AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2654
Points : 2834
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)   Lun 10 Mai - 19:25

Le Pescatrici (Les Pêcheuses), dramma giocoso sur un livret adapté de Carlo Goldoni, fut crée à Eszterhazà par Joseph Haydn en 1770. Le livret de Goldoni avait été précédemment utilisé par Ferdinando Bertoni (Le Pescatrici 1752), par Niccolo Piccinni (La Pescatrice, 1766) et un peu plus tard par Florian Gasmann (1771). Le manuscrit original et son unique copie connurent diverses tribulations de sorte qu'à l'heure actuelle près d'un tiers de l'oeuvre est perdue (1). H.C. Robbins Landon entreprit de completer l'oeuvre en procédant à une reconstruction. Pour cela il compléta les morceaux incomplets et remplaça les morceaux manquants par des compositions de son cru. Sous cette forme l'oeuvre est exécutable de nos jours. Un hommage unanime a été rendu au travail de Landon dont le goût, la justesse de ton et la discrétion sont indiscutables.

A l'écoute des parties composées par Landon, j'éprouve un sentiment de malaise car ces parties sont trop facilement reconnaissables: elles évoquent plus souvent Vincenzo Bellini ou Gaetano Donizetti que Giuseppe Haydn. Je me pose la question suivante: est-il possible à un musicologue du 20ème siècle, aussi talentueux soit-il, de faire abstraction de sa culture, son vécu, sa connaissance de deux siècles de musiques postérieures à Haydn, afin de coller totalement à son modèle et d'être crédible dans une pareille entreprise? Il me semble que non et j'aurais préféré une des deux solutions suivantes:
-compléter avec des airs d'insertion provenant de musiciens contemporains ayant traité le même sujet sur le même livret, pratiquement à la même époque: Ferdinando Bertoni, Nicolo Piccinni par exemple, pratique utilisée couramment à l'époque de Haydn et par ce dernier lui-même, dans les opéras de ses contemporains qu'il dirigeait ainsi que dans sa Vera Costanza (2);
-composer les airs et ensembles manquants à partir de musiques contemporaines de Haydn lui-même. Il est clair que les trios avec baryton offrent une réserve colossale de musique superbe capable d'exprimer tous les sentiments et à laquelle on pourrait ainsi rendre justice. Fabio Maestri a procédé de la sorte dans la reconstruction des parties manquantes de Lo Speziale en utilisant le materiel thématique de la sinfonia ouvrant l'opéra (3).

Toutefois ne boudons pas notre plaisir car grâce à Landon, nous pouvons découvrir un très bel opéra, jalon essentiel de l'évolution de Haydn dans l'opéra italien.

Argument. Frisellino et Burlotto, deux pêcheurs, sont respectivement fiancés à Lesbina et Nerina ou du moins croient l'être, de plus Frisellino est le frère de Nerina et Burlotto, le frère de Lesbina. Un bateau débarque un beau jour avec Lindoro, Prince de Sorrente, à son bord. Ce dernier vient chercher l'héritière d'un trône lointain qui a disparu suite à la prise du pouvoir par un tyran. Lesbina et Nerina se découvrant des origines princières cherchent à s'attirer les bonnes grâces de Lindoro, elles sont encouragées dans un premier temps par leurs amants respectifs qui espèrent recevoir une récompense en découvrant l'héritière du trône mais qui sont bientôt agacés par l'ardeur des deux jeunes pêcheuses dans leur entreprise de séduction. Eurilda est la fille de Mastriccio, elle a été adoptée dans des circonstances mystérieuses. Mastriccioce sait qu'Eurilda est la princesse recherchée mais ne le dit pas de peur d'exciter les jalousies. Grâce à un stratagème, Lindoro découvre qu'Eurilda est bien celle qu'il cherche. Pendant qu'Eurilda prend la mer avec Lindoro et Mastriccio, les deux amants se déguisent en princes pour ridiculiser leurs belles.

Ce scénario conventionnel est le prétexte à de nombreuses situations franchement comiques et quelques une plus dramatiques. Le quatuor Frisellino Burlotto Lesbina et Nerina pourrait presque évoquer Cosi fan Tutte composé par Wolfgang Mozart en 1789. Le point le plus intéressant réside dans le contraste entre la vie laborieuse et modeste des pêcheurs et pêcheuses (tous les protagonistes sauf Lindoro) et la vie rêvée de la Princesse élue. "Viva la Nobiltà!" chantent les protagonistes à la fin du 3ème acte.

Le Style. Si les protagonistes du quatuor des amants sont essentiellement comiques, Lindoro et Eurilla sont des personnages sérieux c'est pourquoi Le Pescatrici relève indiscutablement de la catégorie du Dramma Giocoso et annonce les opéras plus tardifs de Haydn comme La Vera Costanza par exemple. La musique très variée, comporte des airs toujours brefs, des ensembles et des choeurs très nombreux.

Les sommets.
La mer du sud de l'Italie (l'action est supposée se passer près de Tarente) est évoquée constamment à travers les nombreux choeurs de la partition. Parmi ces derniers le choeur des pêcheurs: "Tira, tira, viene, viene..." qui ouvre le premier acte et le choeur "Nume che al mare" du début du troisième acte sont particulièrement remarquables par leur chaleur méditerranéenne.

Les airs appartiennent le plus souvent au style bouffe italien avec deux parties, une première partie dans un tempo modéré et le seconde dans un tempo plus allant généralement 6/8 donnant l'occasion aux chanteuses ou chanteurs de débiter des paroles ou des onomatopées à toute vitesse.
-au premier acte, l'air charmant de Nerina "So far la semplicetta" au caractère populaire contraste avec l'air de Eurilda "Voglio goder contenta" beaucoup plus aristocratique comme il sied à une future princesse.
-au premier acte, l'air de Burlotto, ténor, Tra tuoni, lampi, fulmini, air particulièrement dynamique présente des analogies marquées avec les airs correspondants des opéras de Bertoni et Gassmann (4);
-au second acte, l'air pour voix de basse de Mastriccio avec ses triolets agiles: "Son vecchio, son furbo" est irrésistible.

Les finales d'actes sont particulièrement réussis. Très brefs, ils n'en contiennent pas moins les plus belles pages de la partition:
-au premier acte, le magnifique sextuor en mi bémol majeur: "Bell'ombra gradita", qui déroule sa mélodie sensuelle accompagnée par les cors anglais;
-au second acte le jubilatoire septuor final: "Burlottino, mio carino...".

(1) Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard, 1988, pp 900-2.
(2) Scène du comte Errico au début de l'acte II de La Vera Costanza: Le Récitatif accompagné "Ah, non m'inganno, è Orfeo.." et l'air "Or che torna il vago Aprile.." sont des emprunts à la Vera Costanza de Pasquale Anfossi.
(3) http://haydn.aforumfree.com/operas-f15/lo-speziale-hobxxviii3-t341.htm
(4) Rebecca Green, Representing the Aristocracy in Haydn and his world, Edited by Elaine Sisman, Princeton University Press,1997


Dernière édition par Piero1809 le Mar 20 Juil - 11:53, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2654
Points : 2834
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)   Lun 10 Mai - 21:56

Parmi les sommets, il faut citer aussi:
-la scène d'Eurilla du second acte "Dove sono..." comportant un récitatif accompagné et un arioso, une composition de H.C. Robbins Landon.

Une musique magnifique, très émouvante, à mon avis plus proche de la Somnambule de Vincenzo Bellini que de tout opéra de Haydn*

*Mis à part la cavatine d'Euridice dans l'Anima del Filosofo!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2654
Points : 2834
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)   Mer 19 Mai - 10:08

La première représentation de Le Pescatrici de Joseph Haydn, postérieure à celles de 1770, eut lieu en 1965 avec les parties manquantes remplacées par les compositions de H.C. Robbins Landon. Ce spectacle fut donné au festival de Hollande à Amsterdam.

C'est la version que je possède sous forme d'une bande magnétique qui fut commercialisée il y a plusieurs années. Les voix sont superbes. Seul bémol: le premier mouvement de la symphonie n° 57 en ré majeur est utilisé car l'ouverture authentique n'avait pas encore été identifiée.

Pendant l'année 2009, une autre version a été commercialisée et est disponible:

Le Pescatrici
Olga Geczy (Direction musicale), Lithuanian Opera Orchestra, Jolanta Ciurilaite, Ramute Tumuliauskaite, Alexandr Agamirzow, Gyula Littay, Vytautas Juozapaitis.

Choeurs excellents et voix agréables. On a le plaisir d'écouter l'ouverture probablement authentique HobI.106, anciennement symphonie n° 106 (1)

(1) http://haydn.aforumfree.com/les-symphonies-f1/symphonie-hob-i106-en-re-majeur-un-mystere-t376.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2654
Points : 2834
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)   Mer 9 Juin - 21:59

Les opéras traitant le même sujet que Le Pescatrici ont été peut-être des sources d'inspiration pour Joseph Haydn. C'est le cas certainement de Le Pescatrici de Ferdinando Bertoni (1752) et peut-être de La Pescatrice de Niccolo Piccinni (1766). Je présenterai très prochainement un commentaire sur ce dernier opéra dans la rubrique Joseph Haydn, Directeur Musical de l'Opéra d'Eszterhazà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE PESCATRICI (HobXXVIII.4)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joseph Haydn :: Opéras-
Sauter vers: