (1909), les esprits chagrins objecteront qu'à cette époque Debussy avait déja composé La Mer (1905), Stravinsky lancait les premières esquisses de l'Oiseau de Feu (1910), Bartok s'initiait au quatuor (premier quatuor, 1908), et Schönberg s'orientait vers l'atonalisme dans son deuxième quatuor en fa # mineur (1907); ils conclueront que Rachmaninov, en comparaison, est un compositeur rétrograde et attaché au passé.

De telles considérations me semblent bien stériles et perdront de leur force au fil des ans, car ce qui comptera de plus en plus, ce n'est pas la modernité mais la personalité unique de Rachmaninov, reconnaissable entre tous dès la première note jouée.
Le troisième concerto, une de mes oeuvres préférées du compositeur, illustre parfaitement ces propos tant ses thèmes et son style sont caractéristiques de leur auteur.

L'admirable premier mouvement (Allegro ma non tanto) est à lui seul un concerto et, tel le premier mouvement du concerto pour piano en la mineur de Schumann, pourrait être joué seul comme un poème symphonique. Il débute par un thème magnifique qui se déroule lentement, majestueusement, avec sérénité (ce concerto, bien qu'écrit dans une tonalité mineure n'est, à mon humble avis, ni sombre ni tourmenté) et passion contenue. Le deuxième thème en majeur, débute en douceur, croit en force et devient de plus en plus passionné. On admire les alliages sonores entre piano et bois. Le grandiose développement est entièrement basé sur le premier thème. Ce dernier est d'abord intégralement répété puis passe à la moulinette et ce sont de fragments du thème qui vont faire l'objet d'une lutte acharnée entre le piano et l'orchestre. Ce développement contraste avec ce qui précède par sa rudesse et ses harmonies relativement agressives. La rentrée est écourtée, elle débouche rapidement sur une cadence monumentale et après un dernier retour du thème principal, le mouvement se termine discrètement.

Dès les premières mesures du deuxième mouvement (Intermezzo, Adagio), on est saisi par la splendeur sonore de ce prélude orchestral (partie de hautbois magique). Les chromatismes subtils donnent au thème unique de ce mouvement un charme et une mélancolie indicibles. Dans ces deux premiers mouvements la virtuosité, bien que transcendantale, n'est jamais gratuite mais constamment au service du chant et de son expression. A noter que ce mouvement est écrit avec trois dièses à la clé, indiquant la tonalité de fa# mineur. Pourtant il débute en ré mineur, tonalité principale du concerto et s'achève en ré mineur, après avoir parcouru les tonalités de fa# mineur et de ré bémol majeur.

Le troisième mouvement (Allegro, alla breve), ré mineur, donne à la virtuosité une place plus importante que dans les deux mouvements précédents. Le piano moins chantant que dans les deux premiers mouvements a un caractère percussif en phase avec l'évolution de la musique au début du 20ème siècle. De forme très libre, il semble moins structuré et plus rhapsodique. Les contrastes sont vifs entre passages brillants et plus retenus comme par exemple un long intermède central appelé scherzando par le compositeur. Dans ce scherzando, on est saisi par des sonorités curieuses des cordes avec sourdine, des cors bouchés, des violons sul ponticello et des envolées de flûtes et de hautbois. A la fin du scherzando le thème principal du premier mouvement réapparait donnant au concerto entier un caractère cyclique. Le concerto s'achève en ré majeur sur une brève et puissante péroraison du piano et de l'orchestre au complet.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Serguei Vassilievitch RACHMANINOV (1873-1943)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tunisie 1943 S35 et Valentine
» [Diatchenko, Marina & Serguei] La Caverne
» 1943:L'ultime révolte
» Figurine N° 09 : LSSAH à Charkov, 1943 (sam)
» Rachmaninov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Musiciens-
Sauter vers: