AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Symphonie n°78 en ut mineur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Symphonie n°78 en ut mineur   Lun 23 Juin - 18:49

La 78ème symphonie en ut mineur fait partie d'un groupe de trois (76ème en mi bémol, 77ème en si bémol et 78ème), composées en 1782 et donc contemporaines de l'opéra Orlando Paladino. Comme les deux symphonies précédentes et les trois suivantes de 1784, l'effectif instrumental comporte une flûte, deux hautbois, deux bassons, deux cors et cordes.
Bien que la 77ème soit ma préférée des trois (à mon humble avis une des plus belles symphonies de Haydn), la 78 ème est très intéressante car elle possède avec son premier mouvement un exemple accompli de structure sonate.

On sait que Mozart, en 1783, nota les incipit de trois symphonies de Haydn: la 47ème en sol majeur (1772), la 62ème en ré majeur (1780) et la 75ème en ré majeur (1779). Il est probable qu'à cette époque, il s'intéressa également à la 78ème cmme nous le verrons plus loin.

Le Vivace à ¾ débute avec un thème très énergique présentant un intervalle de septième diminuée. Quand on écoute le début du 24ème concerto pour piano en ut mineur KV 491 de Mozart (1786), on retrouve des harmonies et des intervalles voisins de ceux de Haydn dans la symphonie n°78 ce qui suggère que que Mozart connaissait cette symphonie et s'en inspira plus ou moins consciemment.
L'exposition se déroule de la manière la plus classique. A la fin de l'exposition, on entend un second thème en mi bémol majeur au rythme caractéristique ( 3 brêves et une longue). Le magnifique développement va concentrer le potentiel dramatique du mouvement. Le second thème fait l'objet de belles modulations et d'imitations entre vents et basses puis premier et second thèmes sont génialement combinés dans un passage dont la puissance et l'intensité font de lui le climax du mouvement. La réexposition est profondément modifiée et condensée et le premier thème est désormais combiné au second, un peu comme dans le développement mais avec une expression très différente. Le mouvement s'achève en ut mineur dans un climat sombre et tourmenté.

Le bel Adagio en mi bémol majeur apporte une note recueillie et méditative après les orages du premier mouvement.

Le Menuetto en ut majeur contraste vivement avec ce qui précède car il est entièrement centré sur la séduction mélodique. Le trio, un charmant laendler chanté par le hautbois, accentue le côté pastoral et dansant du mouvement.

Le Finale (Presto 2/4) en ut mineur est un rondo sonate. On peut détecter dans le refrain un parfum d'Europe centrale. Le premier couplet est basé sur un thème nouveau très spirituel en ut majeur qui dut impressionner Mozart puisqu'on le retrouve quasiment intact (aux ornements près) comme thème principal du finale du concerto en fa KV 459 (1).
Après un retour du refrain, le deuxième intermède est en fait un développement basé sur le début du refrain. Le troisième couplet qui succède à un dernier retour du refrain est une variation sur le premier intermède, il est suivi par une brève coda en ut majeur. Ce finale, malgré son mode mineur, est globalement joyeux et se termine à la manière d'un opéra bouffe.

Bref une symphonie passionnante qui possède un premier mouvement d'une valeur musicale exceptionnelle. Elle ne possède toutefois pas l'unité, l'harmonie suprême, la concentration de la 77ème.

(1) Marc Vignal fait remarquer que le thème du premier mouvement du concerto KV 459 ressemble étonnament au thème principal du premier mouvement de la symphonie n°47 en sol majeur de J.Haydn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Mandryka



Messages : 11
Points : 11
Date d'inscription : 09/07/2009

MessageSujet: Re: Symphonie n°78 en ut mineur   Lun 19 Oct - 17:10

J'ai le plaisir de pouvoir découvrir cette symphonie avec Antal Dorati et plus j'écoute le premier mouvement plus je le trouve merveilleux. Le développement m'impressionne beaucoup comme je commence à en avoir l'habitude avec Haydn, mais à chaque fois je ne peux m'empêcher de penser que son inspiration est souvent vraiment sans limites. Je trouve l'adagio remarquable, particulièrement beau, émouvant.

J'ai beaucoup moins aimé la version de Essa-Peka Salonen, encore une fois je trouve ça un peu trop léger et rapide, sauf dans le menuet et le finale, ici assez réussis. J'aimerais pouvoir écouter d'autres interprétations de cette symphonie, en effet tout à fait passionnante. Merci Piero de mettre en lumière des oeuvres de grande valeur, et paradoxalement peu connues ou peu jouées, comme celle-ci. Le problème c'est qu'avec Haydn, il y a l'air d'en avoir beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n°78 en ut mineur   Lun 26 Oct - 13:44

Mandryka a écrit:
J'aimerais pouvoir écouter d'autres interprétations de cette symphonie, en effet tout à fait passionnante. Merci Piero de mettre en lumière des oeuvres de grande valeur, et paradoxalement peu connues ou peu jouées, comme celle-ci. Le problème c'est qu'avec Haydn, il y a l'air d'en avoir beaucoup !
Comme vous le dites, le problème c'est que, en dehors des Londoniennes, des Parisiennes et de quelques symphonies "Sturm und Drang", les symphonies de Joseph Haydn sont assez rarement jouées, même pendant cette année 2009. Et pourtant toutes les symphonies sont réussies et présentent une variété extraordinaire, alors les chefs ont l'embarras du choix et se rabattent sur les plus connues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Symphonie n°78 en ut mineur   Ven 28 Mai - 10:40

Howard Chandler Robbins Landon, le grand spécialiste de Joseph Haydn récemment disparu, a effectué une étude comparée du premier mouvement de la symphonie n° 78 (1782) et du concerto pour piano KV 491 (1786) de Wolfgang Mozart, tous deux en ut mineur et a bien montré que Mozart était redevable de Haydn en ce qui concerne le thème principal du concerto ainsi que les modulations des vingt premières mesures (1).

Il montre également qu'il ne s'agit pas d'un plagiat de Mozart et que ce dernier, réalisant un prodige d'orchestration, crée une oeuvre nouvelle tout à fait originale.

C'est entre 1780 et 1790 que l'émulation entre Mozart et Haydn fut la plus importante et la plus profonde.

(1) HC Robbins Landon, Mozart en son âge d'Or, Fayard, 1996.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Symphonie n°78 en ut mineur   Aujourd'hui à 3:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Symphonie n°78 en ut mineur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passeport pour mineur
» Jules Mousseron, Poête Mineur
» Séjour avec un Mineur
» castlevania symphonie of the night
» La Symphonie des Siècles - Elizabeth Haydon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Les Symphonies-
Sauter vers: