AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Euclide-Orphée

avatar

Messages : 70
Points : 104
Date d'inscription : 08/08/2017
Localisation : Genève

MessageSujet: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Jeu 24 Aoû - 23:48

Salieri a été pas mal évoqué ces temps.
Souvent on présente Salieri comme "l'élève" de Gluck, ce qui n'est pas totalement faux même s'il serait sans doute plus juste de parler de protégé et d'héritier.
Demeure que Salieri a essentiellement eu un professeur qui l'a fait venir à Vienne et qui en a fait un compositeur professionnel : Florian Leopold Gassmann.

Sa biographie tirée de la page wikipédia anglaise, un petit peu plus fournie :

Gassmann naquit à Brüx, en Bohème, et fut vraisemblablement l'élève de Johann Woborschil.
Son père était un orfèvre qui s'opposa éventuellement à la carrière musicale de son fils.

De 1757 à 1762, il écrivit un opéra par an pour le carnaval de Venise et dirigea le choeur des filles du conservatoire de Venise en 1757. Beaucoup de ses livrets étaient du célèbre dramaturge vénitien Carlo Goldoni.

En 1763 il fut appelé à Vienne comme compositeur de ballets à la cour comme successeur de Gluck, et gagna l'affection de l'empereur mélomane Joseph II. En 1764 he fut nommé compositeur de musique de chambre pour l'empereur puis, en 1772, compositeur de la cour.

En 1766 Gassmann rencontra Antonio Salieri à Venise, et l'invita en retour à Vienne pour lui apprendre la musique selon la méthode de Johann Joseph Fux, le Gradus ad Parnassum qui servit de référence à presque tous les compositeurs de l'époque. Salieri resta à Vienna et succéda à Gassmann comme compositeur de musique de chambre de l'empereur à sa mort en 1774. Un autre italien, Giuseppe Bonno (qu'on appreçoit dans le film Amadéus), lui succeda comme maître de chapelle.

En 1771, il fonda la Tonkünstler-Societät, le première association à Vienne à donner des concerts pour le grand public et au bénéfice de veuves, orphelins et musiciens retraités. Il écrivit l'oration La Betulia liberata pour cette société.

En1774, il mourut  à Vienne des conséquences à long terme d'un accident de voiture survenu en Italie.

Les deux filles de Gassmann, Anna Fuchs et Therese Rosenbaum, furent toutes deux de célèbres chanteuses élèves de Salieri. La plus jeune, Thérèse, se fit notamment un nom comme une grande interprète de Mozart.

Charles Burney, dans l'un de ses récits publiés de ses nombreuses tournées européennes sur la scène musicale, raconte, lors d'une visite à Joseph II et à sa cour, avoir rencontré Gassmann et l'avoir trouvé très ouvert, accessible. Parmi les manuscrits que Gassmann lui a montrés, il a réservé la plus grande partie de ses éloges pour ses travaux de chambre. Burney n'était ni exposé, ni rien dit, de la musique orchestrale de Gassmann.

Johann Baptist Wanhal est décrit par Daniel Heartz comme le protégé de Gassmann.



----------------


Gassmann est une grande figure de la transition entre le baroque et le classique qu'on n'évoque, me semble-t-il, absolument jamais, alors qu'il a tout de même été compositeur à la cour de Vienne.
Sa musique est absolument fantastique, l'homme était très savant en ce qui concerne le contrepoint !
Sa musique de chambre apparaît en effet comme d'une immense qualité, en atteste ce sublimissime quatuor en mi mineur avec notamment deux fugues (rien que ça !) très impressionnantes et d'une grande modernité ! Cette seule pièce justifierait que l'homme soit connu.
L'homme ayant occupé à peu près tous les postes à la cour de Vienne il écrivit aussi de la musique symphonique et de la musique religieuse, elle est probablement peu enregistrée cela dit.
Youtube permet néanmoins de trouver quelques exemples qui ne sont, cependant, pas toujours datés.
Pour se faire une idée du personnage :
Quando corpus morietur extrait d'un Stabat Mater, très loin de l'esthétique classique. L'occasion encore une fois de montrer les qualités contrapuntiques de ce compositeur, avec, de surcroît, l'expression d'une grosse richesse harmonique.
Un extrait de son oratorio La Betulia liberata écrit pour la Tonkünstler-Societät, ainsi que l'ouverture qui l'accompagne (avec encore une fois une influence baroque très claire).
L'ouverture de l'opéra Filosofia ed Amore (1760).
Des extraits de son opéra le plus connu, L'Opera Seria (1), (2), (3), (4), (5). Gassmann était une figure très importante de l'opéra en son temps. Salieri aurait-il hérité son côté de foufou de son cher professeur ?
On trouve aussi notamment une symphonie en la bémol majeur (2) (3) (4).

Un CD regroupant une dizaine d'ouvertures peut être trouvé sur Deezer : Gassmann, F.L.: Opera Overtures




Bref, voilà un compositeur très intéressant, injustement oublié (comme souvent) et qui enrichit largement le personnage de Salieri et la compréhension de la période liant le baroque et le classique.
Parler des élèves de Salieri est une chose, mais il est aussi important de voir qui ont pu être ses professeurs et modèles.
Cela enrichit aussi la question que l'on pouvait poser sur l'opéra (bien que Gassmann soit trop vieux pour être comparé à Mozart) car je note, encore une fois, les éclats de rire du public lorsque ces opréas totalement inconnus sont bien interprétés. Ces oeuvres sont appréciées, il suffit d'avoir le courage de les jouer.


Edit : waw, fait improbable on trouve en réalité sur Youtube une version de son opéra L'Opera Seria (1769) en entier et avec possibilité de sous-titrer en anglais !
Acte 1, Acte 2, Acte 3.
J'écouterai ça demain sans doute !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joachim

avatar

Messages : 554
Points : 666
Date d'inscription : 20/08/2007
Age : 71
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Dim 3 Sep - 12:37

Je possède également le CD Naxos de 10 ouvertures de Gassmann. Ce sont toutes de véritables sinfonias en trois mouvements, et d'un style bien différent, à mon avis, de son presque contemporain Cimarosa (dont on trouve également de splendides ouvertures chez Naxos).


Ayant une petite préférence pour la musique instrumentale par rapport à la musique vocale, j'aimerais bien écouter quelques symphonies (il en a composé pas moins de 33) ou quatuors à cordes (19) ou encore quintettes à cordes (6 quintettes opus 2). Il y en encore, entre autres, 37 trios à cordes, 10 quintettes à vent, 6 quatuors pour flûte et cordes ainsi qu'un concerto pour flûte et orchestre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2740
Points : 2928
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Jeu 7 Sep - 10:51

Euclide-Orphée a écrit:

Sa musique de chambre apparaît en effet comme d'une immense qualité, en atteste ce sublimissime quatuor en mi mineur avec notamment deux fugues (rien que ça !) très impressionnantes et d'une grande modernité ! Cette seule pièce justifierait que l'homme soit connu.

Entièrement d'accord avec toi. Cette oeuvre composée en 1765 est incroyable. C'est une révélation pour moi.
On voit bien que Gassmann est un "contrapuntiste" de grand talent mais en plus son contrepoint n'est pas sec, aride mais au contraire vivant, expressif et souvent passionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Euclide-Orphée

avatar

Messages : 70
Points : 104
Date d'inscription : 08/08/2017
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Jeu 7 Sep - 19:16

Gassmann est assurément un immense contrapuntiste (n'ayant rien à envier aux plus grands maîtres du baroque) qui mériterait une forte notoriété ... c'est triste que sa musique soit si peu interprétée, nombre d'oeuvres n'ont jamais été jouées ou enregistrées depuis des siècles.
Son quatuor en mi mineur est un chef-d'oeuvre en ce qui me concerne, et il faut dire que Gassmann semblait être particulièrement réputé pour sa musique de chambre (dont la précocité laisse d'ailleurs supposer qu'il fut une figure importante pour la formalisation du genre à l'instar de Boccherini et Haydn).
Ses qualités de contrapuntistes présagent des perles dans sa musique religieuse, malgré ça son requiem n'a jamais été enregistré. Un individu très déterminé que je remercie beaucoup fait cependant revivre des partitions grâce à un programme qui permet donc d'entendre la musique (recopier ses partitions est un travail fastidieux à n'en pas douter ...), certes avec un timbre qui n'est pas l'orchestre philharmonique de Vienne (il suffit de se forcer un peu pour s'y habituer rapidement), mais cela permet d'avoir une bonne idée de la musique en question :



Ce requiem me semble particulièrement merveilleux, c'est incroyable qu'il ne soit pas enregistré, surtout quand on sait que Mozart a vraisemblablement été au contact de l'oeuvre (dont la richesse contrapuntique ne put que l'inspirer : je pense notamment aux doubles fugues).

Quelqu'un d'autre a eu la gentillesse de retranscrire la double fugue du Amen sur Musescore, que voici : https://musescore.com/user/3458471/scores/3150751

L'oubli de Gassmann est clairement une immense perte, mais bon, il pourrait soudainement revenir en grâce, ne désespérons pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Euclide-Orphée

avatar

Messages : 70
Points : 104
Date d'inscription : 08/08/2017
Localisation : Genève

MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Jeu 9 Nov - 2:07

Je viens d'écouter un CD disponible sur Deezer intitulé Wagenseil, Bonno, Gassmann & Monn: Flute Concertos.
Un CD au demeurant très intéressant pour se familiariser avec une époque totalement négligée (les compositeurs de la transition vers le classicisme) et avec les grands talents viennois de ce temps là.

Gassmann a pu je pense démontrer son talent à travers le quatuor évoqué plus haut et, pour les plus courageux, son requiem qui mériterait d'être enregistré par de vrais musiciens (c'est une oeuvre exceptionnelle).
Ici son concerto pour flûte en do mineur est le 3ème du CD (sur Deezer le nom des compositeurs correspondants n'apparaissent pas). Pour se repérer correctement :


De prime abord de concerto commence sur une tonalité très baroque avec un Allegro dans un style ma fois très italien et pour le moins plaisant. C'est une musique dynamique, efficace, qui sait se renouveler (pas d'abus de marches harmoniques comme parfois dans la musique italienne (type Vivaldi)).
L'Adagio qui suit en revanche nous fait instantanément changer d'univers ! Le contraste est incroyablement marqué, soudainement on passe dans une esthétique totalement classique. Voilà bien une fantaisie caractéristique de cette époque transitoire où, au-delà d'avoir une musique intermédiaire entre deux courants, on a tantôt des mouvements purement baroques et purement classiques qui se suivent, les deux dans un style totalement abouti. Cet Adagio pourrait sans difficulté se faire passer pour une oeuvre des meilleurs successeurs de Gassmann chronologiquement parlants, l'oeuvre est magnifique, d'un lyrisme bouleversant.
Le Finale repart en arrière, avec un Allegro dans un style somme toute baroque bien qu'il soit emprunt de quelques touches plus classiques dans la tournure de certaines cadences et traits mélodiques. On sent que par moment le phrasé tend vers quelque chose d'autre que du pure baroque. Le mouvement se renouvelle là encore, on ne tourne pas en rond, les idées s'enchaînent vite, c'est très agréable à écouter.

Globalement c'est un excellent concerto et surtout une oeuvre d'autant plus intéressante qu'elle photographie une époque merveilleusement ambiguë (et ce concerto, à mes yeux le meilleur du CD peu devant celui en ré majeur de Wagenseil, est celui qui l'exprime de la façon la plus tranchée).

Au demeurant c'est aussi un plaisir de pouvoir écouter la musique de Guiseppe Bonno qu'on connaît en général au moins du fait de son apparition dans le film Amadeus.
Ce CD peut aussi servir de support au sujet consacré à Wagenseil, autre géant de cette époque injustement négligé qui ici nous offre 2 très beaux concertos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piero1809
Administrateur
avatar

Messages : 2740
Points : 2928
Date d'inscription : 18/08/2007
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   Jeu 9 Nov - 15:37

Merci Euclide-Orphée de nous donner cette reconstruction midi du Requiem de Gassmann. J'ai écouté le début et je suis frappé de l'identité de ces entrées de fugue avec celles qui ouvrent le Requiem de Mozart. Les notes sont les mêmes mais le rythme diverge.
Je vais aussi écouter ces concertos pour flûte très intéressants a priori.

Pas de problème ici pour les extraits musicaux qui fonctionnent!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piero1809.blogspot.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Florian Leopold GASSMANN (1729 - 1774)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Germany 280mm Kanone 5 (E) Leopold HOBBY BOSS
» K5 Leopold
» leopold crew
» PBLV/miracle de Noël........ou pas/Florian et THomas
» R.P. Leopold Gonner

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: Compositeurs et Interprètes-
Sauter vers: