AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sonate n°36 en ut majeur (HobXVI.21), style galant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur


Messages : 2558
Points : 2724
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Sonate n°36 en ut majeur (HobXVI.21), style galant   Sam 5 Juil - 9:24

La Sonate n°36 en ut majeur HobXVI.21, première des sonates du groupe des six (HobXVI.21-26) composées en 1773, plante parfaitement le décors d'une nouvelle période dans la carrière de Haydn qui voit éclore le style galant. Ce dernier fait suite au mouvement "Sturm und Drang" des années 1768 à 1772 qui, dans le domaine de la sonate pour clavier, aboutit à l'orageuse sonate n°33 en ut mineur (HobXVI.20) de 1771.

Si par style galant on entend "la séduction mélodique, la variation ornementale" comme le dit Marc Vignal (1), ces traits caractérisent tout à fait plusieurs mouvements de la série des six sonates que nous parcourons actuellement (les trois mouvements de la présente sonate en ut, le premier mouvement de la sonate n°37 en mi, les deux premiers mouvements de la sonate n°38 en fa, le premier mouvement de la sonate n°39 en ré), ainsi que nombre de symphonies contemporaines (la 68ème en si bémol, la 55ème en mi bémol "Maître d'Ecole", par exemple), et d'opéras (L'Infedelta Delusa, L'Incontro Improviso, Il Mondo della Luna).

Avec un an de décalage, Mozart subit une évolution analogue. A partir de mai 1774, il arrête la composition de quatuors et de symphonies et se consacre à la composition d'oeuvres moins sérieuses: sérénades, divertimenti et concertos pour violon à tel point que Wizewa et Saint Foix n'hésitent pas à qualifier la période 1774-5 de "Triomphe de la Galanterie"(2).

Le premier mouvement Allegro de la sonate en ut frappe par son usage constant du rythme pointé. Une impression de force et d'énergie se dégage de ce mouvement qui, fugitivement, évoque le Beethoven des sonates opus 101 et 111. Ce n'est qu'à la fin de l'exposition que le rythme est rompu par l'apparition du second thème. Le développement, assez court, consiste en modulations très expressives dans le mode mineur autour du premier thème.

Le très bel Adagio débute par un thème qui n'est pas sans rappeler celui qui ouvre le Largo cantabile du quatuor en mi majeur opus 54 n°3 de seize ans postérieur. Une ligne mélodique calme et pure parcourt l'Adagio de la sonate. Après un bref développement, simple transition en fait, la rentrée est une variation ornementée de l'exposition comme ce sera souvent le cas dans les mouvements lents de Haydn.

Le finale est un Presto à 3/8 de structure sonate qui termine dans l'allegresse une oeuvre sereine qu'aucun nuage n'assombrit.



(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
(2) T. de Wizewa et J.de Saint Foix, Tome II Le Jeune Maître, Desclée de Brouwer, 1936.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
 
Sonate n°36 en ut majeur (HobXVI.21), style galant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [GdC] Seigneur anti dragon, démons majeur, Stegadon ..
» Médaille St-Jacques-le-Majeur (de Compostelle) XIXe.
» [Tolstoï, Léon] Le bonheur conjugal, La sonate à Kreutzer, Le diable
» Joyeux anniversaire Sonate!
» Eddings Leigh et David - Le démon majeur de Karanda - Chant 3 de la Mallorée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Sonates pour piano-
Sauter vers: