AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE NOZZE DI FIGARO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Emmanuelle



Messages : 44
Points : 58
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: LE NOZZE DI FIGARO   Lun 25 Juil - 1:49

La thèse de Dexter Edge, musicologue américain réputé, sur les copistes Viennois à l'époque de Mozart (environ 2400 pages en anglais !) a été mise en ligne sur son blog.

Mozart’s Viennese Copyists Ph.D. dissertation, University of Southern California (2001).

Elle a son intérêt pour les amateurs de Haydn, car dans les partitions d'orchestre analysées comme sources de l'opéra et de ses multiples remaniements se trouve la copie établie pour Esterhaza avant 1789. Voir p. 1527 et suivantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Mar 23 Aoû - 10:05

Emmanuelle a écrit:
La thèse de Dexter Edge, musicologue américain réputé, sur les copistes Viennois à l'époque de Mozart (environ 2400 pages en anglais !) a été mise en ligne sur son blog.

Mozart’s Viennese Copyists Ph.D. dissertation, University of Southern California (2001).

Elle a son intérêt pour les amateurs de Haydn, car dans les partitions d'orchestre analysées comme sources de l'opéra et de ses multiples remaniements se trouve la copie établie pour Esterhaza avant 1789. Voir p. 1527 et suivantes.
Merci Emmanuelle pour cette référence précieuse.

Quand je clique sur le lien que vous indiquez, je tombe sur Google, est-ce normal?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Emmanuelle



Messages : 44
Points : 58
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Mar 23 Aoû - 11:19

Piero1809 a écrit:
Emmanuelle a écrit:
La thèse de Dexter Edge, musicologue américain réputé, sur les copistes Viennois à l'époque de Mozart (environ 2400 pages en anglais !) a été mise en ligne sur son blog.

Mozart’s Viennese Copyists Ph.D. dissertation, University of Southern California (2001).

Elle a son intérêt pour les amateurs de Haydn, car dans les partitions d'orchestre analysées comme sources de l'opéra et de ses multiples remaniements se trouve la copie établie pour Esterhaza avant 1789. Voir p. 1527 et suivantes.
Merci Emmanuelle pour cette référence précieuse.

Quand je clique sur le lien que vous indiquez, je tombe sur Google, est-ce normal?

Oui, car Edge a mis son fichier PDF dans un espace de stockage Google... Il suffit de cliquer sur "Download (95 MB)". Pas de pb avec le fichier...
(Mon antivirus n'a pas pu le scanner avant téléchargement ["Sorry, we are unable to scan this file for viruses. The file exceeds the maximum size that we scan"], mais après il m'a bien certifié qu'il n'y avait pas de pb). Par contre la thèse est en mode image, ce qui veut dire qu'on ne peut pas faire de recherche plein texte dedans...Table des matières entre les PDF 8 et 38.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cmsdt-spectacles.blogspot.fr/
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Lun 19 Sep - 11:42

Merci beaucoup Emmanuelle.
J'ai téléchargé la thèse. Un monument et une mine d'informations sur Mozart et son époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Lun 13 Fév - 22:59

Je résume ici le passage de la thèse de Dexter Edge consacrée aux Noces de Figaro de Wolfgang Mozart et y ajoute quelques considérations personnelles (en bleu).

Une exécution des Noces de Figaro de Mozart était prévue à Eszterhàza en 1790. Joseph Haydn avait en effet assisté à une représentation de cet opéra à Vienne le 1er février 1790 et, dans un élan d'enthousiasme dont il rend compte dans une lettre fameuse écrite à Maria Anna von Genzinger et datée du 9 février 1790, aurait envisagé de le monter à Eszterhaza.
Selon Marc Vignal, Le Nozze di Figaro furent probablement représentées en août ou début septembre 1790 en même temps que deux autres opéras: Giannina et Bernardone de Domenico Cimarosa et Axur Re d'Ormus d'Antonio Salieri.

Une partition correspondant aux actes III et IV des Noces de Figaro existait en effet dans les archives Eszterhazy et est conservée maintenant à Budapest. Cette partition a été achetée par Nunziato Porta, librettiste attitré de l'opéra d'eszterhàza, comme en témoigne une facture signée de la main de Joseph Haydn. Par une extraordinaire coïncidence, ce document signé de Haydn et ayant trait notamment aux Noces de Figaro de Mozart porte comme date celle de la prise de la Bastille.

Ce qui suit a été acheté par moi sur ordre écrit du Kapellmeister Haydn pour le théâtre princier:
Partition Le Nozze di Figaro 30 Fl.
Partition Pittor Parigino 30 Fl.
etc......
Josephus Haydn mpria
Eisenstadt, 14 jullet 1789"(1,2)


On sait aussi que Johann Schellinger, copiste de l'opéra d'Eszterhàza, se mit rapidement à l'oeuvre et entreprit de copier les parties vocales et les parties instrumentales.

Denes Bartha et Lazlo Somfai ont étudié ces partitions et ont constaté qu'elles ne portent aucun trace de l'intervention de Joseph Haydn, directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza. Au cours leur étude magistrale de cette activité de Haydn, ils eurent entre leurs mains beaucoup de matériels d'exécution des nombreux opéras italiens que Haydn montait et dirigeait et ils constatèrent que ces partitions avaient presque toutes fait l'objet d'une profonde révision se traduisant par des coupures, des substitutions et de très nombreuses annotations. Comme la partition des Noces de Figaro ne contenait aucune trace d'intervention de la part de Haydn, ces auteurs aboutissent à l'importante conclusion que Les Noces de Figaro n'ont finalement pas été représentées à Eszterhàza.Parmi les raisons invoquées, on peut imaginer: la longueur de l'opéra, la difficulté de certaines parties (les ensembles en particulier), l'importance du rôle des clarinettes alors qu'il n'y avait pas de clarinettiste attitré dans l'orchestre d'Eszterhazà et bien sûr le décès brutal de Nicolas le Magnifique.

Par contre comme il existe deux airs d'insertion remarquables, de la main de Haydn pour Giannina et Bernardone, on peut raisonnablement penser que cet opéra larmoyant (quasi naturaliste) très intéressant de Domenico Cimarosa a lui été représenté fin août ou début septembre 1790. (3,4)

(1) (Ce document est issu de: Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp.312.
(2) Dexter Edge, PhD Thesis, University of Southern California, 2001.
(3) http://haydn.aforumfree.com/t286-airs-d-insertion-hobxxivb (post du 28 avril)
(4) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp. 322-3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Mar 12 Juin - 19:18

La conclusion des considérations précédentes est qu'en toute probabilité Les Noces de Figaro de Wolfgang Mozart ne furent pas représentées à Eszterhàza.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur


Messages : 2553
Points : 2719
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Lun 23 Juil - 14:07

Le Nozze di Figaro, nouvelle production, Aix en Provence (juillet 2012)
Version remaniée d'un compte rendu paru dans un autre forum.

Les Noces de Figaro est à mon humble avis l’opéra italien le plus parfait de Wolfgang Mozart. Une inspiration éblouissante règne dans les Noces de la première à la dernière mesure. De plus, la plus belle des musique est au service d’une action dramatique sans faille. On ne peut en dire autant de Don Giovanni où le passage de l’acte II compris entre le genial septuor (scène VII) et le grand finale (scène XIII et sequentes) a posé un problème insoluble au compositeur. Le cas de Cosi fan tutte est différent. Après un premier acte fulgurant, l’acte II subit un ralentissement fâcheux de l’action dramatique avec en son milieu une monotone succession d’arias (sublimes au plan musical, il va sans dire), véritable retour en arrière dans l’évolution du dramma giocoso.
Il est avéré que Joseph Haydn assista au debut de l’année 1790 à au moins une représentation des Noces de Figaro (1).

La mise en scène. La production nouvelle d’Aix en Provence (juillet 2012), rend excellemment justice au plus bel opéra de Mozart. On pourra toujours critiquer le bien fondé de la transposition de l’action dans le cabinet d’un grand avocat d’affaires de notre temps du fait d’inévitables distorsions avec le livret. On ne peut nier toutefois que le metteur en scène (Richard Brunel) a réussi à donner une vision d’ensemble de l’oeuvre audacieuse et pourtant cohérente. Les décors (Chantal Thomas) sont harmonieux et les enchainements de tableaux hábiles, les costumes (Axel Aust) seyants. La direction d’acteurs était remarquable.

L’interprétation. Bien sûr on n’a pas pour chaque rôle l’interprète idéal mais à mon avis le niveau d’ensemble m’a paru très élevé avec un Figaro (Kyle Ketelsen) enthousiasmant, un comte (Paolo Szot) excellent acteur et chanteur, certes plus brutal que le gentilhomme qu’il est censé être dans le livret. Patricia Petitbon m’a paru en pleine forme aux plans dramatique et musical incarnant une Suzanne renouvelée. La comtesse (Malin Biström) a donné une interprétation vibrante de ses deux grands airs Porgi amor et Dove sono. Kate Lindsey (Cherubino) a correctement chanté ses airs célébrissimes mais a été desservie par un problème orchestral dont je parlerai plus loin. Remarquable Bartolo (Mario Luperi) et très bonne Anna Maria Panzarella (Marcellina). Enfin Barberina (Mari Eriksmoen) était très émouvante dans sa cavatine au debut de l’acte IV.

Quelques moments d’anthologie: tous les ensembles si importants et novateurs dans cette oeuvre (finales d’actes II et IV de 20 minutes) (2) et notamment la fin Perdona, perdona, instant vraiment bouleversant de l’oeuvre, à l’acte II les gracieuses scènes où figurent Suzanne, la comtesse et Cherubino, d’un érotisme de bon aloi, à l’acte III le fameux Fandango débarrassé de la poussière de lectures trop sages et bien d’autres scènes encore…

Bonne direction musicale de Jérémie Rhorer. Malheureusement le son de l’orchestre, composé d’instruments anciens, il va sans dire, ne m’a pas paru harmonieux. En règle générale les cordes étaient en dehors et les vents en retrait. Cela fut dommageable dans les airs et particulièrement dans ceux de Cherubino: dans le fameux Voi che sapete, le rôle des clarinettes est très important et on les entendait très mal. Cela est d’autant plus curieux que le nombre modeste de violons devrait permettre aux bois et aux cors de ressortir. Peut-être s’agit-il d’un problème de prise de son dans la retransmission d’Arte.

Comme on l’a dit plusieurs fois, le rôle de la critique dans un spectacle retransmis ne peut être que limité. J’ai passé une excellente soirée!


(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988.
(2) A noter que Giovanni Paisiello avait déjà innové dans ce sens dans son Re Teodoro in Venezia (1784) (3). On ne saurait trop insister sur l’influence du compositeur napolitain sur Mozart. Des pans entiers des Noces sont aussi visiblement inspirés du Barbiere di Seviglia (1782).
(3) http://haydn.aforumfree.com/t138-il-re-teodoro-in-venezia-de-paisiello#594
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE NOZZE DI FIGARO   Aujourd'hui à 22:44

Revenir en haut Aller en bas
 
LE NOZZE DI FIGARO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Figaro & XIII tout l'été
» Rédactrice en chef du Madame Figaro Spécial Cannes
» figaro mon chat
» Tim à la soirée Madame Figaro 18 mai 2010
» Madame Figaro spécial Cannes Echange ou à vendre!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Haydn, Directeur musical de l'opéra d'Eszterhàza-
Sauter vers: