Joseph Haydn
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Joseph Haydn

(1732-1809)
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

 

 MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN

Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur
Piero1809


Messages : 3060
Points : 3288
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Empty
MessageSujet: MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN   MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Icon_minitimeVen 18 Déc - 12:41

Au pas cadencé
En 1783, Mozart, désormais installé à Vienne, recopie l'incipit de trois symphonies de Joseph Haydn (1732-1809) parmi lesquelles la 47ème symphonie en sol majeur (1772) dont le premier mouvement débute par le même rythme de marche à quatre temps (noire, croche pointée-double croche, noire, noire) que celui de nombre d'oeuvres de Mozart. La ressemblance de ce début avec les premières mesures du concerto pour pianoforte KV 459 (1784) est frappante et a été relevée par Marc Vignal; dans les deux oeuvres les vents (flutes, hautbois, bassons, cors) sont mis à contribution et mettent admirablement en valeur ce thème martial. La similitude est d'autant plus significative qu'elle porte aussi bien sur le rythme de la mélodie, les contrastes sonores et les couleurs instrumentales. Il était peu probable que cette similitude fût fortuite et cet exemple parmi tant d'autres, montre bien la connivence spirituelle existant entre Haydn et Mozart à cette époque de leur existence et souligne que le flux musical circulait généralement de Haydn vers Mozart. Les trois symphonies de Haydn ( n° 47, n° 62 et n° 75) auxquelles Mozart s'était intéressé furent une source d'inspiration pour lui. Selon Marc Vignal, l'allegretto délicieux de la n° 62 en ré majeur (1779-80) ressemble au duo Sull'aria, dit duo de la lettre de l'acte III des Nozze di Figaro (1786). J'avais également relevé une identité thématique totale entre le thème de l'andante avec variations de la 75ème symphonie en ré majeur de Haydn (1779-80) avec celui de l'andante varié du trio K 563 en sol majeur de 1788.

Parmi les rythmes pointés à caractère martial qui parsèment l'oeuvre de Haydn, ceux du Moderato initial du concerto pour violoncelle en do majeur HobVIIb.1 (entre 1762 et 1765) ainsi que l'allegretto avec musique turque de la symphonie n° 100, dite Militaire (1794) ne correspondent pas exactement au schéma de marche avec un rythme pointé au deuxième temps (voir plus haut). En fait ce sont surtout les belles marches militaires pour instruments à vents et les belliqueuses sonneries de trompettes scandant le défilé des soldats Francs du dramma per musica Armida (1784) qui retiennent l'attention et donnent à cet opéra seria son côté guerrier si caractéristique. Dans le célèbre Benedictus de la messe en ré mineur Nelson HobXXII.11, les rythmes pointés sont remplacés par des triolets de doubles croches encore plus percutants aux trompettes. Des fanfares de cuivres quasiment frénétiques interviennent dans l'Agnus Dei de la messe In tempore bello, HobXXII.9. Ces accès de violence intervenant sur les paroles les plus douces et miséricordieuses de l'ordinaire de la messe surprennent chez le bon catholique qu'était Haydn.

Encore plus passionnant est le quatuor opus 77 n° 1 en sol majeur (1799) qui débute par un allegro  moderato de type très martial avec un rythme pointé placé cette fois sur le quatrième temps de la première mesure. Marc Vignal a fait remarquer l'analogie troublante entre ce début et celui du premier mouvement de la symphonie n° 6 en la mineur de Gustav Mahler (1860-1911). Cependant les analogies s'arrêtent là car il n'y a pas grand chose de commun entre le mouvement ensoleillé de Haydn et la marche sombre et menaçante de Mahler. Les rythmes militaires abondent dans l'oeuvre symphonique de ce dernier compositeur (premier mouvement des symphonies n° 3 en ré mineur et n° 5 en do # mineur) et sont fréquents dans ses Lieder avec orchestre appartenant au cycle Des Knaben wunderhorn comme Revelge par exemple. Selon H.L. de La Grange, Ces marches portent la marque des musiques militaires entendues par Mahler dès l'âge le plus tendre dans les rues de Jilhava où les soldats passent devant la maison pour regagner la caserne. Marc Vignal relève bien d'autres analogies entre des passages à la fois parodiques et martiaux d'oeuvres de Haydn, symphonie n° 29 en mi majeur (trio du menuet), n° 82 en do majeur L'Ours (deuxième mouvement allegretto), n° 91 en mi bémol majeur (deuxième mouvement andante avec variations) et des effets grotesques qui prolifèrent dans les symphonies de Gustave Mahler. Cette comparaison du musicologue me parait tout à fait pertinente. Quand, il y a fort longtemps, les symphonies de Mahler me furent révélées, le caractère agressivement populaire de cette musique m'a évoqué immédiatement le style vigoureux et rustique de Haydn.

Mais revenons à la 47ème symphonie en sol majeur de Joseph Haydn dont nous avons déjà parlé plus haut. C'est une des symphonies les plus originales de ce compositeur du fait d'un premier mouvement inoubliable aux couleurs chatoyantes, un sublime andante, un étrange menuetto et trio de structure palindromique et un finale exubérant. Il me semble exister, à mon humble avis, des analogies certainement fortuites entre cette  symphonie de Haydn, petite par la taille mais si riche et la monumentale 3ème symphonie en sol (1929) d'Albert Roussel (1869-1937). Au delà de ressemblances thématiques inconcevables entre deux oeuvres si distantes dans le temps et l'espace, on retrouve dans les deux oeuvres le même caractère ensoleillé, un dynamisme, une joie et un optimisme en tous points semblables  et dans les deux cas un mouvement lent d'une beauté mélodique exceptionnelle. Ce sont les deux finales qui présentent le plus d'analogies en raison de leur caractère extraverti et d'un mélange très séduisant de vivacité, de concentration et de rigueur. Quant au pas cadencé, Albert Roussel, ancien officier de marine, était à son affaire!
Revenir en haut Aller en bas
http://piero1809.blogspot.fr
Joachim

Joachim


Messages : 650
Points : 796
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 76
Localisation : Nord

MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Empty
MessageSujet: Re: MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN   MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Icon_minitimeMer 23 Mar - 17:37

Puisque le sujet de ce fil concerne les marches militaires, on peut rappeler que le catalogue Hoboken en recense 8 dans Hob. VIII :

1. Marche en mi bémol majeur "Derbyshire" (1795)
2. Marche en ut majeur "Cavalery (Derbyshire n° 2)" (1795)
3. Marche en mi bémol majeur "Prince de Galles" (1792) (arrangée en Marche pour la Royal Society Hob. VIII. 3bis)
4. Marche en mi bémol majeur "Marche nationale hongroise" (1802)
5. en ut majeur, du 2ème acte de Il Mondo della Luna (1777)
6. en mi bémol majeur, du 3ème acte d'Armida (1783?)
7. en mi bémol majeur, fragmentaire (1792)
8. en sol majeur "Regimento de Marshall Delsig" (avant 1772)

Revenir en haut Aller en bas
Piero1809
Administrateur
Piero1809


Messages : 3060
Points : 3288
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Empty
MessageSujet: Re: MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN   MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Icon_minitimeLun 4 Avr - 17:41

Merci Joachim pour ce post qui enrichit notablement ce fil.
Comme toujours, Haydn fait preuve d'inventivité et nous régale par son inspiration et son humour.
Revenir en haut Aller en bas
http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé





MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Empty
MessageSujet: Re: MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN   MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
MARCHES MILITAIRES CHEZ HAYDN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES TONALITES CHEZ HAYDN
» LES TONALITES CHEZ HAYDN
» Haydn a-t-il composé des danses, menuets isolés, marches...?
» Marches, danses et ballets
» Applausus Hob XXIVa.6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Joseph Haydn :: Généralités-
Sauter vers: