AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joachim

avatar

Messages : 551
Points : 663
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   Dim 22 Jan - 14:49

Johann Georg Albrechtsberger (né le 3 février 1736 à Klosterneuburg -  mort le 7 mars 1809, Vienne) est un musicien et un compositeur autrichien, bien connu comme maître du contrepoint et pédagogue recherché.

Il étudie l'orgue et la basse chiffrée auprès de Leopold Pittner, doyen des Augustiniens de sa ville natale, puis se perfectionne à l'abbaye de Melk (composition et orgue) et, de 1755 à 1766, mène une carrière d'organiste dans l'Empire austro-hongrois : à Raab (aujourd'hui Györ, en Hongrie), à Maria Taferl, près de Melk, et à l'abbaye de Melk elle-même.

Il devient organiste à la cour impériale en 1772, et assistant du maître de chapelle Leopold Hoffman à la cathédrale Saint-Étienne de Vienne en 1791, remplaçant de Mozart. A la mort d'Hoffman en 1793, il devient Kapellmeister titulaire de Saint Etienne, poste qu'il tiendra jusqu'à sa mort en 1809.

Albrechtsberger a été marié à Rosalia Weiß, la fille d'un sculpteur d' Eggenburger, avec qui il eut 15 enfants, dont seulement six ont survécu à leur père.

Il fut l'ami de Haydn et Mozart, et le maître non seulement de Beethoven mais aussi de grands noms tels que Reicha, Czerny, Hummel, Mosheles, Weigl, Cartelleri et Franz Xaver Mozart.

Il a composé autour de 750 oeuvres parmi lesquelles 279 musiques religieuse — 35 Messes, oratorios, motets, et un très beau Te Deum — quelque 240 Fugues pour orgue ou divers instruments, de la musique de chambre (notamment des trios et quatuors à cordes) soit au total 193 oeuvres instrumentales dont des concertos pour trombone, pour orgue, pour harpe et 3 concertos pour mandore, guimbarde et orchestre.

Sa contribution la plus importante à la musique tient probablement dans ses écrits théoriques. En 1790, il publia à Leipzig un traité de composition dont la troisième édition parut en 1821. Une compilation de ses écrits sur l'harmonie en trois volumes fut éditée par les soins de son élève Ignaz von Seyfried (1776-1841) en 1826. Il en fut tiré une traduction en anglais par Novello en 1855. Son style de composition est inspiré par le contrepoint tel que décrit dans son Gradus ad Parnassum par Johann Joseph Fux, l'un de ses lointains prédécesseurs en tant que maître de chapelle de la cathédrale Saint Stephan à Vienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joachim

avatar

Messages : 551
Points : 663
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   Dim 22 Jan - 14:57

Ce compositeur dont la biographie semble si sévère (contrepoint, fugue, écrits théoriques...) a néanmoins composé des oeuvres charmantes notamment concertantes : concertos pour trombone, pour orgue, pour harpe, pour piano et, cas je crois unique, 3 concertos pour guimbarde, mandore et orchestre (je les possède en CD, c'est curieux à écouter).

Exemple :

https://www.youtube.com/watch?v=GgScDJmOyWg

Rappelons que la guimbarde est cette lame de métal qu'on fait vibrer entre les dents et qu'on trouvait jadis dans les paquets de lessive, et la mandore une variété de luth.


Son concerto pour orgue peut, à mon avis, se comparer sans honte à celui en ut de Haydn :

https://www.youtube.com/watch?v=RqkTTBYCXEQ


Un tout autre registre avec sa Missa Assumptionis Beata Mariae

https://www.youtube.com/watch?v=noFKShdffk4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   Lun 23 Jan - 11:12

Merci infiniment Joachim pour ces données sur Albrechtberger.
Un compositeur très intéressant et important pour comprendre le milieu musical de l'Autriche à l'époque de Mozart et Haydn, un de plus!
J'ai écouté le concerto pour orgue que je trouve agréable mais un peu long. Le style me semble plus proche de celui de Mozart (sonates d'église, à l'épître, pour orgue) que de celui de Haydn (concertos pour orgue).

Plus je fréquente  ces maîtres du 18ème siècle préclassique, plus je me dis que notre cher Haydn est inimitable, irremplaçable. Sa musique est lumineuse, spirituelle et quand on l'écoute, on se sent mieux, plus intelligent....une illusion évidemment dans mon cas.

Je regrette de l'avouer mais même Mozart me déçoit parfois, surtout le jeune Mozart, antérieur à Idomeneo! Ses symphonies de jeunesse sont un peu indigentes, à quelques exceptions près (K 110, K 130, 131, 133, 134, 184, 185, 199, 201), quand on les compare à celles, contemporaines de Giuseppe Haydn.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Benoît

avatar

Messages : 200
Points : 143
Date d'inscription : 21/08/2007
Age : 53
Localisation : Basse-Normandie

MessageSujet: Re: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   Ven 27 Jan - 16:36

Son importance en tant que professeur est sans doute l' essentiel à retenir et voir comment de plus grands maîtres, que nous chérissons, ont pu transcender le " style classique viennois ".

J' ai le même CD que Joachim pour les concertos avec guimbarde; c' est insolite, curieux, pas désagréable et voilà,point; le genre de bizarrerie qui amuse.

Je suis tout à fait d' accord avec Piero quant au Mozart de jeunesse versus J. Haydn de la même époque;le jeune Mozart est un prodige, qui absorbe comme une éponge tous les styles contemporains, à travers son apprentissage,ses écoutes, ses voyages... pour atteindre ultérieurement et assez rapidement sa maturité et atteindre l' apogée mais il n' est pas un " révolutionnaire " alors que J. Haydn innove très vite; c' est un audacieux; son socle d' influences est plus tenu ( à part sans doute Carl Philip Emanuel Bach et ses " bizarreries") et " se devait d' être original " ( pour le paraphraser) et il tend donc vers l' avenir; grâce soit rendue à son prince de lui avoir laissé la possibilité d' expérimenter de nouvelles voies musicales; certes, Mozart écrase son époque de son génie ( ce que ses contemporains ne comprendront qu' après sa mort ) et la musique de son époque atteint son point culminant mais J. Haydn a l' immense mérite d' être un passeur génial à sa propre façon, entre le mode post-baroque ou pré-classique et les frémissements du Romantisme et et les autres audaces formelles à venir, développées par Beethoven en premier lieu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2717
Points : 2903
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   Dim 29 Jan - 10:04

Benoît a écrit:


Je suis tout à fait d' accord avec Piero quant au Mozart de jeunesse versus J. Haydn de la même époque;le jeune Mozart est un prodige, qui absorbe comme une éponge tous les styles contemporains, à travers son apprentissage,ses écoutes, ses voyages... pour atteindre ultérieurement et assez rapidement sa maturité et atteindre l' apogée mais il n' est pas un " révolutionnaire " alors que J. Haydn innove très vite; c' est un audacieux; son socle d' influences est plus tenu ( à part sans doute Carl Philip Emanuel Bach et ses " bizarreries") et " se devait d' être original " ( pour le paraphraser) et il tend donc vers l' avenir; grâce soit rendue à son prince de lui avoir laissé la possibilité d' expérimenter de nouvelles voies musicales; certes, Mozart écrase son époque de son génie (  ce que ses contemporains ne comprendront qu' après sa mort ) et la musique de son époque atteint son point  culminant mais J. Haydn a l' immense mérite d' être un passeur génial à sa propre façon, entre le mode post-baroque ou pré-classique et les frémissements du Romantisme et et les autres audaces formelles à venir, développées par Beethoven en premier lieu.


Merci Benoit pour ce beau texte. On ne saurait mieux dire!

Pourrais-tu faire un copier-collé et le mettre dans le forum généralités, sujet Haydn et Mozart: http://haydn.aforumfree.com/t31-haydn-et-mozart

Il sera en double et c'est tant mieux! Cela me permettra de te répondre sans être hors sujet.

_________________
Rundinella, Blog littéraire et musical  
http://piero1809.blogspot.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Johann Georg ALBRECHTSBERGER (1736-1809)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 18 eme Régiment d'Infanterie de Ligne (1809-1812)[achevé]
» JOHANN FOURNIER [ Photomanip'. ]
» soldat régiment duc de Brunswick 1809
» Partie Tactique - Bavière 1809
» Métal Modèles - officier de mameluks 1809

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Interprètes-
Sauter vers: